Armand Jean du Plessis de Richelieu

« Armand Jean du Plessis de Richelieu » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Cardinal de Richelieu)
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Richelieu (homonymie).
Le Cardinal de Richelieu

Armand Jean Duplessis de Richelieu est né en 1585 et est décédé en 1642. De 1624 à 1642, il a été le principal ministre du roi Louis XIII et un des artisans de l'absolutisme.

La marche vers le pouvoir[modifier | modifier le wikicode]

Richelieu était le fils d'un gentilhomme poitevin. Il se destinait à la carrière militaire, mais il dut y renoncer, se faire prêtre catholique pour conserver dans la famille les revenus qu'elle tirait de l'évêché de Luçon. Il est nommé délégué du clergé aux États généraux de 1614. Il s'y fait remarquer par la régente, la reine-mère Marie de Médicis, qui le fait nommer secrétaire à l'Intérieur et à la Guerre (ministre). En 1617, Richelieu est entraîné dans la disgrâce de la reine-mère. Mais il parvient à réconcilier Marie de Médicis et son fils Louis XIII. En 1622, il est nommé cardinal. En 1624, il entre au conseil du roi ; il en devient rapidement le principal ministre. Pendant vingt-deux ans, Richelieu bénéficiera de la confiance du roi.

Article à lire Article à lire : Journée des Dupes

L'action gouvernementale de Richelieu[modifier | modifier le wikicode]

Buste de Richelieu dans l'église de Brouage.

Richelieu avait un triple but :

  • réduire la noblesse à l'obéissance. Depuis 1610, mort du roi Henri IV, la noblesse tentait de reprendre du pouvoir dans les affaires de l'État. Richelieu la contraint à l'obéissance. Des exécutions de nobles désobéissants furent faites. La reine-mère elle-même fut contraint à l'exil. La reine Anne d'Autriche, qui manifestait des sympathies pour son Espagne natale fut persécutée. Des amis intimes du roi, dont le marquis de Cinq Mars, qui avaient comploté furent décapités.
  • détruire la puissance politique et militaire des protestants. L'édit de Nantes de 1598, avait accordé à ces derniers des places fortes de sûreté dans lesquelles ils entretenaient des garnisons. Richelieu entreprit de les en déloger. L'épisode le plus dramatique est celui du siège et de la capitulation de La Rochelle en 1628. En 1629, l'édit d'Alès, retirait les forteresses mais garantissait aux protestants la liberté de culte et l'égalité civile.
  • briser la puissance de la famille des Habsbourgs, dont la branche qui gouvernait l'Espagne menaçait la France au Sud et en Italie et en Belgique. La branche autrichienne des Habsbourg tentait de contrôler l'Allemagne dont un Habsbourg était empereur. Au début de la guerre de Trente Ans, Richelieu soutint diplomatiquement et financièrement les princes allemands protestants en guerre contre l'empereur (il finança le roi de Suède Gustave Adolphe). Mais à partir de 1635, la France intervint directement dans la guerre. Les débuts furent désastreux (les Espagnols s'avancèrent à près de cent kilomètres de Paris) mais la situation se rétablit entre 1638 et 1642. À la mort de Richelieu la guerre continuait.

Le coût de la guerre obligea le gouvernement à augmenter considérablement les impôts sur la consommation. De nombreuses révoltes populaires eurent lieu : celle des Croquants du Périgord en 1637, celle des Nus-Pieds de Normandie en 1639. Elles furent réprimées d'une manière sanglante. Pour imposer la volonté royale, Richelieu développa les missions des intendants qui munis de grands pouvoirs furent installés dans les régions (généralités de finances).

Richelieu développa la marine de guerre et la marine de commerce. Il favorisa des compagnies commerciales avec monopole pour la colonisation (Sénégal et Guyane en 1626, Martinique en 1635, La Réunion en 1638, Madagascar en 1643 et au Canada avec la fondation de la Compagnie de la Nouvelle France, en 1637).

Le mécène[modifier | modifier le wikicode]

Médiocre homme de lettres, jaloux du succès de Pierre Corneille (en particulier pour Le Cid), il fonde l'Académie française en 1635, pour surveiller l'utilisation de la langue française. Il fait restaurer la Sorbonne (faculté de théologie de Paris) et édifier le Palais Cardinal (aujourd'hui Palais Royal) à Paris, ainsi qu'un château magnifique à Richelieu (à proximité de Chinon) (aujourd'hui détruit).

Icone chateau.png Portail de l'Histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine