Crossac

« Crossac » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Dolmen de Barbière

Crossac est une commune de Loire-Atlantique à l'est de la Brière.

chateau[modifier | modifier le wikicode]

Le château de l'Angle maintenant réduit en ruines a été construit par le Vicomte de Donges fin XIIe / début XIIIe siècle. Le Vicomte de Donges avait été puni à une peine d'emprisonnement, avec le baron de Pontchâteau, pour avoir pillé l'abbaye de Redon. On suppose que le duc de Bretagne avait aussi fait détruire leurs châteaux respectifs. Le Vicomte de Donges abandonne ensuite ce château pour en construire un autre vers la fin 13e siècle/début 14e siècle plus moderne (un château fort) car l'armement a changé. Ce nouveau château se situe dans le marais à une centaine de mètres et est nommé le Château Lorieuc.

La motte castrale[modifier | modifier le wikicode]

Le château de l'Angle serait un château sur motte. La motte fait environ 8,10 mètres de hauteur, et 60 mètres de diamètre. En haut de la motte se trouve de l'ardoise, très épaisse par rapport aux ardoises actuelles. On peut en déduire que, pour avoir ces ardoises, le seigneur était très riche. En effet, il a probablement fallu les faire venir de la région d'Angers où se trouvent les principales ressources de la région, et passer par la Loire. Cette motte est la plus grande qu'on ait trouvé sur le lieu. Elle n'est plus entretenue depuis très longtemps : un texte du XVIIe dit que le château est en ruine.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Les photos aériennes montrent que la motte a une forme carrée dont les angles sont arrondis.

Talus et fossés[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, ronces et orties rendent l'observation difficile. Un système de talus et de fossés apparaît cependant. Les fossés ont probablement été creusés par les paysans : il a fallu qu'ils soient nombreux pour creuser des fossés aussi longs et profonds. Cela confirme qu'il s'agissait certainement d'un seigneur très puissant. Sur les talus, il y avait certainement des palissades et sur la motte, le donjon. Certains côtés de la motte n'avaient pas de talus car le marais servait de défense. On peut supposer que les talus étaient surmontés d'une palissade sûrement fabriquée en bois. Les douves, elles, mesurent 8 mètres de profondeur et 11 mètres de largeur aujourd'hui. Un talus droit mesurant 28,80 m en bas et 20 m en haut est toujours observable et témoigne de l'emprise importante du site. On peut penser, au vue de l'emplacement des talus et fossés qu'il y avait plusieurs barbacanes (zones de fortifications plus élevées).

La basse cour[modifier | modifier le wikicode]

La basse cour se trouve certainement au nord par rapport à la motte castrale, de l'autre côté en effet se trouve une zone de marais. La basse-cour était le lieu où habitaient les paysans et où se trouvaient les animaux de la ferme (poules, canards, oies) et les écuries. On constate, dans cet espace, des fronts de taille correspondant à une carrière. On peut supposer qu'elle a été utilisée pour la construction du donjon. On sait qu'il y avait un port à l'ouest de la basse-cour car le toponyme d'aujourd'hui est le port.

Le gué et le marais[modifier | modifier le wikicode]

Un gué, formé de grosses pierres, pouvait servir de passage, pour s'échapper en cas de danger. Mais il pouvait servir aussi de barrage pour une éventuelle pêcherie ou un vivier, car le marais s'appelle le Pot à l'anguille. Le gué est constitué de pierres qui sont collées entre elles par de la terre. Il pouvait aussi être un barrage pour bloquer l'eau. En effet, dans le marais, on trouve les restes d'un moulin à eau, appelé moulin du Bas Ros. Il était très important pour la population et pratique. Tous les seigneurs en bordure de la Brière possédaient des moulins à eau. On pouvait se déplacer dans le marais en chalands, également utiles pour la pêche et la chasse. Le seigneur recevait certainement des impôts en anguilles, comme cela est attesté par un texte pour le baron de Pontchâteau. Le port, situé à coté de la réserve nommée « Pot à l'anguille », servait aussi à apporter des marchandises.

La faune et la flore[modifier | modifier le wikicode]

L'observation de la végétation permet de repérer ce qui n'a pas bougé depuis au moins un siècle : le fragon, en particulier, pousse sur une terre qui n'a pas été travaillée depuis plus de cent ans. On repère également des plantes et arbustes sauvages, qui étaient consommés au Moyen Age pour se nourrir ou se soigner. Le prunellier fournissait des prunelles pour l'hiver, tandis que le laurier parfumait les plats, par exemple.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

Francestubmap.png Portail de la France —  Accéder au portail sur la France !
Portail des Pays de la Loire —  Tout sur les Pays de la Loire