Camille Desmoulins

« Camille Desmoulins » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Camille Desmoulins.


Camille Desmoulins est né le 2 mars 1760 à Guise dans l'Aisne et est mort guillotiné le 5 avril 1794 à Paris, lors de la Terreur. C'est un avocat, journaliste et homme politique. Il était l'ami de Robespierre et de Danton.

Camille Desmoulins est le condisciple de Robespierre au Lycée Louis-le-Grand à Paris. Il devient avocat à Paris en 1785.

Dès 1789, il est partisan des idées révolutionnaires. En juillet 1789, dans les jardins du Palais-Royal il appelle les Parisiens à prendre les armées et à attaquer la forteresse-prison de la Bastille.

Il se lance dans la bataille des idées et publie des pamphlets très violents contre l'Ancien Régime : La France libre, Le Discours de la Lanterne aux Parisiens. Il épouse Lucile, née Laridon-Duplessis, le 29 décembre 1790, à Paris.

Puis il fonde Les Révolutions de France et de Brabant, un journal où il soutient la politique révolutionnaire. Il adhère au club des Cordeliers, lieu de discussions politiques, fréquenté par les milieux plus populaires que le club des Jacobins. Il y fait la connaissance de Danton.

Pendant l'été 1792, il est élu député de Paris à la Convention nationale. Il siège parmi les Montagnards. Il attaque la politique de la majorité girondine qui tentait de protéger le roi déchu et refusait de prendre des mesures exceptionnelles pour faire face à la situation militaire inquiétante. Il publie alors Brissot démasqué (Brissot était un des chefs girondins) et Histoire des brissotins, fragment de l'histoire secrète de la Révolution. Il est un des artisans de la chute des Girondins au début de juin 1793.

Il appuie Danton dans sa lutte contre la généralisation des mesures de la Terreur. Il est un des chefs des Indulgents . Pour défendre ses idées il publie un journal Le Vieux Cordelier ( le club des Cordeliers avait changé de ligne politique et était alors le lieu de rencontre des éléments les plus favorables à la Terreur). Il est un des artisans de la chute des hébertistes fin mars 1794.

Dans la lutte qui oppose Danton et Robespierre, il choisit le camp de Danton. Il est arrêté comme les autres dantonistes au début avril 1794. Le tribunal révolutionnaire, le condamne à mort. Il est guillotiné en même temps que tous les Indulgents.

Sa femme qui avait envoyé une lettre à Robespierre pour protester contre l'arrestation de son mari, fut arrêtée et guillotinée.

Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.