bavardages  • le Livre d'or
Brazzarail (28522034145).jpg Actualités, astuces, statistiques et une interview, lisez la dernière Gazette de Vikidia ! DessinInterview.png

Saint-Jean-d'Acre

« Saint-Jean-d'Acre » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne

Acre (en hébreu עַכּו Akko ; en arabe عكّا ʿAkkā), appelée Ptolémaïs dans l'Antiquité et connue dans le monde chrétien sous le nom de Saint-Jean-d’Acre, est une ville de 46 000 habitants, située dans le Nord d’Israël, sur la baie de Haïfa.

On peut encore y voir des vestiges datant de l'époque des Templiers, dont un tunnel conduisant à une forteresse du XIIIe siècle : il aurait permis d'évacuer une partie de la ville, lorsqu'elle tomba en 1291 aux mains des Mamelouks.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Cette ville de Galilée apparaît dans la Bible hébraïque sous le nom de Akko (Juges, 1, 31), ainsi que dans le Nouveau Testament, dans le voyage de saint Paul vers Jérusalem (Actes des Apôtres, 21, 7).

Vers 700 av. J.-C., elle est dominée par les Assyriens, puis intégrée, trois siècles plus tard, aux territoires conquis par Alexandre le Grand. Au IIIe siècle av. J.-C., elle est conquise par Ptolémée II, souverain d’Égypte qui la nomme Ptolémaïs.

Vers 52, elle devient colonie romaine sous le nom de Colonia Claudii Caesaris.

Après la chute de l'Empire romain, la ville d'Acre fait partie de l'empire byzantin, puis passe aux mains des Arabes en 638.

Au cours de la première croisade, en 1104, Baudouin de Boulogne, un des chefs croisés prend la ville. Elle est reprise par le sultan Saladin en 1187, reconquise en 1191 par les rois Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion lors de la troisième croisade. Au XIIIe siècle, elle devient la capitale du Royaume latin de Jérusalem et le principal port de la Terre sainte.

Avec l'installation de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et la fondation de l'Hôpital du même nom, la ville prend le nom de Saint-Jean-d'Acre. En 1291, la ville est prise par les mamelouks : c'est la fin du royaume latin de Jérusalem et de la présence occidentale en Terre Sainte.

Durant la période ottomane, de nombreux ordres religieux s'installent à l'intérieur de la ville. Ils possédaient des bibliothèques dans lesquelles étaient conservées les manuscrits enluminés de l'atelier d'Acre : c'est le roi Louis IX qui aurait fondé cet atelier lors de son séjour dans la ville.

La ville fait son retour dans l'actualité lorsque, le 20 mai 1799, le général Napoléon Bonaparte commence le siège de Saint-Jean-d'Acre. La ville est défendue par les Turcs commandés par Djezzar Pacha et par une flotte britannique commandée par l'amiral William Sidney Smith. Les Français, qui n'ont ni artillerie, ni provisions, doivent renoncer après huit assauts.

En 1918, après la Première Guerre mondiale et dans le contexte du démembrement de l'empire ottoman, la ville passe au sein du mandat britannique en Palestine.

Elle est incorporée à l'État d'Israël en 1948.

Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Acre (Israël) de Wikipédia.

32° 55′ 39″ N 35° 04′ 54″ E / 32.927585, 35.081603