Henri II d'Angleterre

« Henri II d'Angleterre » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
miniature représentant, sous une arcade, assis sur un trône, le roi Henri II portant une église
Henri II d'Angleterre

Henri II d'Angleterre ou Henri II Plantagenêt, né le 5 mars 1133 au Mans et mort le 6 juillet 1189 au château de Chinon, est un comte d'Anjou, du Maine et de Touraine, duc de Normandie, qui fut roi d'Angleterre de 1154 à 1189, fondant ainsi la dynastie des Plantagenêts.

Henri II Plantagenêt est l'époux d'Aliénor d'Aquitaine et le père de Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre.

Un grand seigneur français[modifier | modifier le wikicode]

Carte qui montre qu'Henri II et sa femme possédait la moitié ouest et le centre de la France. Montre également le peu d'étendue du domaine royal français.
Les possessions françaises d'Henri II (en rouge et rose) et d'Aliénor d'Aquitaine (orange)

Henri II est le fils de Geoffroi Plantagenêt comte d'Anjou et de Mathilde fille du roi d'Angleterre Henri Ier Beauclerc. Henri II devient duc de Normandie en 1150 (que son père lui cède) et comte d'Anjou et du Maine en 1151 à la mort de son père. Par des actions militaires en Angleterre et avec l'aide du roi d'Écosse, il aide sa mère à retrouver le trône d'Angleterre dont elle a été dépossédé par Étienne de Blois. Mais c'est un échec.

En 1152, il épouse Aliénor d'Aquitaine, ancienne reine de France, qui lui apporte en dot l'Aquitaine, le Poitou, l'Auvergne. La reine avait 30 ans et lui 19 ans. Les possessions françaises d'Henri II et de sa femme sont beaucoup plus importantes et riches que le domaine royal du roi Louis VII qui est son suzerain.

Il doit combattre le roi de France qui lui conteste le duché d'Aquitaine. Mais les deux adversaires font la paix à la fin de 1152.

Le roi d'Angleterre[modifier | modifier le wikicode]

En 1154, il devient roi d'Angleterre après avoir obligé par la guerre Étienne de Blois à le reconnaître pour héritier. À l'époque l'Angleterre était un pays beaucoup moins peuplé et riche que la France, mais le roi y était puissant.

Henri II grâce à des inspecteurs itinérants parvient à se faire obéir des grands seigneurs (les barons) et des évêques. Il fait détruire nombre de châteaux, confisquent les biens des seigneurs ayant soutenu Étienne de Blois.

Il obtient le serment vassalique de Malcolm IV, le roi d'Écosse pour tous les fiefs que celui-ci possédait en Angleterre. En 1155, il conquiert le pays de Galles.

Henri II modifie l’administration de son royaume, afin de mieux le contrôler. Ses conseillers proviennent de tout son « empire ». Près de lui siège la Cour (Curia Regis), où se retrouvent des grands vassaux laïques et ecclésiastiques. De grands officiers occupent des fonctions très importantes : le Chancelier rédige et conserve tous les textes provenant du roi (les acts). L'Échiquier s'occupe des finances ; les shérifs doivent rendre compte de leur gestion des comtés (les shires). Il fait aussi office de chambre des comptes et de trésorerie. Le Banc du Roi et la Cour des Plaids Communs rendent la justice au nom du roi. À sa tête, le Grand Justicier remplace le roi pendant ses absences. Progressivement un droit anglais, unique et centralisé, devient plus important que les coutumes locales (common law).

Il entre en conflit avec les représentants locaux de l'Église catholique en diminuant l'action des tribunaux ecclésiastiques. Son ami et conseiller Thomas Beckett archevêque de Canterbury devient le chef de l'opposition au roi. Henri II laisse faire son assassinat en 1170. Il est excommunié mais il se réconcilie avec la papauté en 1172.

Henri II crée l'armée nationale anglaise en 1171.

Les interventions en France[modifier | modifier le wikicode]

Henri II parvient à réduire la rébellion de son frère Geoffroy après qu'il ait promis, en 1156, de prêter l'hommage vassalique au roi de France pour tous ses fiefs français.

En 1158 il s'impose à Nantes et dans le pays de Mée.

En 1159, il tente avec l'aide du comte de Barcelone de s'emparer du comté de Toulouse. Il met le siège devant Toulouse mais l'intervention armée du roi de France, son suzerain, contraint Henri II à renoncer (au passage il s'empare d'une partie du Quercy).

Les difficultés de la fin du règne[modifier | modifier le wikicode]

Les dernières années de son règne sont troublées par les conflits qu'il a avec ses fils. Ceux-ci sont poussés à la révolte armée par leur mère (qu'Henri fait emprisonner en 1174) et par le roi de France Philippe Auguste.

Son fils Richard Cœur de Lion lui succède.

Images sur Henri II d'Angleterre Vikidia possède une catégorie d’images sur Henri II d'Angleterre.
Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !