États-Unis avant la guerre de Sécession

« États-Unis avant la guerre de Sécession » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Au milieu du XIXe siècle, le Nord et le Sud des États-Unis étaient fortement opposés économiquement et socialement.

En 1860, la population des États-Unis était de 32 millions d'habitants.

Le Sud[modifier | modifier le wikicode]

Marché aux esclaves. Richmond (Virginie).1861

Le Sud, au total 15 États sur les 31 formant les États-Unis, regroupaient environ 12 millions d'habitants dont 4 millions d'esclaves. Il avait son économie basée sur le système des plantations de coton, de riz, de canne à sucre et de tabac cultivées par des esclaves. Il y avait environ 8 millions de Blancs, dont 350 000 propriétaires d'esclaves. La plupart cultivaient la terre avec quelques esclaves, seuls 46 000 d'entre eux avaient plus de 20 esclaves. Les plus grands planteurs accaparaient les meilleures terres. Trois millions de pauvres Blancs (sans esclaves mais rêvant certainement d'en posséder) avaient du mal à tirer des revenus de terres épuisées par la monoculture intensive du coton. La plus grande ville est La Nouvelle-Orléans qui atteint 160 000 habitants.

Pour les planteurs du sud, l'emploi d'esclave est une nécessité. D'après eux, seuls les esclaves sont capables de travailler dans des conditions climatiques autant éprouvantes (climat tropical humide). Le faible coût de cette main-d'œuvre est aussi un grand avantage.

La traite des noirs est interdite depuis 1808. Cependant la contrebande continue, on estime qu'entre 1850 et 1860, près de 70 000 esclaves noirs sont introduits en fraude aux États-Unis. Des propriétaires pour éviter le manque de main-d'œuvre se livrent à l'élevage des esclaves noirs (en particulier dans le Maryland et en Virginie). Tous les esclaves n'étaient pas maltraités par leurs maîtres. Dans les grandes plantations beaucoup d'entre eux « faisaient partie de la famille ». Cependant dans les petites exploitations bien souvent les esclaves devaient travailler de 16 à 18 heures par jour, malmenés par les propriétaires et contremaîtres et subissaient des châtiments corporels à la moindre faute.

Le coton était vendu aux industriels du Nord-est et surtout exporté vers le Royaume-Uni où l'industrie textile était en très grand essor (les 4/5e du coton filé et tissé dans le Royaume-Uni proviennent des États-Unis). Ce sont surtout les ports du Nord-Est qui se chargent des expéditions. Beaucoup de planteurs étaient endettés vis à vis des financiers du Nord-Est, qui achetaient à bas prix le coton du sud. Par contre le sud, dépourvu d'industries, devait importer la plus grande partie des produits industriels, que les financiers du Nord-Est vendaient cher. Le sud demandait donc l'abaissement des droits de douanes qui lui aurait permis de s'approvisionner à meilleur marché. Ce que le Nord refuse (voir ci-dessous).

Le Nord[modifier | modifier le wikicode]

New York en 1854

Le Nord formé par 16 États, avait une économie diversifiée. Les ressources agricoles étaient nombreuses, du blé, de la viande, des produits laitiers qui trouvaient un débouché dans les villes nombreuses et le blé était en partie exporté vers le Royaume-Uni. Une grande partie des agriculteurs étaient des petits et moyens propriétaires. C'est une partie de ces agriculteurs qui vont partir vers l'ouest pour coloniser les terres indiennes (car il faut acheter la terre au gouvernement fédéral et s'équiper). Pour pallier la pénurie de main d'œuvre pour cultiver cet espace immense ils se mécanisent (comme avec la moissonneuse de Mc Cormick)

Les ports du Nord-Est étaient actifs dans l'exportation des produits américains vers l'Europe. Ils étaient aussi le point d'arrivée d'une population immigrée de plus en plus nombreuse. Alors qu'il n'y avait eu que 70 000 immigrants de 1800 à 1810, ils étaient 427 000 pour l'année 1854. Pour l'essentiel il s'agissait de britanniques, de Scandinaves et de Germaniques. La plus grande partie des immigrants restaient dans les villes, faute d'avoir les capitaux nécessaires pour aller s'installer comme agriculteurs dans l'Ouest. Cet afflux d'étrangers donnaient naissance à la société mélangée (le « melting pot ») caractéristique de la vie américaine. Cette arrivée d'immigrants, dont très peu partaient pour le sud ou l'Ouest, donnait aussi un avantage politique aux États du Nord, puisque le nombre des élus à la chambre des représentants était proportionnel à la population de chaque État (un esclave comptait pour 3/5e d'habitant). Les villes deviennent gigantesques (New York a 500 000 habitants, Philadelphie près de 340 000)

L'industrie textile et la métallurgie se développaient pour permettre le développement urbain ou pour fournir l'équipement des pionniers qui partaient s'installer l'Ouest. Pour pouvoir se protéger face à la concurrence des produits britanniques, qui à l'époque inondaient le monde, les patrons américains étaient très favorables à des droits de douanes élevés.

Les ouvriers agricoles et industriels étaient par ailleurs hostiles à l'esclavage car ils considéraient que cette main d'œuvre à bas prix était pour eux un danger pour les salaires et l'emploi. Pourtant tous n'étaient pas partisans de l'égalité des droits entre Blancs et Noirs. Quelques États du Nord pratiquaient la discrimination raciale en interdisant certains établissements aux Noirs ou ne leur reconnaissaient pas de droits politiques ou les empêchaient de les exercer.

Les partis politiques[modifier | modifier le wikicode]

Depuis la création des États-Unis dans les années 1780, deux partis politiques ont dominé les pays.

Le parti démocrate[modifier | modifier le wikicode]

Il est partisan de la limitation des pouvoirs du gouvernement fédéral. C'est le parti des fermiers, aussi bien des grands planteurs du Sud que des petits agriculteurs de l'Ouest qui réclament l'abaissement des tarifs douaniers. Ils souhaitent également s'étendre vers l'Ouest aux dépens des Indiens (un des plus importants membres du parti Andrew Jackson, président en 1829 puis de nouveau en 1837, a été un héros des guerres indiennes) ou du Mexique (guerre américano-mexicaine de 1846 à 1848). D'abord réparti partout dans l'Union, il tend à se concentrer dans le Sud dont il défend les intérêts et les idées sur l'esclavage. Les démocrates dirigent l'Union de 1830 à 1860.

Le parti whig ou Fédéralistes[modifier | modifier le wikicode]

Les whigs sont partisans d'un pouvoir central fort. Ils veulent des tarifs douaniers élevés afin de protéger les productions industrielles américaines. Il recrute parmi les hommes d'affaires du Nord-Est et parmi les ouvriers. Il va disparaître avec la création du parti républicain.

Le parti républicain[modifier | modifier le wikicode]

Il est de création récente (créé dans l'Illinois en 1854). Les républicains ne réclament pas la suppression de l'esclavage mais ils luttent contre son extension dans les territoires de l'Ouest qui petit à petit deviennent des États membres de l'Union. Territoires qui voyaient s'installer des planteurs esclavagistes chassés par l'épuisement des vieilles terres cotonnières du Sud traditionnel. Les whig du Nord le rejoignent, tandis que les whigs du Sud adhérent au parti démocrate. Les républicains parviennent à s'implanter dans les États de l'Ouest (Iowa, Illinois dont les agriculteurs, surtout des fermiers familiaux n'ayant pas besoin des esclaves), bénéficient du développement du chemin de fer vers les ports atlantiques du Nord-Est. L'homme-phare du parti républicain est Abraham Lincoln. Après la crise économique de 1857, les industriels du Nord-est, qui veulent la protection offerte par des droits de douanes élevés le rejoignent.

Tentatives pour résoudre le problème de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

L'importance de l'esclavage selon les États

Le compromis du Missouri[modifier | modifier le wikicode]

Après l'Indépendance, les colons de la côte-est se lancent dans la conquête des territoires habités par les Indiens dans la vallée du Mississippi.

Le Congrès américain avait fixé sur la vallée de l'Ohio la limite entre les États esclavagistes et ceux qui ne l'étaient pas. Mais l'acquisition de la Louisiane (achetée à la France en 1803), pose le problème de sa mise en valeur par les Blancs, y introduira-t-on l'esclavage ? En 1820, la demande d'admission dans l'Union du Missouri, qui était un État esclavagiste, est réglée par un compromis : en même temps que le Missouri, le Maine (anti-esclavagiste) était admis, l'équilibre entre États étant ainsi maintenu. La nouvelle frontière entre les deux systèmes est alors fixée au niveau du parallèle 36°30'. De ce fait les trois quarts de la Louisiane devenaient anti-esclavagiste. L'expansion des États des agriculteurs du Sud vers l'Ouest se trouvait gênée.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Compromis du Missouri.
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Acte du Kansas-Nebraska.

La montée des idées anti-esclavagistes[modifier | modifier le wikicode]

À partir de 1850, une vive campagne pour l'abolition de l'esclavage se développe dans les États du Nord au nom de la morale et de la dignité humaine.

En 1852, paraît le livre La case de l'oncle Tom écrit par Harriet Beecher-Stowe. C'est un énorme succès de librairie (il y plus de 500 000 exemplaires vendus en 5 ans). Dans le livre on découvre la vie de Tom, un esclave maltraité par ses maîtres.

En 1857, Dred Scott, un esclave, qui avec son maître avait séjourné dans les États non-esclavagistes du Nord-Est, revient dans le Missouri et demande a être considéré comme un homme libre. L'affaire remue l'opinion américaine. Mais la Cour suprême des États-Unis lui refuse ce droit.

En 1859, John Brown, un abolitionniste blanc, dans le but de provoquer le soulèvement des Noirs, attaque l'arsenal de Harper's Ferry (en Virginie), avec un commando de 18 hommes dont 5 Noirs. Il est exécuté.

La campagne électorale pour l'élection présidentielle a lieu en 1860. L'affrontement entre les esclavagistes et les Républicains va avoir lieu. Abraham Lincoln est élu en novembre. Mais dès son élection sept États du Sud quittent l'Union. Rapidement quatre autres les rejoignent. La guerre de Sécession commence.

Portail des États-Unis —  Tous les articles concernant les États-Unis.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.