Favicon Vikidia.png Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de vous ! Wikimedia France logo.svg

Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de votre aide pour participer à une enquête sur les contributeurs et visiteurs de Vikidia. Cela ne vous prendra que 10 minutes et nous permettra de mieux vous connaître et d'améliorer l'encyclopédie.
Vous avez du 12 juillet au 30 septembre pour y répondre. Nous vous en remercions par avance !

Répondre au sondage !

Jean-Nicolas Billaud-Varenne

« Jean-Nicolas Billaud-Varenne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Billaud-Varenne)
Aller à : navigation, rechercher
portrait peint rapproché de Billaud-Varenne
Billaud-Varenne peint en 1790 par Jean-Baptiste Greuze

Jean-Nicolas Billaud-Varenne est né à La Rochelle en 1756 et est mort à Port-au-Prince (Haïti) en 1819. Avocat de profession il devient en 1792 un des hommes politiques les plus importants de la Révolution française.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Billaud-Varenne est le fils d'un avocat rochellais. En 1788, il devient avocat. Après des tentatives pour écrire des pièces de théâtre, il se rend à Paris où il exerce des fonctions de répétiteur dans différents collèges. En 1785, il devient avocat au parlement de Paris.

Dès les débuts de la Révolution il affiche des idées républicaines et adhère au club des Jacobins. Il s'est fait connaître comme pamphlétaire en publiant (à Londres pour échapper à la censure royaleen 1789, Despotisme des ministres de la France, puis en 1792 Acéphocratie (littéralement pouvoir sans tête) qui demande la réduction du pouvoir exécutif et le suffrage universel. Au printemps 1792, au club des jacobins il plaide contre la déclaration de guerre à l'Autriche.

Pendant les événements d'août 1792 qui aboutissent à la destitution du roi Louis XVI, il est membre de la Commune insurrectionnelle de Paris. À ce titre il participe aux massacres de septembre 1792 au cours desquels les Sans-Culottes parisiens éliminent les prisonniers (nobles et prêtres catholiques réfractaires) détenus dans les prisons parisiennes.

Pendant l'été 1792, il est élu député à la Convention. Il siège parmi les Montagnards. En septembre 1793, en même temps que Collot d'Herbois il est élu membre du Comité de Salut public où il est chargé des relations avec les représentants en mission. Il accomplit de nombreuses missions dans les départements. Il est un des inspirateurs des décrets qui instituent le gouvernement révolutionnaire. Il vote la mort du roi Louis XVI.

Malgré qu'il soit ami avec les hébertistes ou Exagérés, pendant l'hiver 1794, il soutient les robespierristes dans leur lutte contre les factions (Les hébertistes et les dantonistes). Il est partisan d'arrêter la guerre une fois le territoire libéré.

Cependant, très hostile à la dictature personnelle, il fait partie du complot qui aboutit à la chute des robespierristes en thermidor an II. Cependant en août il n'est pas réélu au Comité.

Il est cependant victime de la réaction thermidorienne. Il est arrêté en mars 1795, jugé et déporté en Guyanne en mai 1795. En 1799, il refuse de bénéficier de l'amnistie décidée par Napoléon Bonaparte. Il reste en Guyane comme agriculteur.

Ayant voté la mort de Louis XVI, il craint les poursuites engagées après le retour au pouvoir des Bourbons en 1814. Il se réfugie alors à Haïti (première colonie a s'être libérée).

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.