Livre d'or
Livre d'or

Supers articlesarticles à enrichir
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Sélim III

Une page de Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à la navigation Aller à la recherche

Sélim III.

Sélim III est né en décembre 1761 à Constantinople et est mort assassiné en juillet 1808. Il a été sultan de l'empire ottoman d'avril 1789 à mai 1807, date à laquelle il a été déposé par des opposants conservateurs. Il a été un sultan réformateur.

Sélim est un des fils du sultan Moustafa III. Il succède à son oncle le sultan Abdülhamid Ier. Lorsqu'il accède au pouvoir en avril 1789, Sélim est confronté aux grandes difficultés qui assaillent l'empire ottoman. L'empire est en guerre contre l'Autriche et la Russie depuis 1787. Sélim comprend qu'il faut réformer l'empirer pour lui permettre de survivre. Il réunit un groupe de ministres réformateurs et entreprend une “nouvelle organisation” (le Nizam-i Djédid). Prenant modèle sur l'Europe occidentale il tente de réorganiser son armée afin de minimiser le rôle des janissaires une élité de soldats de métier dont les performances militaires laissent désormais à désirer et dont la puissance menace le pouvoir du sultan. Dans ce but il crée en 1794, un nouveau modèle de soldats d'infanterie et d'artillerie, formés et équipés à l'”européenne” grâce à l'intervention d'instructeurs venus d'Europe de l'Ouest. Les soldats sont recrutés parmi les paysans anatoliens. Le financement est assuré par les revenus tirés des fiefs confisqués ou sans héritiers ainsi que par des taxes sur l'alcool, le tabac et le café. L'effectif atteint près de 23 000 hommes en 1806, mais ce nouveau corps militaire a du mal à s'intégrer dans l'armée ottomane dominée par les janissaires.

Sélim veut avoir des relations diplomatiques permanentes avec les puissances européennes. Il crée des ambassades en France, en en Prusse, Autriche et au Royaume-Uni.Le conflit avec l'Autriche et la Russie prend fin par le traité de Sistova (1791) avec l'Autriche et le traité d'Iaşi (1792) avec la Russie.

Sélim est sultan alors qu'en France, puis en Europe occidentale, la Révolution française ébranle les monarchies absolues. Sélim ne rompt pas les ponts avec la France révolutionnaire, il refuse même de se joindre aux autres monarchies européennes pour combattre la France qui vient de guillotiner son roi (avec lequel Sélim avait correspondu régulièrement). Ce n'est qu'a l'occasion de l'expédition d' Égypte entreprise par Napoléon Bonaparte en 1798, expédition qui menace de couper en deux parties l'empire ottoman, qu'il se résout à enter en guerre et à se rapprocher du Royaume-Uni. En 1799 il signe une convention tripartite avec la Russie et le Royaume-Uni par laquelle les signataires décident de ne pas faire une paix séparée avec la France. Le Royaume-Uni aide les Turcs à battre les Français (bataille d'Aboukir) et les soutiennent pour chasser les Français d'Égypte. Guerre de courte durée puisque la paix d'Amiens de 1802 rétablit la paix générale en Europe. L'empire ottoman retrouve alors la souveraineté effective sur les Îles ioniennes, sur Malte et sur la Crète. Lorsque Napoléon Ier tente d'étouffer économiquement le Royaume-Uni en instaurant le Blocus continental, Sélim le soutient.

À l'intérieur de l'empire ottoman Sélim doit faire face à de nombreuses oppositions. Des minorités s'agitent en Serbie ous la diretion d'Georges Petrovic; en ÉpireAli Pacha de Janina est quasiment indépendant. En Arabie, un émir du Nedj, Saoud ben Abdelaziz ben Mohammed, allié à la secte musulmane rigoriste wahhabite s'empare des villes saintes de Médine et de La Mecque, jusque là contrôlées par les Ottomans.

Le renversement du sultan[modifier | modifier le wikicode]

Les janissaires sont très mécontents de la création d'un nouveau corps militaire qui a la faveur du sultan et menace sa suprématie, les ministres les plus conservateurs et les oulémas s'opposent aux mesures réformatrices qui sont contraires à leurs intérêts.

En 1805, Sélim tente de réorganiser les garnisons de janissaires stationnées dans les Balkans (alors sous contrôle des Ottomans). Il envisage de les compléter, voire de les remplacer par les soldats du Nizam-i dejedid. Les janissaires menacées dans leur situation privilégiée, se révoltent à Édirne en juillet 1806 et reçoivent l'appui des ayans (des notables locaux). Sélim doit renoncer à ses projets ce qui renforce les prétentions des janissaires et affaiblit le pouvoir du sultan dont l'autorité est ainsi publiquement contestée.

En mai 1807, Sélim est déposé par une conspiration de palais. Ses partisans se regroupent autour de Mustaba Beyraktar, pacha d'une ville de Bulgarie. Ils marchent sur Constantinople, mais y parviennent trop tard : Sélim a été assassiné sur ordre de son successeur Mustafa IV.

Portail de la Turquie — Tous les articles sur la Turquie.