Haut-Rhin-Niedermorschwihr.jpg
Kitesurf près de Rabat - Maroc.jpg

la cabane • le Livre d'or
Bonnes vacances ! Ramenez des photos !

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

« Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Talleyrand)
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, plus connu sous le nom de Talleyrand, est un homme politique français, né à Paris, le 2 février 1754, mort, à Paris, le 17 mai 1838.

Jeunesse et carrière ecclésiastique[modifier | modifier le wikicode]

Issu d'une famille de la haute noblesse, Talleyrand, affligé d'un pied-bot, est déchu de son droit d'aînesse et promis à une carrière ecclésiastique. En 1770, il entre au séminaire de Saint-Sulpice, à Paris. Il assiste en 1774 au sacre de Louis XVI. En 1788, il est nommé évêque d'Autun par le roi, puis est élu député du clergé aux États généraux. Le 14 juillet 1789, il est nommé membre du Comité de constitution de l'Assemblée nationale.

Sous la Révolution[modifier | modifier le wikicode]

En 1790, il participe à la confiscation des biens de l'Église et aux cérémonies de la Fête de la Fédération. En 1792, il est envoyé en mission diplomatique à Londres afin de rassurer la monarchie anglaise sur la politique française. Il revient en juillet, puis, anticipant la Terreur, repart rapidement, muni d'un passeport délivré par Danton. Expulsé d'Angleterre en 1794, il part pour les États-Unis, puis rentre en France en 1796.

Il est nommé ministre des Relations extérieures du Directoire en 1797, puis démissionne en 1799.

La période napoléonienne[modifier | modifier le wikicode]

Après le coup d'État du 18 brumaire où il a joué un rôle important, il retrouve son titre de ministre et va conclure les importants traités liés à la politique conquérante de Napoléon, qu'il n'approuve pas.

En 1803, il achète le château de Valençay. Il est nommé grand chambellan en 1804 et assiste, le 2 décembre 1804, au sacre de Napoléon.

En 1806, il est nommé prince de Bénévent, du nom d'une principauté italienne confisquée au pape. Talleyrand se détache peu à peu de Napoléon pour arriver à la rupture en 1809. En 1813, il refuse le poste de ministre des Relations extérieures que lui propose à nouveau l'empereur.

En 1814, il se voit confier les pleins pouvoirs pour négocier face aux alliés. Il joue un double jeu : il est en même temps le conseiller du futur Louis XVIII.

Sous la première Restauration[modifier | modifier le wikicode]

En mars, les Alliés entrent à Paris et Talleyrand installe Louis XVIII sur le trône.

Le 1er avril 1814, il est élu président du gouvernement provisoire par le Sénat. Le 16 septembre 1814 s'ouvre le congrès de Vienne et, bien que la France n'ait pas été admise à la table des négociations, Talleyrand réussit à y participer. Il en signera l'acte final le 9 juin 1815.

Louis XVIII force Talleyrand à démissionner et le nomme Grand Chambellan le 24 septembre 1815.

Pendant la monarchie de Juillet[modifier | modifier le wikicode]

En juillet 1830, Louis-Philippe prend le pouvoir et nomme Talleyrand ambassadeur à Londres. Celui-ci travaille au rapprochement de l'Angleterre avec la France, jusqu'en août 1834. Il quitte alors la scène publique et se retire dans son château de Valençay.

En 1837, Talleyrand quitte Valençay, réussit à se réconcilier avec l'Église, avant sa mort, le 17 mai 1838.

Lavis electric train.jpg Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord de Wikipédia.