la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Cerisier du Japon Prunus serrulata.jpg Astuce du mois, interview... Venez lire le numéro 4 de la Gazette de Vikidia ! Moi, je suis une star, une vraie de vraie ...

Georges Jacques Danton

« Georges Jacques Danton » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Georges Danton)
Aller à : Navigation, rechercher
Danton en 1792

Georges Jacques Danton est un homme politique du temps de la révolution française de 1789. Il est né à Arcis-sur-Aube le 26 octobre 1759 et est mort guillotiné à Paris le 5 avril 1794, âgé de 34 ans.

Il faisait partie des Montagnards, groupe de députés de la Convention nationale. Il était l'un de leurs chefs avec Robespierre et Marat. Danton était de tendance modérée.

Danton avant la révolution française[modifier]

Danton est issu d'une famille bourgeoise. Son père était procureur au bailliage d' Arcis-sur-Aube. Il a été élève du collège tenu par les Oratoriens à Troyes. Après des études de Droit à Paris, Danton achète en 1787, un office d'avocat au Conseil du roi (charge qu'il conserve jusqu'en 1791).

Danton au début de la révolution[modifier]

Dès le début des évènements révolutionnaires, Danton affiche ses idées favorables au changement. Il s'enrôle dans la Garde nationale. (dont le recrutement est assez bourgeois).Il l est élu président du districtPrécision parisien des Cordeliers en octobre 1789, au moment du retour forcé du roi à Paris.

En 1790, il fonde le club des Cordeliers où ses grands talents d'orateur le rendent célèbre. Après le fuite du roi la manifestation sanglante du Champs de mars en juillet 1791, il doit s'exiler en Angleterre. Mais il revient à Paris et le 31 octobre 1791, il est élu administrateur du département de la |Seine. Le 7 décembre 1791, il est élu second substitut du Procureur de la CommunePrécision de Paris.

Danton devient ministre[modifier]

Alors que la France est envahie par les armées prussiennes et autrichiennes, Danton est élu ministre de la Justice le 11 août 1792, au lendemain de l'arrestation du roi . Il devient l'homme fort du gouvernement. Son énergie permet d'éviter la manique et favorise l'organisation de la riposte. Il ne fait rien pour empêcher les massacres de septembre 1792, pendant lesquels les Sans-Culottes parisiens exécutent les suspects enfermés dans les prisons. On le soupçonne d'avoir acheté la victoire française de Valmy contre les Prussiens le 20 septembre 1792.

En septembre 1792, les Parisiens l'élisent comme député à la Convention nationale, il se démet de ses fonctions de ministre.

Un des chefs montagnards[modifier]

Danton à la tribune de la Convention

Danton est plutôt un modéré qui souhaite le compromis entre les différents groupes de la bourgeoisie , les Girondins et les Montagnards qui se disputent le pouvoir. Mais les Girondins l'attaquent sur sa gestion financièrement douteuse du ministère de la Justice. Danton est donc rejeté vers les Montagnards.

En janvier 1793, il vote la mort du roi sans condition. Fin janvier il demande l'annexion de la Belgique (les Pays-Bas autrichiens de l'époque) conquise par la France. En mars 1793, Danton est un des créateurs du Tribunal révolutionnaire chargé d'éliminer les ennemis intérieurs de la révolution (les suspects). En avril 1793 il obtient la création du Comité de salut public chargé de coordonner l'action des républicains contre l'invasion étrangère et la guerre civile créée par le soulèvement vendéen. Il en est le président jusqu'en juillet 1793.

Cependant l'action de Danton prête le flanc à la critique. De la fin de 1792 à février 1793, il est envoyé comme représentant du peuple en mission en Belgique annexée après les victoires de l'automne 1792. Il ne dénonce que le 27 mars 1793, au dernier moment, les manœuvres du commandant en chef, un girondin,le général Dumourier qui complote en vue de renverser le gouvernement révolutionnaire et qui découvert passe à l'ennemi.

Danton mis à l'écart par les Montagnards[modifier]

Après l'élimination des Girondins le 31 mai 1793 et le 2 juin 1793 Danton et ses amis ne sont pas réélus au Comité de salut public à l'occasion du renouvellement mensuel de juillet 1793. Par contre les Robespierristes entrent en force dans ce comité qui gouverne la France. Les partisans de Robespierre leur reprochent de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre les menaces contre le République.

Danton se met en retrait de la vie politique, se remarie, profite de ses revenus. En novembre 1793, il revient à Paris.

Au club des Cordeliers, il doit lutter contre l'influence grandissante des hébertistes et des Enragés qui réclament des mesures sociales audacieuses en faveur des classes pauvres et des actions plus encore plus violentes contre les suspects. Ces groupes républicains mènent également une politique de déchristianisation qui déplait à une grande partie de la population, à Danton mais aussi et surtout à Robespierre et ses amis.

A la fin de l'année 1793, les armées républicaines ont partout repoussé ou vaincu les ennemis. S'appuyant sur ces faits, Danton et son ami Camille Desmoulins qui vient de fonder le journal Le vieux Cordelier, proclament qu'il n'est plus nécessaire de maintenir les mesures exceptionnelles de la Terreur. Il faut revenir à un gouvernement normal (qui existe en théorie puisque la Constitution de l'An I a été votée). Leurs adversaires les nomment désormais les Indulgents.

Danton et Robespierre s'allient pour élimer les hébertistes qui seront arrêtés, jugés par le Tribunal révolutionnaire et exécutés le 24 mars 1794. Puis Robespierre se retourne contre Danton. Celui-ci qui a des amis compromis dans des scandales financiers, est accusé de malversations. Il est arrêté le 29 mars. Assurant sa défense avec talent, il est exclu des séances du Tribunal révolutionnaire où se déroule son procès. Il est condamné à mort. Il est guillotiné (ainsi que Camille Desmoulins et plusieurs de ses amis et relations) le 5 avril 1794.

Vikiliens pour compléter sur les dirigeants montagnards[modifier]

Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine