Confiné chez toi, tu t'ennuies ? Crée un article sur Vikidia, c'est facile ! Commence par quelques lignes et on va t'aider !

Kakapo

« Kakapo » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Kakapo
kakapo
kakapo
Nom(s) commun(s) Strigops kakapo, Kakapo, Strigops, Perroquet-hibou, Kaka de nuit, Perroquet de nuit, Whakapappa
Nom scientifique Strigops habroptilus
Classification Perroquet de la famille des psittacidaes
Répartition Endémique de Nouvelle-Zélande
Milieu de vie Forêts, hautes herbes, broussailles, prairies...
Taille 60 cm
Poids jusqu'à 4 kg (pour les mâles)
Longévité 95 ans
Reproduction Avril à Septembre
Régime alimentaire herbivore
Statut UICN CR IUCN 3 1.svg En danger critique d'extinction en 2012
voir modèle • modifier

Le strigops kakapo, kakapo, perroquet-hibou ou whakapapa est un perroquet qui vit en Nouvelle-Zélande.

C'est un perroquet très étonnant : il n'est pas très coloré, puisqu'il pratique le camouflage ; il ne parle pas, et il n'est pas diurne, il vit donc la nuit, il est nocturne. Enfin, c'est le seul perroquet terrestre au monde: le kakapo vit au sol, et ne vole pas. S'il lui arrive de s'aventurer dans les arbres, c'est en y grimpant et pas en volant.

L'espèce étant devenue très rare, la Nouvelle-Zélande fait beaucoup d'effort pour sa conservation. On a réussi ces dernières années à augmenter à nouveau le nombres de kakapos bien qu'il soit toujours très faible.

Autour du nom[modifier | modifier le wikicode]

« kakapo » est le nom traditionnel de cet oiseau dans la langue maori, la langue des premiers habitants de la Nouvelle-Zélande. Cela veut dire perroquet de nuit, ou kaka de nuit (les kakas, ou nestors, sont des perroquets de Nouvelle-Zélande, dont le kakapo est un proche cousin. Le mot « kaka » en maori peut donc être traduit par perroquet).

On trouve aussi le nom de whakapappa. En français et en anglais, ces animaux furent tout d'abord appelés perroquets-hiboux par les premiers colons qui découvrirent la Nouvelle-Zélande, et qui trouvèrent une ressemblance entre les deux oiseaux. Ce ne sont bien sûr pas les maoris qui l'appelèrent ainsi, puisqu'ils n'avaient jamais vu de hiboux

Son nom scientifique est Strigops habroptilus. Le mot Strigops veut d'ailleurs dire « qui ressemble à un hibou »

En français, contrairement aux autres animaux, il existe un nom commun officiel pour les oiseaux, qui est établi par la Commission Internationale des Noms Français d'Oiseaux : le nom officiel du kakapo est donc Strigops kakapo, mais on continue souvent à l'appeler « kakapo », ou même « strigops », pour faire plus court...

Description[modifier | modifier le wikicode]

Le kakapo mesure environ 60 cm de long. Ce n'est pas le plus grand de tous les perroquets (les aras, et notamment l'ara hyacinthe, sont encore plus grands), mais c'est probablement le plus lourd : il peut peser jusqu'à 4 kg (pour les mâles)!

Le dos est gris-vert, avec des taches grises et brunes. Le ventre, un peu plus clair, tire sur le jaune. L'ensemble constitue un excellent camouflage!

Ils ont une odeur musquée et sucrée.

Les kakapos peuvent vivre jusqu'à 90 ans.

Situation géographique[modifier | modifier le wikicode]

Ils vivent en Nouvelle-Zélande sur deux minuscules îles : Chalky et Codfish. Il reste 146 kakapos à travers la Nouvelles-Zélande. Vers 1995, il ne restait que 50 kakapos dispersés dans quelque petites îles sanctuaires.

Mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Le kakapo a des ailes très courtes, qui ne lui servent pas à voler. C'est donc un oiseau principalement terrestre. Cependant, il grimpe très bien : en s'accrochant aux branches avec ses pattes et son bec, il arrive à monter jusqu'en haut des arbres! S'il ne vole pas, il peut en revanche planer assez bien : lorsqu'il veut descendre d'un arbre, le kakapo saute, et ouvre ses ailes, qui ralentissent sa chute, un peu comme un parachute.

Alimentation[modifier | modifier le wikicode]

Le kakapo est un oiseau nocturne, capable de marcher de longues distances pour trouver sa nourriture. C'est un animal végétarien, principalement herbivore : il se nourrit d'un grand nombre de plantes différentes, mais mange aussi des fruits, des graines, pollen, et de la sève qui coule des arbres. Leur aliment préféré est le fruit du rimu, un conifère de Nouvelle-Zélande.

Le kakapo utilise son bec pour déchiqueter et broyer sa nourriture avant de la manger. C'est très inhabituel pour un oiseau, car, habituellement, les oiseaux, n'ayant pas de dents, ne mâchent pas leur nourriture : ils l'avalent tout rond et, à la place, ils ont un organe spécial, le gésier, qui leur permet de broyer la nourriture avant de la laisser passer dans l'estomac. Le gésier du kakapo, lui, est tout petit, par rapport à sa taille.

Reproduction[modifier | modifier le wikicode]

La saison des amours a lieu d'octobre à janvier. Durant cette période, les mâles quittent leur territoire pour se rassembler sur des aires de parades appelées lek. Le lek est un endroit où les mâles se rassemblent pour parader, et se montrer. Ils essaient de se montrer le plus impressionnants possibles. Quand les mâles arrivent sur le lek, ils commencent par se battre pour choisir la meilleure place. Puis, ils attirent les femelles, en poussant des cris puissants, de gros « boum! », qui peuvent être entendus parfois jusqu'à près d'un kilomètre! Le site du lek est bien étudié de manière à encore amplifier les sons. Il est soigneusement préparé, nettoyé, et débarrassé des plantes qui gênent.

Écoute le cri du kakapo!

Quand les femelles entendent les cris, elles se rassemblent autour du lek pour assister au spectacle. Le mâle commence alors à parader : il écarte ses ailes, et fait une sorte de petite danse, en poussant des cris qui ressemblent à de petits cliquètements.

Quand la femelle a repéré et choisi un mâle qui lui plaît, ils s'accouplent. La femelle retourne ensuite sur son territoire pour pondre ses œufs, tandis que le mâle retourne sur le lek pour espérer séduire une autre femelle.

Une fois revenue sur son territoire, la femelle pond habituellement 3 œufs, dans un nid creusé au sol, sous une couche de feuilles, ou dans le creux d'un arbre. Elle s'occupe seul du nid et couve seule, pendant 30 jours, ne quittant le nid que pour se nourrir. A la naissance, c'est la mère qui nourrit les petits et les élève seule, sans l'aide du mâle. Ils deviennent capables de se nourrir seuls à l'âge de 3 mois, mais ils vont rester avec elle pendant encore quelques mois environ.

Les mâles commencent à se reproduire à l'âge de 5 ans, les femelles, 9 ou 10 ans.

Menaces et protection[modifier | modifier le wikicode]

La faune naturelle de Nouvelle-Zélande ne comprend aucun mammifère terrestre, à part les chauve-souris, seulement des oiseaux. Le kakapo fait partie des oiseaux étonnants qui vivent en Nouvelle-Zélande et que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Le mode de vie particulier du kakapo est dû au fait que pendant des millions d'années, ses seuls prédateurs étaient d'autres oiseaux, comme l'aigle de Haast, par exemple, un aigle géant qui a disparu au XVème siècle. Vivant au sol dans la forêt, ne sortant que la nuit, et bien camouflé par la couleur gris-vert de son plumage, le kakapo était ainsi bien à l'abri.

Mais l'arrivée de l'homme a tout changé. Il y a environ mille ans, les premiers Maoris arrivèrent de Polynésie, et se mirent à chasser les oiseaux pour ses plumes et sa chair. Le kakapo, notamment, a été très chassé, mais aussi des oiseaux plus grands, les moas, ce qui a également provoqué la disparition de l'aigle de Haast, principal prédateur des moas, mais aussi du kakapo.

En plus de chasser le kakapo, les hommes ont également emmené avec eux, volontairement ou non, d'autres mammifères, comme le rat, qui s'attaque au kakapo, mais surtout à ses œufs cachés au sol.

Au XIXe siècle siècle, l'arrivée des européens a encore aggravé la situation pour les kakapos, et la chasse s'est intensifiée. Les européens avaient notamment apporté avec eux des fusils, et, comme ils trouvaient la viande de kakapo délicieuse, l'oiseau a été beaucoup chassé, d'autant qu'il était facile à chasser avec des chiens. Mais surtout, les européens ont introduits de nouveaux des mammifères, notamment pour servir de gibier, comme les cerfs, par exemple, qui se nourrissent des mêmes plantes que les kakapos et sont donc en concurrence avec eux, mais aussi des chiens et des chats, carnivores, qui chassent le kakapo pour le manger. Malheureusement pour lui, le kakapo sent très fort : ce n'était pas tellement un problème du temps de l'aigle de Haast, car les oiseaux ont une bonne vue, mais un mauvais odorat, en général, si bien que son camouflage était très efficace. Ce n'était plus le cas après l'arrivée des mammifères, car au contraire des oiseaux, les mammifères ont plutôt une vue moyenne, mais un excellent odorat, et sont donc très forts pour trouver le kakapo et le manger... À côté de ça, les kakapos se reproduisent lentement et seulement lorsque les fruits de certains arbres parviennent à maturité. Malheureusement, cela ne se produit pas tous les ans.

Depuis les années 1980, les rangers (scientifiques qui protègent le kakapo) surveillent étroitement ces animaux. Tous les jours, ils vérifient son état de santé (son poids, ses pattes, ses organes…). Ils placent sur chaque kakapo un radio-émetteur pour réceptionner les sons de l'oiseau.

Les kakapos sont déplacés sur des îles ultra protégées, sans prédateur.

En 1995, il ne restait plus qu'une cinquantaine de kakapos dans toute la Nouvelle-Zélande. Depuis, le kakapo est un animal protégé. En 2009, un recensement a permis de compter 103 kakapos, et, en 2012, il y en avait envion 150.

Oû le trouver ?[modifier | modifier le wikicode]

Le kakapo ce trouve en Nouvelle-Zélande :

  • Codfish Island
  • Anchor Island
  • Maud Island
  • Fiordland
  • Little Barrier Island

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Strigops kakapo - Strigops habroptila sur oiseaux.net. Consulté le 30 novembre.
  • Strigops kakapo, sur Wikipédia. Consulté le 30 novembre.
  • Animaux en danger ! , Editions Gallimard jeunesse
  • Le kakapo sous haute protection, in Wapiti n°319, octobre 2013, p14-15.
Scilab128.png Portail des oiseaux —  Tous les articles sur les oiseaux.