Dernière modification le 17 juin 2016, à 14:33

Guerre de Sécession

Guerre de Sécession
En haut à gauche : Armée nordiste à Stones River, Tennessee ; en haut à droite : des prisonniers confédérés à Gettysburg ; en bas : la bataille de Fort Hindman, Arkansas.
En haut à gauche : Armée nordiste à Stones River, Tennessee ; en haut à droite : des prisonniers confédérés à Gettysburg ; en bas : la bataille de Fort Hindman, Arkansas.
Informations générales
Date 1861-1865
Lieu Aux États-Unis
Issue Victoire de l'Union (Nord)
Bélligérants
US flag 34 stars.svg Union (Nord)
Flag of the Confederate States of America (March 1861 – May 1861).svg Confédération (Sud)
Commandants
Abraham Lincoln (président)

Ulysses Simpson Grant(1861-1865) (général en chef 1864-1865) William T. Sherman (1861-1865) George Meade (1861-1865) George McClellan (1861-1864) (général en chef 1862) Joseph Hooker (1861-1865) Philip Sheridan (1861-1865)

David Dixon Porter (1861-1865)
Jefferson Davis (président)

Robert E.Lee (1861-1865) (général en chef 1865) Thomas "Stonewall" Jackson † (1861-1863) Joseph E. Johnston (1861-1865) Braxton Bragg (1861-1865) Pierre Gustave Toutant de Beauregard (1861-1865) John Bell Hood (1861-1865) James Longstreet (1861-1865) Albert Sidney Johnston † (1861-1862)

Stand Watie (1861-1865) (chef Cherokee)
Forces en présence
2 200 000 hommes
1 064 000 hommes
Pertes
110 000 morts au combat

360 000 morts au total

275 200 blessés
93 000 morts au combat

260 000 morts au total

137 000 blessés
voir modèle •modifier

La guerre de Sécession (appelée aux États-Unis the Civil War) est une guerre civile survenue entre 1861 et 1865 aux États-Unis entre les nordistes et les sudistes. Ce fût la guerre la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis d'Amérique.

Les causes de la guerre de SécessionModifier

Depuis l'origine des colonies anglaises de la côte est de l'Amérique du Nord, il y avait une opposition culturelle et économique entre les colonies du Nord et celles du Sud.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : États-Unis avant la guerre de Sécession.

Les causes économiquesModifier

Les oppositions se sont aggravées avec la culture du coton. Les États du Sud sont producteurs de coton. Pour produire ils emploient des esclaves noirs. Le Sud exporte une grande partie de sa production de coton vers l'Europe (Royaume-Uni surtout). Il a besoin de la liberté du commerce pour ne pas mécontenter ses clients britanniques. Les États du Nord ne sont pas producteurs de coton, mais ils disposent d'une main d'œuvre nombreuse fournie par les vagues d'immigrés européens. Ils veulent développer une industrie textile locale. Pour cela ils doivent la protéger contre les textiles britanniques qui lui font concurrence. Ils veulent donc mettre en place des droits de douanes qui découragent les importations britanniques, ce qui mécontente le Royaume-Uni.

Les causes culturellesModifier

Les causes culturelles ont été en culture. Peu de gens savaient récolter le coton, peu savaient faire marcher les usines ; après la guerre, l'esclavage ayant été aboli, la culture du coton était complexe, et au Nord, beaucoup d'hommes ayant été tués à la guerre, il n'en restait plus beaucoup pour faire marcher les usines.

L'élection d'Abraham Lincoln en 1860Modifier

Les nordistes, qui se nommèrent « l'Union », comprenaient tous les États abolitionnistes et cinq États « frontaliers » esclavagistes. Les nordistes étaient dirigés par Abraham Lincoln et le Parti républicain, opposé à l'expansion de l'esclavage dans les territoires détenus par les États-Unis. Sa victoire à l'élection présidentielle de 1860 entraîna une première sécession de sept États du Sud, avant même que Lincoln n'ait pris ses fonctions. Les sudistes de sept États formèrent le 4 février 1861 les « États Confédérés d'Amérique », qui ne reconnaissaient pas Lincoln comme président. Ils élirent comme président Jefferson Davis du Mississippi, ancien Secrétaire à la Guerre.

Cette situation ne fut admise ni par le président encore en fonction James Buchanan, ni, bien sûr, par le président élu Abraham Lincoln. Elle fut à l'origine de la guerre de Sécession, qui opposa pendant un peu plus de quatre années les États du nord à ceux du sud.

Guerre de Sécession
en bleu : les Nordistes des États de l'Union (en bleu clair : États de l'Union où l'esclavage était autorisé) ;
en rouge : les Sudistes des États confédérés.
Le général nordiste Ulysses S. Grant.
Le général sudiste Robert E.Lee.

Les opérations militairesModifier

Déroulement de la guerre dans l'EstModifier

La guerre fut déclenchée par une attaque des sudistes sur Fort Sumter à Charleston, en Caroline du Sud, tenu par des unités fidèles aux Nordistes. Au début des hostilités, ce sont les armées sudistes qui l'emportent, commandés par le général Robert Lee. Les Nordistes lancent de sanglantes offensives, tandis que le commandement sudiste, conscient de son infériorité numérique, ménage le sang de ses hommes par des tactiques plus élaborées.

L'été 1863, Lee envoie ses troupes dans le Nord jusqu'en Pennsylvanie et se heurte aux Nordistes à Gettysburg : au bout de trois jours de combats, les Confédérés s'avouent vaincus. Au même moment, sur le Mississippi, le général nordiste Ulysses S. Grant prend la ville de Vicksburg. L'Union contrôle désormais toute la vallée du Mississippi, coupant en deux la Confédération.

Après deux ans d'affrontements, les Nordistes (l'Union), commandés par les généraux Ulysses S. Grant et William T. Sherman, réussissent à envahir les États du Sud. Les Confédérés (Sudistes) capitulent le 9 avril 1865.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Bataille de Gettysburg.

Déroulement de la guerre dans l'OuestModifier

À l'ouest du Mississippi, la guerre se déroule sur un très vaste territoire, impliquant des blancs, des noirs et des Amérindiens.

Au moment de la sécession, le Texas, l'Arkansas et la Louisiane quittent l'Union pour la Confédération. En août 1861, les Confédérés (Sudistes) envahissent le Missouri par leur victoire de Wilson's Creek, mais au printemps 1862, à la bataille de Pea Ridge, les Nordistes les forcent à abandonner l'Arkansas. Pendant les deux années suivantes, le Missouri et l'Arkansas demeurent aux mains des Nordistes.

En 1863, Vicksburg est la dernière ville confédérée sur le Mississipi. La victoire du Siège de Vicksburg permet aux Nordistes de contrôler tout le fleuve.

En 1864, la Confédération s'attaque de nouveau à l'Arkansas et au Missouri, repoussant les Nordistes jusqu'à Little Rock.

Dans les derniers temps de la guerre, les combats se déplacent vers les Plaines et la Prairie. Les Cherokees et autres tribus indiennes combattent souvent sous les deux uniformes. Le Cherokee Stand Watie, par exemple, devient général de brigade dans les rangs confédérés : il est le dernier des rebelles à se rendre, fin juin 1865, plusieurs semaines après la capitulation de Lee.

La signature de la paix laissa dans l'Ouest un climat de violence, aboutissant à des règlements de comptes personnels et d'incessantes attaques contre les banques et les trains.

Bataille majeur de la guerre de sécessionModifier

Bataille de Fort Sumter

Première bataille de Bull Run

Combat de Hampton Roads

Bataille de Shiloh

Seconde bataille de Bull Run

Bataille d'Antietam

Bataille de Fredericksburg

Bataille de Chancellorsville

Bataille de Gettysburg

Siège de Vicksburg

Bataille de Chickamauga

Bataille de Cold Harbor

Combat naval à Cherbourg (1864)

Siège de Petersburg

Bataille d'Appomattox Court House

ConséquencesModifier

Carte mentale sur la guerre de Sécession.

Cette guerre a fait au moins 620 000 morts (jusqu'à 820 000 pour certains historiens) et des centaines de milliers de blessés. Ce fut la première guerre moderne de l'histoire.

Liens internesModifier


Portail des États-Unis - Tous les articles concernant les États-Unis.
Lavis electric train.jpg Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Portail de l'histoire militaire - Tout sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Guerre de Sécession de Wikipédia.