Chat de gouttière

« Chat de gouttière » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Chat de gouttière mackerel tabby mâle, Portugal

Un chat de gouttière ou chat de maison est un chat domestique sans race. On peut comparer le chat de gouttière au chien bâtard.

Définition[modifier | modifier le wikicode]

Les chats de gouttière vivent de manière assez indépendante des humains, mais ils se distinguent des chats errants ou chats harets par le fait que ceux-ci sont totalement redevenus sauvages.

Le chat de gouttière est souvent confondu avec le chat de race european shorthair communément appelé européen. En Europe, beaucoup de chats de gouttière ressemblent physiquement à l'european shorthair, mais les personnes expérimentées peuvent discerner les deux en examinant bien les détails des standards. D'autres races sont ainsi confondues : par exemple, les chats gris-bleu uni sont systématiquement appelés Chartreux

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Tu peux aussi lire l'article Histoire du chat.

Le chat de gouttière est très certainement le chat le plus répandu au monde. En effet, il y avait 10 millions de chats de maison en France en 19941.

Les débuts[modifier | modifier le wikicode]

Ses origines ? Pour répondre plus ou moins à cette question, il est nécessaire de remonter aux toutes premières domestications félines, déroulées avant même l'invention de l'écriture. Le chat domestique descend-t-il du chat orné (Felis silvestris ornata) ou bien du chat ganté (Felis silvestris lybica) ? Aucun archéologue n'a pour le moment apporté de réponse concrète à cette question. Quelle que soit la future réponse, ce chasseur de rongeurs est rapidement devenu un ami de l'homme. Bien que cela n'a jamais été prouvé, on peut imaginer que les premiers chats domestiques venus de l'est se sont rapidement regroupés aux bords de la mer Méditerranée, qui reste encore aujourd'hui un territoire privilégié des chats de gouttière.

Chez les Grecs Anciens où la belette jouait auparavant le rôle de chasseur de rongeurs, le chat est très rapidement devenu un animal commun, habitant les maisons riches. Cependant, à Rome, les habitants ont du mal à adopter le féliné, et celui-ci ne commencera à se répandre réellement qu'avec la chute de l'Empire. Cependant, ce sont les légions de Jules César qui vont introduire le chat en Europe et le montrer aux Gaulois.

Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

L'animal s'est déjà bien répandu en Occident. Ses lieux préférés sont les villages et les monastères, et les religieux l'adoptèrent comme animal de compagnie. Malheureusement, son indépendance et sa tendance à s'éloigner de la société humaine inspirent quelque méfiance : cet animal ne serait-il pas le préféré de Mahomet et des infidèles combattus par les croisés ? Ses saillies, bruyantes, le font penser qu'il est doté d'une extrême lasciveté. De plus, la tendance des chats à se réunir sous la Lune font penser au sabbat des sorcières, et de plus ses yeux phosphorescents poussent la société à associer les lumières des yeux aux flammes des Enfers : cela lui vaut le bûcher. Le petit félin réussit à résister à tout cela grâce à sa malignité, sa faculté d'adaptation et sa reproduction très fertile et le chat réussit même à s'installer partout dans le monde, allant jusqu'à embarquer dans les navires qui traversent les quatre coins du globe afin d'y chasser les rats mais aussi de conquérir de nouveaux territoires.

Les premiers colons avaient bien souvent des chats à leur bord. En Amérique et dans les îles, les chats qui y ont été implantés auraient pu retourner à l'état sauvage, mais non : la plupart ont préféré la relative sécurité fournie par l'homme. Cependant, quelques chats domestiques sont redevenus sauvages, mais n'en restent pas moins des chats domestiques Felis silvestris catus, distincts du chat sauvage européen Felis silvestris. Ces fugueurs, appelés chats harets, vivent de petit gibier et sont fréquemment la proie de chasseurs, que ce soit par le tir ou par les pièges.

Aujourd'hui[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, le chat de maison est celui qui n'a pas d'origine connue et encore moins de pedigree. Cependant, les chats de gouttière ont longtemps eu une certaine homogénéité entre eux, jusqu'à ce qu'aient lieu des mariages incontrôlés avec des chats racés, par exemple des persans ou bien des orientaux, leur apportant du sang de ces races... Il est à l'origine de beaucoup de races : l'européen souvent confondu avec lui, les british et american shorthair... Le chat sans race peut donc se targuer d'en avoir participé à la création.

Standards[modifier | modifier le wikicode]

Le chat de gouttière a une beauté bien à lui, forgée par la vie au grand air et qui n'a rien à envier à celle des chats de race. Beaucoup d'associations félines lui réservent une catégorie à part. Toutes les couleurs, toutes les robes et toutes les fourrures ainsi que toutes les silhouettes sont acceptées, deux chats de gouttière ont donc toutes leurs chances d'être complètement différents l'un de l'autre. Quelques chats de gouttière ressemblent à s'y méprendre à des chartreux, des norvégiens ou même à des orientaux. Le chat de gouttière doit être harmonieux, équilibré et sans excès physique pour avoir ses chances dans un concours.

Le greffier a beaucoup de succès auprès du public, celui-ci voyant en lui le chat dont ils ont toujours rêvé. La TICA a même conçu une échelle de points pour le chat de gouttière : beauté = 10 points, personnalité = 15 points, robe = 20 points, condition = 25 points et proportions = 30 points.

Caractère[modifier | modifier le wikicode]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !
Un chat de gouttière de 20 ans à l'apparence fatiguée, à cause de son grand âge

Le chat de gouttière est un chat équilibré et affectueux. Ce chat est très proche de son maître.

Reproduction[modifier | modifier le wikicode]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !

Les portées sont nombreuses : 5 chatons en moyenne, pour une fourchette allant de 3 à 7 petits.

Le chat de gouttière dans l'art et l'Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Tournée du Chat Noir de Rodolphe Salis - Affiche de Théophile-Alexandre Steinlen, 1896

André Malraud possédait un chat noir, et un chat tigré identique à "Bébert" de Louis Ferdinand Céline. Dans plusieurs de ses ouvrages, Philippe Ragueneau révèle ce que lui inspirait sa chatte de gouttière Moune. Et enfin, il y a tous les chats de maison perdus recueillis par Paul Léautaud... Le Chat noir est une nouvelle d'Edgar Allan Poe. Il existe un cabaret avec le même nom, fondé par Rodolphe Salis.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

L'entièreté de cet article est basé sur une seule source, excepté l'introduction qui vient de Wikipédia :

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Christiane Sacase, Les chatsSolarcoll. « Guide vert », ‎  (ISBN 2-263-00073-9)
Nuvola apps kugar.svg Portail des félins —  Tous les articles sur les félins.