Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Queue

« Queue » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Queue et pattes palmées d'un castor du Canada

La queue est le prolongement de la colonne vertébrale, au-delà de l’abdomen, chez beaucoup d’animaux vertébrés. Chez l'être humain, une queue se développe dans le ventre de sa mère, puis disparaît avant la naissance.

Chez les animaux[modifier]

La queue des mammifères[modifier]

Elle peut être très différente en longueur selon les espèces, même proches. Le lapin a la queue très courte, alors que l’écureuil possède un long panache. La queue peut être très fine pour la souris, plate pour le castor, garnie d’une touffe de poils pour le lion, recouverte d’écailles pour le pangolin.

Si certains singes ont la queue très longue (mais seul l’atèle ou singe-araignée peut l’utiliser pour s’accrocher aux branches), d’autres comme le gorille ou le gibbon n’en possèdent pas.

En plus de son utilisation comme chasse-mouches par certains, la queue sert souvent de stabilisateur dans la course et le saut. C’est surtout vrai pour le kangourou à qui elle sert aussi d’amortisseur quand il retombe au sol.

La queue des poissons[modifier]

Il est difficile de voir où elle commence dans leur corps effilé (en fait, c’est après l’anus qui est le dernier organe de l’abdomen). Sa caractéristique générale est de porter la plus grande nageoire, appelée caudale, qui amplifie l’ondulation du corps produisant la nage du poisson. Les autres nageoires ne servent pas à la progression, mais à la stabilité du corps dans l’eau. Il faut noter que les mammifères marins, qui ne sont pourtant pas des poissons, utilisent aussi leur nageoire caudale pour amplifier leurs mouvements.

La queue des oiseaux[modifier]

Quand on observe une volaille déplumée, prête à la cuisson, on voit que l’os couvert de chair de la queue, appelé croupion, est très court. Cela n’empêche pas beaucoup d’oiseaux de posséder de longues plumes caudales, notamment le faisan, le paon, le perroquet. En vol, les oiseaux utilisent leur queue comme stabilisateur et la déploie comme un aérofrein à l’atterrissage.

Utilisation pour s'exprimer[modifier]

Le chat et le chien utilisent leur queue pour exprimer leurs réactions de plaisir, de colère ou de crainte. Un chien qui se met la queue entre les jambes est vaincu et fait signe de soumission ; d'ailleurs il existe une locution française disant : partir la queue entre les jambes.

Chez l'être humain[modifier]

L'être humain aussi possède une queue qui apparaît au cours du développement du fœtus, puis qui disparaît avant la naissance pour ne laisser place qu'au coccyx. Il s'agit d'un organe dit vestigiel car, selon la théorie de l'évolution, ce serait un vestige de nos lointains ancêtres.

La queue dans le langage[modifier]

  • Être « en queue de peloton ou de classement », c’est se trouver dans les derniers.
  • « Faire la queue », c’est se placer dans une file d’attente avant de passer à une caisse ou un guichet. L’expression vient sans doute d’un jeu d’enfants : « à la queue leu-leu » où chacun tient les épaules du précédent pour former un longue file.
  • « Faire une queue de poisson », se dit d’un véhicule qui coupe la route d’un autre en se rabattant brusquement après un dépassement, ce qui peut être dangereux.
  • « Un tête à queue » se produit parfois sur sol glissant quand un véhicule dérape et se retrouve brusquement en sens inverse.
  • Une histoire « sans queue ni tête » est incompréhensible.
  • Quand « cela se termine en queue de poisson », on est déçu que cela finisse n’importe comment.