Blocus continental

« Blocus continental » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
L'Europe en 1811, avec la ligne théorique du Blocus continental

Le Blocus continental a été décidé par Napoléon Ier en 1806. Il est destiné à interdire aux bateaux britanniques, voire aux bateaux de pays "neutres" ayant été en contact volontaires ou involontaires avec les Britanniques, d'entrer dans les ports de l'Europe continentale. Le Blocus continental doit interdire au Royaume-Uni d'importer les produits européens dont il a besoin, et d'exporter vers l'Europe continentale ses produits industriels.

Le but du Blocus continental donc de ruiner le Royaume-Uni et de le contraindre à la paix (ce que Napoléon n'a pu faire après l'échec de son projet d'invasion des îles britanniques en 1805). Le contrôle des côtes maritimes va contraindre Napoléon à envahir le Portugal et l'Espagne où il va rencontrer de grandes difficultés. Il va être également obligé d'entreprendre la désastreuse campagne de Russie pour obliger le tsar Alexandre Ier à fermer ses ports aux Britanniques. Il va également entrer en conflit avec le pape Pie VII pour le contrôle des ports de l'Italie centrale. Le Blocus continental va mécontenter la plupart des pays européens, y compris les armateurs et négociants des ports français. Malgré de très grandes difficultés le Royaume-Uni parvient à résister au Blocus continental.

Pourquoi Napoléon a-t-il décidé le Blocus continental?[modifier | modifier le wikicode]

Les West India Docks du port de Londres vers 1800

Depuis 1793, le Royaume-Uni est l'adversaire irréductible de la Révolution française. La paix d'Amiens en 1802, entre les deux pays, n'a pas duré qu'un an. Napoléon a projeté d'envahir les îles britanniques, mais la destruction de la marine de guerre française à la bataille de Trafalgar en octobre 1805 rend le projet irréalisable: les Britanniques ont la maîtrise des mers. L'approvisionnement de la France en produits d'outremer (en particulier le sucre de canne, le café, le coton et les plantes tinctoriales) devient encore plus difficile. Les Britanniques en profitent d'ailleurs pour s'emparer des colonies françaises et hollandaises que l'on ne peut défendre.

Le Royaume-Uni est très dépendant du commerce maritime. Il importe d'Europe des produits alimentaires (le blé, le vin) et des matières premières nécessaires à son industrie (les métaux, le bois). L'industrie britannique déjà en avance sur celle du continent exporte le tiers des produits qu'elle fabrique; en échange elle reçoit de l'or. Les ports britanniques servent de lieu de transit pour la redistribution en Europe continentale de nombreux produits coloniaux; les négociants britanniques s'enrichissent à ces échanges. Privé d'approvisionnements proches le Royaume-Uni est menacé d'une hausse des prix. Privé de clients proches l'industrie risque la surproduction, la baisse des prix et le chômage. La crise sociale peut donc le menacer. Le gouvernement peut alors être contraint à s'entendre avec la France, qui elle disposerait de la liberté de commerce en Europe continentale.

L'escalade du Blocus continental[modifier | modifier le wikicode]

En mai 1806, le gouvernement britannique autorise la saisie des navires qui transportent des marchandises en direction de la France et de ses alliés. Le 21 novembre 1806, par le décret de Berlin, Napoléon crée le Blocus continental. Les ports de l'Europe continentale sont désormais interdits aux navires, aux produits et aux hommes en provenance des îles britanniques. Il va donc falloir contrôler toutes les côtes européennes. Le 13 octobre 1807, le décret de Fontainebleau considère comme marchandises britanniques tous les produits dont le Royaume-Uni a l'exclusivité de fabrication ou de transport. Les navires des pays neutres doivent alors prouver l'origine non-britannique de leur cargaison. Les Britanniques ripostent le 11 novembre 1807 en exigeant que les navires neutres soient soumis à la visite de la marine de guerre ou soient contraints de faire escale dans un port britannique. Le 17 décembre 1807, par le décret de Milan, Napoléon décide que tout navire contrôlé par les Britanniques sera considéré comme navire ennemi.

Les difficultés d'application du Blocus continental[modifier | modifier le wikicode]

A Leipzig (Saxe) des soldats français contrôlent l'origine des marchandises

Le contrôle des côtes maritimes doit être complet, sous peine que la contrebande s'engouffre dans les brèches. En septembre 1807 les Britanniques après avoir bombardé le port danois de Copenhague s'installent dans l'îlot d'Héligoland en face de Hambourg et de Brême. Là ils organisent un vaste dépôt de contrebande.

Le Portugal, en raison des très importants liens commerciaux qu'il a avec le Royaume-Uni, refuse d'appliquer le Blocus continental. En octobre 1807, Napoléon doit envoyer une armée sous le commandement du général Junot pour s'emparer de Lisbonne. L'invasion du Portugal contraint Napoléon à intervenir en Espagne où le roi Charles IV a été contraint d'abdiquer en raison de la politique de son gouvernement qui est trop favorable à la France. Commence alors la désastreuse guerre d'Indépendance espagnole de 1808 à 1813.

Le contrôle des côtes italiennes est difficile. En effet la Sardaigne et la Sicile, sous la protection de la flotte britannique, échappent à Napoléon; ces îles deviennent des bases pour la contrebande. Napoléon transforme le grand duché de Toscane en départements français dont il confie l'administration à sa sœur Élisa. Fin 1807, il fait occuper les ports des États pontificaux, ce qui entraîne un grave conflit avec le pape Pie VII. Celui-ci est d'abord isolé dans Rome que les Français occupent en janvier 1808, puis il est arrêté en juillet 1809 et exilé à Savone. Le pape est déporté en France en juin 1812.

Dans l'Europe du Nord, en 1810, Napoléon doit transformer en départements français, le royaume de Hollande, où le roi, son frère Louis applique sans conviction le Blocus. Il en sera de même des côtes allemandes de la mer du Nord en janvier 1811.

Le plus gros problème vient de l'empire russe. Depuis le traité de Tilsit de 1807, Napoléon et l'empereur de Russie, le tsar Alexandre Ier sont alliés. Mais les grands propriétaires russes (la noblesse russe) se plaignent de ne pouvoir vendre leur blé au Royaume-Uni. Les Russes sont de plus privés de produits industriels anglais. Aussi le tsar ferme les yeux sur le trafic commercial qui a lieu entre son pays et le Royaume-Uni par la mer Noire et la mer Méditerranée où Napoléon faute de navires de guerre ne peut pas intervenir. Napoléon doit alors en juin 1812 attaquer la Russie. Cette guerre lui sera fatale.

Conséquences économiques du Blocus continental[modifier | modifier le wikicode]

Le Blocus modifie les échanges commerciaux entre l'Europe continentale, le Royaume-Uni et le reste du monde.

Le Royaume-Uni doit réorganiser ses circuits commerciaux. Profitant de l'absence de contacts entre la France, l'Espagne et leurs colonies américaines, le Royaume-Uni va transformer celles-ci en clients et fournisseurs. Ce sera le cas en particulier de l'Argentine et du Brésil. Cependant la fourniture de produits alimentaires venant de plus loin augmentent les prix. Le contrôle des navires neutres provoque des difficultés avec les États-Unis qui peinent à vendre leurs produits en Europe. Cela va déclencher une guerre entre les Britanniques et leurs anciennes colonies en 1812. La contrebande avec le continent permet d'écouler une partie de la production industrielle (les tissus en particulier). Cependant la surproduction est importante, elle provoque des faillites d'entreprises, du chômage. Il y a de violents mouvements sociaux où les ouvriers, pour éviter la baisse des salaires, brisent les machines qui leur font concurrence.

L'Europe continentale va profiter de l'absence de concurrence britannique. Les industries textiles, les usines sidérurgiques et métallurgiques se créent et se développent en France, en Allemagne, en Belgique. L'agriculture doit trouver des produits de remplacement aux produits coloniaux qui ne parviennent plus en Europe. La culture de la betterave à sucre s'étend mais elle ne parvient pas à compenser l'absence de sucre de canne. La culture de la chicorée permet de remplacer le café. Les cultures de plantes tinctoriales (la garance, le pastel, le safran) fournissent les produits nécessaires à la coloration des tissus. Napoléon fait construire des routes et les ouvrages d'art nécessaires. Les Alpes sont traversées par des voies modernes via le col du Simplon, le col du Mont Cenis ou bien par la Riviera (région côtière de la mer Méditerranée). Néanmoins il subsiste un déséquilibre, car Napoléon favorise l'activité économique en France au détriment des autres pays de son empire.

Portail du Premier Empire —  Tous les articles concernant le Premier Empire.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.