Buccin ondé

« Buccin ondé » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : buccin et bulot.
Bulot
Buccin ondé
Buccin ondé
Nom(s) commun(s) Bulot, Buccin, Buccin ondé, Gros buccin, Berlot, Bourgot, Buccin conteux, Compteux, Comteux1, Coucou, Grosse bigorne, Goglu, Ran, Maskora (Pays Basque)2, Chanteur (Somme), Calicoco (Cotentin), Torion (Cancale), Killog (Finistère), Bavoux (Barfleur), Burgaud morchoux (Sables-d'Olonne)3
Nom scientifique Buccinum undatum
Répartition Atlantique nord
Milieu de vie Sur le sable ou la vase, près des côtes
Taille Longueur de la coquille : 6 à 9 cm (jusqu'à 15 cm pour les plus gros)
Poids 20 g
Longévité plus de 10 ans
Régime alimentaire Carnivore et Charognard
Des bulots, cuits, prêts à être mangés
Des bulots, cuits, prêts à être mangés
voir modèle • modifier

Le buccin ondé, ou gros buccin (nom scientifique : Buccinum undatum), est un escargot de mer, plus couramment appelé bulot ou buccin, même si ces noms sont aussi utilisés pour d'autres espèces (notamment d'autres escargots de mer de la même famille). C'est un coquillage comestible, qui est apprécié sur les plateaux de fruits de mer. Vivant dans l'océan Atlantique, il est pêché un peu partout pour être mangé. Il porte un grand nombre de noms différents, selon les régions. (voir ci-contre)

Description[modifier | modifier le wikicode]

Le bulot ressemble un peu à un escargot. Son corps est constitué d'un pied, sur lequel il rampe, ainsi que d'une tête, qui porte deux tentacules, entre les deux yeux. Une sorte de tube, le siphon, dépasse du dos de l'animal, au dessus de sa tête, juste en dessous de la coquille : c'est par là que le bulot respire. Son corps est assez clair, souvent tacheté de noir. Le bulot possède une coquille enroulée et pointue, de couleur beige. Elle est ornée de petites vaguelettes qui lui ont valu son nom de « buccin ondé ». Il est difficile de mesurer le corps mou de l'animal, mais la coquille, d'une pointe à l'autre, mesure en général 6 à 9 cm, parfois même 12, ou même 15 cm pour les bulots les plus âgés. On pense qu'un bulot peut vivre plus de 10 ans. Quand le bulot rentre à l'intérieur de sa coquille pour s'abriter, il en referme l'entrée par une sorte de petit couvercle rond, l'opercule. L'opercule du bulot est souple, et très solide. Elle a l'aspect d'un petit disque marron. Quand le bulot sort, il replie son opercule sur l'arrière de son corps pour ouvrir l'entrée de sa coquille.

Une grande partie du corps du bulot reste toujours dans sa coquille, et n'en sort jamais : il s'agit de tous ses organes internes, notamment son cœur, son tube digestif, et surtout ses branchies, qui lui permettent de respirer sous l'eau.

Mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Le bulot vit sur les fonds marins, près des côtes du nord de l'Atlantique. On le trouve principalement sur les fonds sableux, ou bien à la limite entre le sable et les rochers, et dans la vase, partout où il peut trouver sa nourriture.

Le bulot préfère les eaux froides aux eaux tropicales, et ne peut pas supporter une température de plus de 29 °C

Régime alimentaire[modifier | modifier le wikicode]

Le bulot est un animal carnivore, principalement charognard : il se nourrit essentiellement des restes de poissons et autres animaux morts qu'il trouve sous le fond de la mer. Il est très sensible aux odeurs, et détecte rapidement les charognes sous l'eau, grâce à des organes spéciaux, situés à la base des branchies : les osphradies. Il est très utile, et contribue ainsi à nettoyer les fonds marins et à éviter les maladies.

Mais c'est aussi un prédateur, qui s'attaque à des animaux vivants, comme les vers marins, comme les néréides, les oursins, mais aussi les coquillages bivalves : quand le bulot a la chance de trouver une huître entrouverte, il coince les valves avec sa propre coquille avant qu'elle ait pu se refermer, afin de pouvoir la manger. Mais, la plupart du temps, le coquillage a le temps de refermer sa coquille pour se protéger. Le bulot perce alors un petit trou à travers la coquille pour pouvoir le manger.

Le bulot profite également des étoiles de mer, qui se nourrissent, elles aussi, de bivalves. Les bulots accompagnent souvent les étoiles de mer, et se nourrissent des restes qu'elles laissent après leurs repas.4

Les bulots sont, à leur tour, la proie d'autres prédateurs, comme les crabes, qui arrivent à les extraire de leur coquille pour les manger.

Reproduction[modifier | modifier le wikicode]

Une grappe d’œufs de bulot, ou « savonnette de mer », rejetée par la mer, sur une plage.

Le bulot devient capable de se reproduire vers l'âge de 4 ans, dès qu'il a atteint une taille d'environ 5,5 cm. Contrairement à l'escargot, le bulot n'est pas hermaphrodite : il existe des bulots mâles et des bulots femelles. L'accouplement a lieu aux mois de novembre et décembre. La femelle conserve les spermatozoïdes du mâle pendant plusieurs semaines, et la ponte a lieu en général au mois de février.

La femelle pond un grand nombre d’œufs, accrochés pour former une sorte de grappe, qui est fréquemment rejetée sur la plage par la mer. Les marins appellent ces grappes « savonnettes de mer ». Les larves se développent à l'intérieur de la grappe, d'où sortiront finalement des petits bulots parfaitement formés.

La pêche au bulot[modifier | modifier le wikicode]

On peut pêcher le bulot à partir d'une taille de 4,5 cm ; plus petit, il faut le relâcher : c'est qu'il est trop jeune. Le bulot peut se pêcher à pied, à marée basse, ou, plus fréquemment, au casier, en l'attirant au moyen d'un appât (morceau de crabe ou de poisson). C'est en Normandie qu'on en pêche le plus. Cette pêche a lieu principalement l'hiver.

Le bulot est pêché pour être mangé, comme fruit de mer, mais aussi pour être utilisé comme appât, pour la pêche à la morue et à la roussette, notamment dans le Nord.

Alimentation[modifier | modifier le wikicode]

Le bulot est consommé comme fruit de mer.

Préparation[modifier | modifier le wikicode]

Il existe plusieurs recettes pour cuisiner le bulot ; en général, on le consomme froid, après une assez longue cuisson au court-bouillon :

  • Nettoyer les bulots en les passant sous l'eau froide, et en les brossant, notamment au niveau de l'opercule (le bulot va s'ouvrir en cuisant, et les saletés déposées sur sa coquille vont se décoller, et risquer de se mélanger avec la chair du bulot) ;
  • Plonger les bulots dans une bassine d'eau froide et salée, et les laisser tremper pendant une à deux heures, pour qu'ils recrachent les saletés, et notamment le sable, qu'ils ont pu avaler, puis les rincer à nouveau.
  • faire cuire les bulots dans l'eau, avec un bouquet garni, une poignée de gros sel, et du poivre, et les laisser cuire pendant 20 minutes, avant de les égoutter.

Souvent, on trouve des bulots déjà cuits chez le poissonnier ou l'écailler, prêts à être mangés. Certains le mangent avec de la mayonnaise, mais, ce sera nettement moins diététique !

Apports nutritionnels[modifier | modifier le wikicode]

Le bulot est un aliment pauvre en calories (quand on le mange pas avec de la mayonnaise) ; il est riche en protéines et très pauvre en lipides, et surtout en sucre. Il est notamment consommé dans certains régimes.

Le bulot est riche en vitamines et en minéraux : c'est notamment l'un des aliments les plus riches en magnésium, avec le bigorneau et l'escargot. On y trouve aussi du fer, du calcium, et des vitamines du groupe B.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikilien pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Images[modifier | modifier le wikicode]

Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. DORIS - FFESSM - Biologie et plongée - Faune et flore sous-marines et dulcicoles
  2. [pdf]Le buccin ondé
  3. Buccinum undatum sur Wikipédia
  4. J. H. Himmelman & J. -R. Hamel, Diet, behaviour and reproduction of the whelk Buccinum undatum in the northern Gulf of St. Lawrence, eastern Canada, Marine Biology 116(3), 1993
Article mis en lumière la semaine du 8 octobre 2012.
Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !