Béret

« Béret » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait photographique d'Auguste Rodin, béret sur la tête, vers 1900

Le béret est une coiffure en laine feutrée, de forme circulaire, garnie à l'intérieur d'une bande de cuir et d'une doublure en tissu, qui passe pour originaire du sud-ouest de la France et des Pyrénées, très portée aussi en Espagne, d'où son nom courant de « béret basque ».

En fait le béret apparaît dès le Moyen Âge. Beaucoup d'artistes en sont coiffés. Puis il a été porté par tout le monde, en ville ou à la campagne, au cours du XXe siècle. Actuellement, il attend la prochaine mode !

Il y a beaucoup de façons de porter le béret

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Portrait de Titus van Rijn, par son père, Rembrandt van Rijn, 1658, Wallace Collection, Londres

Origines gasconnes[modifier | modifier le wikicode]

L'origine du béret est très ancienne. On dit que les soldats romains venus dans les Pyrénées portaient parfois une sorte de cape avec un capuchon, appelée birrus ou birretum. Le béret (berret, ou bounet en gascon) a été fabriqué d'abord, et principalement, en Béarn, une ancienne province française, au sud de la Gascogne, dans les Pyrénées (une partie du département des Pyrénées-Atlantiques).

Paul Cézanne, Autoportrait au béret, 1898-1900, Museum of Fine Arts, Boston

Béret basque et baguette de pain[modifier | modifier le wikicode]

Au XIXe siècle, quand les touristes ont commencé à venir en vacances au bord de l'Océan, au Pays basque (en suivant l'exemple de l'empereur Napoléon III), ils ont adopté cette coiffure, car les Basques portaient aussi le béret, et la mode s'est répandue à Paris et dans toute la France. C'est de là que vient l'habitude de dire « béret basque », mais le béret n'est pas basque, et il n'y a jamais eu de fabriques de bérets au Pays basque. Entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, beaucoup de Français portaient le béret, ce qui a donné pour les étrangers l'image du « Français moyen », avec un béret et une baguette de pain sous le bras.

Fabrication[modifier | modifier le wikicode]

Tricotage et feutrage[modifier | modifier le wikicode]

Traditionnellement, le béret était tricoté à la main, avec de la laine. Souvent les bergers, tout en gardant leurs moutons, filaient la laine et tricotaient (les hommes, comme les femmes). On faisait une sorte de très grande « galette », qui était mise ensuite à bouillir assez longtemps dans une marmite d'eau. Alors la laine se feutre : les minuscules fibres qui la composent se resserrent, la grande galette tricotée rétrécit et prend la taille normale du béret. Il faut ensuite raser les fibres qui dépassent, le teindre, coudre la bordure intérieure et la doublure. Le reste de la laine du tricotage forme, au milieu, une sorte de petite queue : on l'appelle, en gascon, le coudic.

Une coiffure utile et confortable[modifier | modifier le wikicode]

Ainsi fabriqué, le feutre du béret est très solide et imperméable. Il protégeait de la pluie, du soleil, il servait à porter des noix, des châtaignes, des champignons, quand on n'avait pas de panier. Autrefois, les bérets pouvaient avoir des couleurs très différentes, le plus souvent brun, mais aussi blanc, bleu, rouge...

Le béret et la mode[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, les bérets sont fabriqués dans des usines (il en reste très peu en France). Les bérets sont tricotés à la machine, ils sont en général d'une seule couleur, le noir, parfois bleu marine, considérés maintenant comme la couleur des « vrais » bérets. Comme il n'y a pas de coudic sur les bérets tricotés à la machine, il faut l'y rajouter et le coudre.

On fabrique aussi des bérets « fantaisie », plus souples, et de couleurs variées, destinés plutôt aux femmes, ou des bérets particuliers pour certaines occasions : rouges, pour les fêtes basques et les férias du Sud-Ouest, de diverses couleurs pour des fanfares, des bandas, etc.

La coiffure des militaires[modifier | modifier le wikicode]

En attendant de revenir à la mode et d'être à nouveau sur toutes les têtes, le béret est toujours présent sur celle des militaires de tous grades. Les premiers militaires à le porter, au XIXe siècle, ont été les chasseurs alpins, qui ont de très grands bérets. Dans le monde entier, presque toutes les armées ont des bérets, avec des couleurs, des insignes, et des façons de les porter, différents.

Article mis en lumière la semaine du 6 septembre 2010.
Portail des loisirs —  Le sport, les jeux, les spectacles.