Tourte voyageuse

« Tourte voyageuse » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Pigeon migrateur
Un couple de tourtes voyageuses.
Un couple de tourtes voyageuses.
Nom(s) commun(s) Tourte voyageuse, Pigeon migrateur, Colombe voyageuse
Nom scientifique Ectopistes migratorius
Classification Famille des columbidés
Répartition Amérique du Nord
Taille 32 à 40 cm de long
Reproduction 2 œufs pondus entre avril et mai
Régime alimentaire Omnivore
Statut UICN EX IUCN 3 1.svg Éteint
Dessin d'un jeune (à gauche), d'un mâle (devant), et d'une femelle (à droite) pigeon migrateur.
Dessin d'un jeune (à gauche), d'un mâle (devant), et d'une femelle (à droite) pigeon migrateur.
voir modèle • modifier

La tourte voyageuse, ou pigeon migrateur (nom scientifique : Ectopistes migratorius) est une espèce de pigeon, qui vivait en Amérique du Nord, et qui a aujourd'hui disparu. Il est célèbre pour ses migrations en très grands groupes. Il ne faut pas le confondre avec le pigeon voyageur.

Description[modifier | modifier le wikicode]

La tourte voyageuse avait un corps plutôt fin et élancé, pour un pigeon, avec des ailes plus longues et plus pointues : elle était très bien adaptée aux vols sur de longues distances.

Le plumage était de couleur gris-bleu, avec des reflets métalliques. La gorge et le ventre étaient rouges ou roses, surtout chez le mâle.

Mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Gravure de 1875, montrant un vol de tourtes voyageuse.

La tourte voyageuse était connue pour vivre en immenses colonies, pouvant rassembler plusieurs millions d'oiseaux, et qui occupaient un territoire de plusieurs kilomètres carrés. Les premiers témoins ont raconté que lorsqu'une colonie se déplaçait, les oiseaux étaient si nombreux qu'ils cachaient le soleil, et ce pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours, le temps que tous les oiseaux soient passés!

Elle vivait aux États-Unis et au Canada ; c'était un oiseau omnivore, qui se nourrissait de fruits secs et de graines, comme des faînes, des glands ou des noisettes, d'insectes et d'autres petits animaux. Cet oiseau avait une excellente vue, et c'est grâce à leur nombre que les tourtes voyageuses pouvaient trouver de la nourriture : quand un oiseau repérait une source de nourriture, tous se déplaçaient ensemble pour manger.

En raison de ce mode de vie, les tourtes voyageuses devaient se déplacer souvent pour trouver leur nourriture. Quand une colonie manquait de nourriture, tous les oiseaux s'envolaient, et parcouraient des centaines de kilomètres pour chercher une nouvelle zone ou s'installer, et ainsi de suite.

C'est au cours de ces déplacements que l'on pouvait très facilement observer les très nombreuses tourtes voyageuses, si nombreuses qu'elles bloquaient les rayons du soleil quand elles passaient au dessus d'une région!


Reproduction[modifier | modifier le wikicode]

Un nid de tourte voyageyse, avec un œuf.

En raison de leur mode de vie migrateur, les tourtes voyageuses ne prenaient pas la peine de construire un nid très solide : quelques branches enchevêtrées, dans un arbre, faisaient l'affaire.

La femelle pondait deux œufs blancs, entre avril et mai. Les deux parents se relayaient pour couver, puis nourrir le poussin, pendant environ 2 semaines. Après quoi, les parents abandonnaient le poussin, qui, au bout de quelques jours, prenait son envol pour rejoindre la colonie.

Chasse et disparition[modifier | modifier le wikicode]

Les Amérindiens chassaient déjà les pigeons migrateurs, mais sans que cela ait menacé l'espèce. En raison de leurs déplacements en très grand nombre, il était très facile à chasser : il suffisait de tirer des coups de fusil au hasard en l'air, pendant le passage d'un vol, pour en abattre des dizaines ! Mais, surtout, en raison de leur très grand nombre, on a longtemps cru (à tort), que les vols de pigeons étaient inépuisables, et qu'ils ne pourraient jamais disparaître.

Ce sont surtout les fermiers américains, qui craignaient que la tourte voyageuse ne commette trop de dégâts sur les récoltes, et qui lui ont mené une chasse intensive.

Très abondants au XIXème siècle, les tourtes voyageuses faisaient l'objet de concours de chasse : on récompensait les chasseurs qui en abattaient plus de 30 000!

Quand le nombre de tourtes voyageuses ont commencé à devenir moins nombreuses, cela a compliqué leur mode de vie, puisque ces animaux se reproduisaient en colonie, et repéraient la nourriture ensemble : ils ont donc commencé à moins se reproduire, et à trouver moins facilement de la nourriture, ce qui a accéléré leur raréfaction.

En plus de cela, cet animal s'adaptait très mal à la captivité, il était impossible à domestiquer, et les essais d'élevage échouaient souvent. Les tourtes voyageuses ont également contracté une maladie, la maladie de Newcastle, qui touche les oiseaux, et qui a contribué à la disparition de l'espèce.

A la fin du XIXème siècle, la tourte voyageuse était devenue un animal rare. Dans les années 1870, les vols de tourtes voyageuses étaient devenus clairsemés, formant des petits groupes qui ne cachaient plus la lumière du soleil. Dans les années 1910, elle était devenue si rare que l'on offrait une récompense à qui pourrait observer une tourte voyageuse à l'état sauvage. La toute dernière tourte voyageuse connue, une femelle surnommée Martha, est morte en captivité au zoo de Cincinati, en 1914, et l'espèce est aujourd'hui disparue.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Scilab128.png Portail des oiseaux —  Tous les articles sur les oiseaux.