Soie de mer

« Soie de mer » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un gant en soie de mer, dans un musée.

La soie de mer, ou soie marine, ou « byssus » est un tissu qui était confectionné, dans l'Antiquité, à partir du byssus de certains coquillages, c'est-à-dire les filaments qui lui permettent de s'accrocher à un support. Elle a été très appréciée, jusqu'au tout début du XXème siècle. Malheureusement, l'animal qui sert à la produire, la grande nacre, qui ne vit qu'en Méditerranée, est devenu rare dans la nature, et on n'en fabrique quasiment plus aujourd'hui.

Comme la soie, qui est fabriquée à partir des fils du cocon d'une chenille (le ver à soie), le byssus est une fibre d'origine animale, qui est constituée de protéines. Il n'est pas produit par une chenille, mais par différents coquillages, comme les moules... Et il ne leur sert pas à se protéger, mais à se fixer à un rocher, ou à un autre support. Cependant, contrairement à la soie, l'animal qui produit la soie marine n'est pas issu de l'élevage : la grande nacre est le seul coquillage assez gros pour produire assez de byssus pour pouvoir en faire un tissu... et encore en faut-il plusieurs milliers pour pouvoir produire un objet en soie marine ! Comme c'est une espèce qui vit longtemps et grandit très lentement, elle était pêchée directement dans la nature.

Le problème, c'est que, comme pour le ver à soie, il faut tuer la grande nacre pour récupérer son byssus... Et comme personne n'en fait l'élevage, la grande nacre est devenue très rare en Méditerranée, et est aujourd'hui protégée. On a été obligé d'arrêter la fabrication de la soie marine ; seul un atelier en fabrique encore, en Sardaigne : c'est un musée de la soie de mer, qui conserve les techniques de sa création. On y fabrique très peu de nouveau tissu, et le peu de byssus qui est récupéré en mer pour le faire est pris sur des animaux vivants, sans les tuer.

Car la soie de mer est très difficile à faire : après avoir récupéré le byssus, il faut encore le préparer pour pouvoir en faire un tissu... Le byssus est mis à tremper plusieurs fois dans différents produits, et mis à sécher entre chaque étape. Durant l'Antiquité, on utilisait de l'ammoniaque (qui est contenu naturellement dans l'urine de vache, dans laquelle on faisait tremper les touffes de byssus !), avant de le remplacer par l'acide citrique, contenu dans le jus de citron.

Après tous ces traitements, le byssus devenait de couleur beige-doré, et formait de longs fils fins qu'il était possible de tisser, pour en faire une étoffe : c'est la soie de mer.

Ce procédé est très ancien. D'ailleurs, le mot byssus, qui décrit les filaments des coquillages, avec lesquels on fait la soie de mer, vient du Grec, et veut dire « tissu ou étoffe de lin ». Il a été utilisé pour beaucoup de tissus différents durant l'Antiquité, mais principalement pour la soie de mer, et a fini par devenir le nom du filament lui-même.

Portail de la mer —  Tous les articles sur la mer, et le monde maritime.
Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…