Fritz Lang

« Fritz Lang » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Fritz Lang
Fritz Lang sur le plateau de tournage La Femme sur la Lune en 1929 (Deutsches Bundesarchiv / Wikimedia Commons)

Friedich Christian Anton Lang, dit Fritz Lang, né à Vienne en 1890 et mort à Beverly Hills en 1976, est un cinéaste autrichien, naturalisé américain.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le wikicode]

Fritz Lang naît en 1890 à Vienne, en Autriche, dans une famille de la grande bourgeoisie. Son père est architecte. Entre 1905 et 1914, il étudie l'architecture et la peinture et voyage dans le monde entier. En 1914, il est incorporé dans l'armée austro-hongroise et participe à la Première guerre mondiale comme officier. Il est blessé à deux reprises et commence à écrire des scénarios pour le cinéma au cours de ses périodes de convalescence.

La période allemande (1919-1933)[modifier | modifier le wikicode]

Au début des années 20, il commence sa carrière de réalisateur dans le cinéma muet à Berlin. Il travaille avec le producteur Erich Pommer et rencontre l'actrice et scénariste Thea von Harbou. Elle devient sa femme en 1922 et participe à l'écriture des scénarios de tous les films allemands de Fritz Lang jusqu'à son départ de Berlin en 1933. Son premier film est La Métisse (1919). Entre 1920 et 1933, il réalise de nombreux films dont Les Trois Lumières (1921), Le Docteur Mabuse (1921-1922), Les Nibelungen (1923-1924). Fritz Lang est un des représentants les plus importants de l'expressionnisme au cinéma. Entre 1925 et 1927, il tourne Metropolis, considéré comme un des premiers chefs-d’œuvre de la science-fiction au cinéma et comme un des films majeurs du cinéaste. En 1931, Fritz Lang réalise M le Maudit, son premier film parlant. Le Testament du docteur Mabuse (1932) est le dernier film allemand du cinéaste. Ce film est une critique de l'idéologie nazie. En 1933, lorsque les nazis accèdent au pouvoir, le film est interdit. Pour neutraliser le cinéaste, Goebbels, ministre de la Propagande et de l'Information du IIIe Reich, lui propose de prendre la direction générale du cinéma allemand. Fritz Lang préfère quitter l'Allemagne. Il s'exile d'abord à Paris, puis aux États-Unis. Sa femme reste en Allemagne et rejoint le parti nazi.

La période américaine (1934-1958)[modifier | modifier le wikicode]

Fritz Lang est engagé par la Metro Goldwin Mayer à Hollywood. En 1935, il obtient la nationalité américaine. Ces deux premiers films américains, Furie (1936) et J'ai le droit de vivre (1937) sont remarqués. Pendant sa période hollywoodienne, il réalise de nombreux films dans des genres très différents : Les Pionniers de la Western Union (1941), un western ; Espions sur la Tamise (1943), un film d'espionnage ; La Femme au portrait (1944), un thriller ; Le Secret derrière la porte (1948), un drame psychologique ; Règlement de comptes (1953), un film policier ; Les Contrebandiers de Moonfleet (1954), un film d'aventure en costumes. Malgré des difficultés qu'ils rencontrent avec les producteurs de Hollywood, il tourne des chefs d’œuvre dans lesquels on retrouve ses thèmes favoris qui sont la fatalité, le désir de puissance, la culpabilité, la cruauté, la peur, l'horreur et la mort.

Retour en Allemagne et fin de carrière (1958-1976)[modifier | modifier le wikicode]

Publicité pour le film Metropolis de Fritz Lang (1927) - (Archives New Zealand / Wikimedia Commons).

En 1958, Fritz Lang retourne en Allemagne et réalise ses trois derniers films : Le Tigre du Bengale (1959), Le tombeau hindou (1959) et Le diabolique docteur Mabuse (1960). Il retourne ensuite aux États-Unis et fait quelques apparitions remarquées comme acteur, notamment dans Le Mépris de Jean-Luc Godard, en 1963 .

Reconnu comme un des cinéastes les plus importants du XX° siècle, il reçoit de nombreuses distinctions. Il décède à Beverly Hills en 1976.

Filmographie[modifier | modifier le wikicode]

Ses principaux films sont :

  • Le Docteur Mabuse (1922)
  • Metropolis (1927)
  • M le Maudit (1931)

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Fritz Lang, Encyclopédie Larousse, Larousse, [consulté le 3 novembre 2018].1
  • Fritz Lang, Encyclopédie Wikipedia, Wikimedia Foundation, [consulté le 3 novembre 2018].1
  • LLANG FRITZ - (repères chronologiques), Joël MAGNY, Encyclopædia Universalis, [consulté le 3 novembre 2018].2
  • Fritz Lang, Allociné.fr, [consulté le 3 novembre 2018].3
Portail du cinéma —  Tous les articles sur le 7e art et sur les cinéastes
Portail de l'Autriche —  Accédez au portail sur l'Autriche.
Portail des États-Unis —  Tous les articles concernant les États-Unis.