Haltérophilie

« Haltérophilie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un haltérophile en plein effort

L'haltérophilie est un sport consistant à soulever des poids. C'est un sport olympique de force qui nécessite également une technique particulière ainsi que de la vitesse, de la souplesse, de la coordination et de l'équilibre.

En compétition, deux mouvements sont évalués : l'arraché et l'épaulé-jeté. L'athlète dispose de trois essais pour chaque mouvement. La somme du meilleur essai réalisé par l'athlète à l'arraché et du meilleur essai à l'épaulé-jeté donne le total olympique. L'athlète ayant le meilleur total olympique de sa catégorie l'emporte. La catégorie de l'haltérophile est établie selon son poids (de moins de 56 à plus de 105 kilos).

C'est un sport universel, pratiqué dans un très grand nombre de pays, mais c'est en Grèce, en Turquie et en Bulgarie qu'il est le plus populaire. La Russie, l'Iran, la Chine et les pays d'Europe de l'est comptent également beaucoup d'haltérophiles de très haut niveau.

La « force athlétique » est une autre forme de lever de poids. Elle consiste en mouvements plus basiques avec des charges plus lourdes. Cette activité est plus populaire que l'haltérophilie aux États-Unis, où elle s'est développée.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les tentatives d'évaluation de la force physique des hommes sont très anciennes. Dans beaucoup de régions, des épreuves de force existent encore aujourd'hui (soulever des pierres, des troncs...).

À partir du XIXe siècle, certains hommes forts sont célèbres et popularisent les poids et haltères, en Allemagne, en Autriche et en France. Ensuite, on tente de codifier les poids et les mouvements afin de pouvoir comparer et classer les performances des athlètes.

L'haltérophilie est présente dès les premiers Jeux olympiques modernes à Athènes en 1896. Il y a alors deux épreuves, le levé à un bras et le levé à deux bras. En 1924, les mouvements à un bras disparaissent au profit de trois mouvements à deux bras : le développé, l'arraché et l'épaulé-jeté. Depuis 1972 le mouvement du développé a été abandonné, il n'y a donc plus maintenant que deux mouvements.

Les compétitions féminines datent des années 1980 et sont présentes aux Jeux olympiques depuis 2000.

Les premières catégories de poids sont apparues en 1905, il y en a aujourd'hui 8 pour les hommes et 7 pour les femmes.

Mouvements[modifier | modifier le wikicode]

  • Arraché: La barre est soulevée bras tendus au-dessus de la tête en un seul mouvement très dynamique.

L'haltérophile saisit la barre au sol. Il se relève en accélérant progressivement, se redresse en montant sur la pointe des pieds. Les bras restent tendus. Après cette extension, l'athlète se glisse le plus vite possible sous la barre en position accroupie, bras tendus au-dessus de la tête. Il se relève pour atteindre la position finale.

  • Épaulé-jeté: La barre est soulevée bras tendus au-dessus de la tête en deux fois.

L'haltérophile saisit la barre au sol. Il se relève en accélérant progressivement, se redresse en montant en extension sur la pointe des pieds et en haussant les épaules. Les bras restent tendus. Après cette extension, l'athlète se glisse le plus vite possible sous la barre en position accroupie ; La barre est à ce moment sur ses épaules, les coudes sont relevés. L'athlète se relève, la barre restant au contact des épaules. Une fois debout, l'épaulé est terminé. L'haltérophile prend alors une impulsion, jette la barre et s'abaisse à nouveau pour pouvoir saisir la barre bras tendus au-dessus de la tête (le jeté). Ce mouvement se fait généralement en fente, c’est-à-dire une jambe en avant, l'autre en arrière. Enfin, il se relève pour atteindre la position finale.

Catégories[modifier | modifier le wikicode]

Tous les haltérophiles ne concourent pas dans les mêmes catégories :

  • Catégorie masculine : 56, 62, 69, 77, 85, 94, 105. +105 kg
  • Catégorie féminine : 48, 53, 58, 63, 69, 75, +75

Il existe aussi l'haltérophilie handisport. Le mouvement utilisé est le développé-couché. Ce sport est aux Jeux olympiques handisport depuis 1964.

Équipements[modifier | modifier le wikicode]

  • La barre mesure 2,20 m et pèse 20 kg (une barre de 2,01 m et 15 kg est utilisée pour les femmes). Sur la partie centrale de la barre, elle est rugueuse pour faciliter la prise. Sur les côtés, on glisse les disques maintenus par un collier.
  • Les disques sont en métal et en caoutchouc (afin d'amortir les chocs). Ils respectent un code de couleur (25 kg rouge, 20 kg bleu, 15 kg jaune, 10 kg vert et 5 kg blanc)
  • Le plateau, au sol, mesure 4m × 4m.
  • L'haltérophile porte des chaussures spéciales, rigides et stables. Il peut porter, s'il le souhaite une ceinture de cuir large (maximum 12 cm de hauteur) pour soutenir le bas du dos, ainsi que des bandes aux poignets et aux genoux.
  • Pour améliorer la prise de barre, l'haltérophile utilise de la magnésie (craie), comme les gymnastes.

L'haltérophilie en France[modifier | modifier le wikicode]

Les champions actuels d'haltérophilie sont Vencelas Dabaya, Benjamin Hennequin, Jean-Baptiste Bardis et Mélanie Noël. Ils ont tous les trois participé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Le clan tricolore a eu d'excellents résultats à cette compétition internationale. Vencelas Dabaya, d'origine camerounaise, obtient même une médaille d'argent.

Depuis les résultats sont plus mitigés. Après des championnats du Monde de septembre 2010 décevants, la France n'a toujours pas le moindre quota avant la prochaine échéance olympique (2012) qui a eu lieu sur le continent européen à Londres.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Fédération France d'Haltérophilie Musculation Force Athlétique et Culturisme FFHMFAC. Haltéro : communauté sur l'haltérophilie.

Portail des sports —  Tous les articles sur les sports.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page haltérophilie de Wikipédia.
[Page consultée le 29 février 2008]