Phèdre (Racine)

« Phèdre (Racine) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Phèdre.

Le titre s'écrit « Phèdre (Racine) », mais ce navigateur n'a pas pu l'afficher correctement.

Phèdre et Thésée.Costumes de scène pour Phaedra, par Bakst en 1923

Phèdre est une tragédie créée par Jean Racine et jouée pour la première fois en 1677. Elle comporte 5 actes et est écrite en vers. Elle a pour sujet les amours contrariées de Phèdre femme de Thésée roi d'Athènes et d'Hippolyte, fils de Thésée.

Racine s'est inspiré d'Euripide et de Sénèque qui avaient écrit des tragédies sur le même sujet.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le roi Thésée est absent depuis six mois. Hippolyte aime Aricie qui a les mêmes sentiments pour lui. Aricie est une princesse athénienne dont la famille a été évincée du trône par Thésée. Loyal à son père Hippolyte veut s'éloigner d'Aricie. Phèdre avoue à sa confidente Œnone son amour passionné pour Hippolyte qui est son beau-fils.

Thésée étant considéré comme mort, Hippolyte veut rendre son trône à Aricie. Phèdre avoue son amour à Hippolyte. Mais celui-ci la repousse. Phèdre veut se suicider.

Thésée revient. Hippolyte, loyal envers son père veut lui avouer son amour pour Aricie. Œnone, confidente de Phèdre, révèle à Thésée qu'Hippolyte a voulu violenter la reine qui a menacé de se tuer. Thésée demande à Neptune de punir son fils. Phèdre prend alors conscience du danger que court Hippolyte et de l'horreur des accusations contre lui. Elle veut revenir sur ses accusations. Mais elle apprend l'amour d'Hippolyte et d'Aricie.

Jalouse et furieuse Phèdre ne revient pas sur ses accusations. Neptune fait tuer Hippolyte par un monstre marin (le récit de cette mort est fait par Théramène, un autre personnage). Après avoir révélé la vérité à Thésée, Phèdre se donne alors la mort en s'empoisonnant.

Les thèmes principaux[modifier | modifier le wikicode]

La passion amoureuse[modifier | modifier le wikicode]

Il y a dans Phèdre deux sortes de passions amoureuses et l’amour pur d’Hippolyte pour Aricie, un amour respectueux et dévoué, et la passion furieuse de Phèdre pour Hippolyte, passion en outre interdite puisque incestueuse : Hippolyte est le beau-fils (le fils de l'époux) de Phèdre.

La fatalité[modifier | modifier le wikicode]

La fatalité peut avoir plusieurs causes dans une tragédie : les dieux, le devoir ou la passion. Dans Phèdre, la fatalité de l'amour de Phèdre pour Hippolyte est due à une déesse, Vénus, déesse de l’amour, et c’est Neptune, dieu des océans, qui cause la mort d’Hippolyte.

Le pouvoir[modifier | modifier le wikicode]

Thésée est détenteur du pouvoir et la nouvelle de sa mort laisse une place à occuper pour Aricie, Hippolyte ou le fils de Phèdre. Dans cette situation triangulaire les personnages envisagent pour obtenir le pouvoir de créer des alliances.

La parole[modifier | modifier le wikicode]

On parle souvent de Phèdre comme d'une « tragédie de la parole » : dans cette pièce en effet les mots prononcés, notamment lorsque Phèdre ou Hippolyte avouent leur amour, sont lourds de conséquences.

Analyse[modifier | modifier le wikicode]

Phèdre est un personnage théâtral de premier plan. Elle est à la fois victime de ses pulsions et coupable du malheur des autres, mais elle veut préserver son innocence. La fatalité pousse Phèdre au crime, mais lui laisse la conscience de sa faute. Phèdre est punie de la mollesse de sa résistance au mal et de l’insuffisance de sa vertu. Cette tragédie révèle les idées jansénistes de Racine qui a été éduquée à l'Abbaye de Port-Royal foyer français de cette doctrine religieuse très rigoureuse : tout homme est prédestiné par la seule décision de Dieu. La tragédie de Phèdre remet « au goût du jour » la notion de fatalité qui était très présente dans la tragédie grecque. En effet, Phèdre a une lourde hérédité. Elle a hérité de sa mère Pasiphaé l’intensité de ses désirs (Pasiphaé a eu des relations avec un taureau, don de Poséidon duquel est né le Minotaure) et elle craint après sa mort le jugement défavorable de son père, qui est juge aux Enfers.

Quelques interprètes de Phèdre[modifier | modifier le wikicode]

Le rôle de Phèdre a été créé par la comédienne Marie Champmeslé en 1677. Depuis, de nombreuses actrices ont interprété ce rôle, notamment Sarah Bernhardt (plusieurs fois à partir de 1873).

Source[modifier | modifier le wikicode]

Racine, Jean. Phèdre. Belin, Gallimard, 2015. ClassicoLycée. ISBN 978-2-7011-9318-2.

Portail du théâtre —  Tous les articles sur le théâtre et les arts de la scène.
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…