Giacomo Puccini

« Giacomo Puccini » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Giacomo Puccini au volant de sa De Dion-Bouton, 1902.

Giacomo Puccini, né le 22 décembre 1858 en Toscane (Italie) et mort le 29 novembre 1924 à Bruxelles (capitale de la Belgique), est un compositeur italien, surtout connu pour ses opéras.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Né dans un milieu musical (ses ancêtres s'étaient tous voués à cet art), il perd jeune son père et se destine tout d'abord à la musique religieuse, voie suivie par ses aînés. Il commence très tôt une carrière d'organiste. Mais il est plus attiré par l'opéra, et réussit à entrer au conservatoire de Milan, où il étudiera de 1880 à 1883. Son premier opéra est chaleureusement accueilli (Le Villi, 1884, Milan), et malgré une deuxième tentative qui s'avère être un échec (Edgar, 1889, Milan), Puccini est activement soutenu par son éditeur.

Ce sera à partir du troisième, Manon Lescaut (1893) d'après le roman de l'abbé Prévost que son talent éclate au grand jour. Il est reconnu comme étant le plus grand compositeur italien d'opéras de la période de l'après-Verdi. Puccini a le même sens de la mélodie, toujours très italienne, mais il y ajoute une orchestration dense et fournie qui témoigne de sa modernité. Une grande fluidité dans l'enchaînement des scènes tranche avec une certaine tradition italienne issue du bel canto, renouant ainsi avec le dernier Verdi et le wagnérisme qui obsédait sa génération. Ses harmonies raffinées montrent que le compositeur ne restait pas hermétique aux innovations françaises en ce domaine: Debussy fut admiré avec ferveur par Puccini.

Les opéras qui suivirent, La Bohème (1896), Tosca (1900), Madama Butterfly (1904) comptent parmi les œuvres les plus jouées du répertoire. Dans Madama Butterfly, l'opéra préféré du compositeur, ce dernier introduit d'authentiques mélodies japonaises. Puccini dépeint dans plusieurs de ses ouvrages, avec une certaine poésie, des scènes de la vie quotidienne des protagonistes. Souvent rattaché au courant vériste italien de l'époque, ce dernier est néanmoins plus cru. Seuls Tosca et Il tabarro (opéra plus tardif), au sein de la production puccinienne atteignent vraiment une grande violence, tant dans la musique que dans l'action.

Son Triptyque (Il trittico en italien) est peu connu mais considéré parfois comme étant l'accomplissement de son art, chaque partie du Tryptique décrivant une atmosphère et un climat différent. La troisième partie, Gianni Schicchi, est le seul opéra aux accents entièrement comiques de son auteur.

La critique a longtemps méprisé Puccini, le réduisant à ses mélodies à succès, jugées vulgaires en raison d'interprétations peu scrupuleuses de la part des chanteurs de l'époque.

Il mourut en 1924, laissant inachevée sa dernière partition, Turandot.

Opéras[modifier | modifier le wikicode]

  • Le Villi (1884)
  • Edgar (1889)
  • Manon Lescaut (1893)
  • La Bohème (1896)
  • Tosca (1900)
  • Madama Butterfly (Madame Butterfly) (1904) : Columbia, 1919
  • La Fanciulla del West (La Fille du Far-West) (1910)
  • La Rondine (L'Hirondelle) (1917)
  • Il trittico (Le triptyque) : Il tabarro, Suor Angelica, Gianni Schicchi (1918)
  • Turandot (1926, posthume)


Portail de la musique — Tous les articles concernant la musique.
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.