Esclavage dans l'Égypte antique

« Esclavage dans l'Égypte antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
gravure sur paroi. Prisonniers d'origine africaine assis et décomptés par les scribes
Décompte des prisonniers nubiens par les scribes égyptiens. XVIIIe dynastie

Comme la plupart des sociétés antiques, l'Égypte a connu l'esclavage mais cette civilisation en usa autrement qu'en Occident comme les Greco-Romains. La particularité de l'esclavage en Égypte antique est qu'il relève davantage d'une réinsertion sociale des prisonniers de guerre et de droit commun (violeur, assassin) alors qu'en Grèce et à Rome, l'esclavage est le fait de particuliers qui considèrent l'esclave comme un objet et qui en général était un ancien berger ou agriculteur capturé et vendu sur les marchés d'esclaves.

L'Egypte Antique ne connaissant pas la monnaie, les esclaves ne peuvent pas être achetés, de nombreuses fouilles archéologiques ont démontré que les esclaves aient eu des droits qui les rapprochaient des Égyptiens des classes populaires.

Comment devenait-on esclave en Égypte antique ?[modifier | modifier le wikicode]

Même des Égyptiens peuvent devenir esclaves. Il s'agit de condamnés à la suite d'un délit pour lequel l'esclavage est le châtiment. Les crimes les plus importants sont sévèrement punis comme le travail forcé dans les mines d'or de Nubie.

gravure de paroi. Ramsès II tient prisonniers ses ennemis dans une de ses mains,
Ramsès II fait des prisonniers. Temple d'Abou Simbel

La majorité des esclaves proviennent de l'étranger : ce sont des prisonniers de guerre. Dans le cas des prisonniers de guerre, ceux-ci n'appartiennent pas à celui qui les a pris, mais sont la propriété du pharaon. C'est surtout pendant le Nouvel Empire que les guerres continuelles approvisionnent le « marché » des esclaves.

Le sort des esclaves[modifier | modifier le wikicode]

Les esclaves égyptiens ne semblent pas avoir connu les mêmes conditions que les esclaves de Grèce ou de Rome. Les recherches récentes montrent qu'ils semblent disposer des mêmes droits que les autres Égyptiens : un état civil, des droits familiaux. Ils peuvent même posséder des biens. Ils peuvent se déplacer librement, ils peuvent témoigner en justice et paient en nature des impôts.

La pratique du système de la corvée, à laquelle est soumise toute la population égyptienne permet à l'État de disposer périodiquement de jours de travail gratuits pour les travaux nécessaires au contrôle de la crue du Nil ou les travaux dans les temples. Le recours à l'esclavage n'est donc pas une nécessité. L'esclavage massif d'une partie de la population, tel que le décrit le récit biblique à propos de Moïse et des Hébreux retenus prisonniers en Égypte, est une idée qui n'est plus admise par les égyptologues et les archéologues.

Les Égyptiens réduits en esclavage deviennent le plus souvent des esclaves domestiques. Mais leurs tâches peuvent être difficiles.

Les prisonniers de guerres sont répartis en fonction des besoins de la production agricole, rarement dans les constructions en pierre qui demandent des techniciens. Les moins vigoureux sont donnés aux temples pour cultiver les champs que ceux-ci possèdent. Les plus solides peuvent devenir soldats d'élite dans l'armée égyptienne. Cette disposition va favoriser l'émergence d'officiers étrangers qui, à la fin du Nouvel Empire, pour les officiers originaires de Libye, vont s'emparer du pouvoir pharaonique.

Source[modifier | modifier le wikicode]

  • Pierre Grandet. Sous le joug des pharaons. L'Histoire. Octobre 2003.
  • sur Wikipédia [1]

Vikiliens pour compléter sur l'esclavage et les traites[modifier | modifier le wikicode]


Portail de l’Égypte ancienne —  Tous les articles sur l’Égypte ancienne.