Mahomet

« Mahomet » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Mahomet prêchant la parole d'Allah

Mahomet, de son vrai nom Abu-l-Qâsim Mouhammad, ou Mohammed dans le culte musulman, est le prophète fondateur de l'islam. Il est né vers 570 à La Mecque, dans l'actuelle Arabie saoudite, et mort en 632 à Médine.

Mahomet est la forme du nom en français. Les prénoms portés par de nombreux hommes musulmans tels Ahmed, Mahmoud, Mehmet ou Mamadou sont dérivés de Mohammed.

Biographie religieuse[modifier | modifier le wikitexte]

Portrait de Mahomet, tiré de l'Histoire générale de la religion des Turcs de Michel Baudier. Paris (1625).

Mahomet, né vers 570 à La Mecque et mort le 8 juin 632 à Médine (aujourd'hui deux villes saintes en Arabie saoudite), est le fondateur et prophète de l'islam, unificateur des tribus d'Arabie et créateur du premier califat musulman. L'année de naissance de Mahomet est appelée traditionnellement année de l’éléphant. Cette année là, le général chrétien éthiopien et vice-roi du Yémen, Abraha, avait attaqué en vain La Mecque avec une troupe d’éléphants. La légende raconte qu'il fut repoussé par la riposte miraculeuse d'oiseaux jetant des pierres brûlantes (Le Coran CV; 3-4).

Mahomet naît orphelin de père et, peu après sa naissance, il perd aussi sa mère. Il est recueilli d'abord par son grand-père puis par un oncle commerçant aisé : Abû Talîb, père d'Ali ibn Abi Talib. Il aurait été berger, avant d'entrer au service de Khadija, une riche veuve qui organise des caravanes. Malgré leur différence d'âge (Khadija avait 40 ans et Mahomet environ 25), ils se marient et auront quatre filles, dont Fâtima, future épouse d'Ali. À noter que Mahomet, d'après ses biographes, aurait eu en tout quinze épouses tout au long de sa vie. Tabari dans La chronique signale que, en plus de ses quinze épouses reconnues par tous, il y a cinq autres épouses probables, enfin il y a deux esclaves dont l'une lui donna un fils, Ibrahîm, qui mourut à l'âge de deux ans. Dans le même récit, Tabari écrit que Mahomet laissa neuf veuves, en dépit de la règle du mariage en islam qui n’autorise que quatre épouses simultanément.

C'est en 610 que, pour la première fois, l'archange Gabriel (Jibrîl) lui apparaît dans une grotte « Hira » où il avait coutume de se recueillir et lui transmet la révélation verbe de Allah fait livre « el Quran » ce sera le Coran. Les révélations de l'archange s'interrompent ensuite, ne reprenant que vers 613. Mahomet fait part de ces révélations à ses proches, et avec eux il fonde un groupe de croyants qui s'appellera les musulmans : nommés ainsi par le prophète Abraham (muslim, celui qui se donne, qui se soumet à Allah « Dieu »). Après sa mort, ses disciples continuent de se transmettre oralement et sous forme d'écrits les paroles d'Allah révélées à Mahomet, avant qu'elles ne soient écrites entièrement et définitivement par le troisième calife Othman moins de vingt ans après la disparition du prophète, en un seul livre le Coran.

L'ordre des sourates ayant été établi par Mahomet sous la conduite de l'ange Jibril et transmis de son vivant à ses disciples. Le mot Coran signifie d'ailleurs récitation.

La croissance du groupe inquiète les Mecquois, et les persécutions contre Mahomet et les siens se font de plus en plus vives après la mort de Khadija et d'Abû Talîb. Ils doivent émigrer pour Yatrib (future Médine) en 622, c'est l'Hégire, et cet événement devient l'origine du calendrier musulman. Ils sont alors environ 70, dont Abû Bakr, compagnon préféré de Mahomet et futur calife.

Mahomet réorganise Yatrib, où il est en même temps chef religieux, politique et militaire. Il s'appuie à la fois sur les deux tribus arabes et les trois tribus juives qui y vivent (mais les Juifs seront chassés de la ville vers 627). Les musulmans continuent de faire l'objet d'attaques des Mecquois et ripostent. Les victoires et les défaites alternent, jusqu'en 629-630 où Mahomet prend La Mecque presque sans opposition, ralliant à lui ses derniers adversaires.

Après avoir réorganisé l'administration et mis en place une nouvelle législation religieuse, il retourne à Médine, où il meurt en 632 après une courte maladie.

Mahomet avant la Révélation[modifier | modifier le wikitexte]

Attention Les renseignements sur l'enfance et l'adolescence de Mahomet proviennent des témoignages de ses compagnons souvent rapportés par leurs amis ou leurs enfants (la Sîra ou tradition) : comme tels, ils doivent être maniés avec précaution. La mise au net des « faits » a été réalisée environ cent-quarante ans après la mort de Mahomet.

La famille paternelle de Mahomet appartient au clan hachémite de la tribu des Koraïchites qui s'occupe du culte religieux de la Kaaba de La Mecque, mais qui est en déclin. Les autres clans plus portés vers les activités économiques (petits commerce caravanier) sont en progression sociale ; sa famille maternelle était médinoise (la ville de Yathrib à l'époque).

Dès sa naissance, Mahomet est orphelin de père et, à l'âge de six ans, il est également orphelin de mère. Sept jours après sa naissance, son grand-père le prénomme « Mohammed » (« digne de louange ou le Loué »). De sa naissance à l'âge de trois ans, selon les coutumes de l'époque, il est mis en nourrice dans une famille qui vit dans le désert. À la mort de sa mère, Mahomet est pris en charge par son grand-père paternel, puis par un des fils de celui-ci (qui est le père d'Ali, qui deviendra le gendre de Mahomet).

Pendant son enfance et son adolescence, Mahomet mène la vie d'un berger, puis d'un caravanier (la ville de la Mecque était un très important centre de caravanes commerciales). Il entre au service de Khadija, une riche veuve. Il devient son homme de confiance et, en 595, il l'épouse (il a 15 ans de moins que sa femme). Le couple aura six enfants : deux garçons qui mourront en bas âge et quatre filles, dont Fatima (qui épousera son cousin Ali), Rukkayya et Umm Kulthum qui épouseront successivement Othman, un compagnon de Mahomet (Othman sera le troisième califePrécision des musulmans).

L'activité caravanière de Mahomet lui permet de fréquenter les communautés juives et chrétiennes nombreuses en Arabie et dans les pays voisins du nord qui sont sous le contrôle de l'empire byzantin.

Mahomet et la Révélation[modifier | modifier le wikitexte]

Mahomet recevant la révélation de la part de l'ange Jibril

Comme la plus grande partie des Arabes de l'époque, Mahomet a été élevé dans les idées religieuses polythéistesPrécision. Les tribus arabes ont chacune une divinité protectrice. Cette divinité est représentée par des pierres, les bétyles. Ces pierres sont transportables, ce qui est d'une grande utilité pour des populations en partie nomades.

D'esprit très religieux, Mahomet s'isolait périodiquement dans la grotte de Hira (dans le désert) pour y réfléchir loin des bruits de la vie urbaine. En 610, alors qu'il se trouvait dans la grotte, près de La Mecque, il dit avoir reçu la visite de l'archange Jibril (Gabriel) envoyé par Dieu (Allah). Jibril lui aurait annoncé qu'Allah avait choisi Mahomet pour être son Envoyé, son Messager. La mission de Mahomet est de faire connaître la loi d'Allah qui remplace les lois divines révélées par les messagers précédents (comme Moïse ou Jésus).

Les premières idées réformatrices de Mahomet concernent le jugement des mauvaises actions, où les mauvais sont condamnés à l'errance dans le désert. Mahomet croit également en un dieu créateur. Ces idées sont communes avec celles des juifs et des chrétiens.

Mahomet raconte sa vision à quelques parents très proches, et d'abord à sa femme Khadija, qui le croient et reconnaissent en lui l'Envoyé d'Allah. Les tentatives de convertir à la nouvelle croyance monothéistePrécision les autres membres de sa tribu sont un échec. En trois ans, il ne parvient qu'à réunir qu'une cinquantaine de disciples.

L'Hégire (la fuite)[modifier | modifier le wikitexte]

Les nouveaux enseignements de Mahomet n'ont pas été appréciés par les dirigeants de La Mecque. Mahomet déclare en effet qu'il ne faut adorer qu'un seul dieu. Or, les Arabes sont polythéistes (quelques-uns sont cependant chrétiens). Il y avait plus de 400 dieux dont les représentations (idoles) étaient installées dans l'enclos sacré de la Kaaba de la Mecque. La ville était fréquentée par les bédouins de désert d'Arabie et par des marchands, car c'était un carrefour important situé sur la route caravanière qui relie l'Inde à la Syrie. Les Mecquois ont peur de perdre des clients si on leur interdit d'adorer leurs dieux en cet endroit.

Les disciples de Mahomet sont persécutés dans leur ville natale. Une première vague de partisans part pour l'Éthiopie chrétienne. Puis Mahomet s'entend avec des habitants de Yatrib venus en pèlerinage à La Mecque. Ces derniers se convertissent à la nouvelle religion et offrent l'hospitalité dans leur ville à leurs nouveaux coreligionnaires. Mahomet et ses partisans décident donc de quitter La Mecque pour Yatrib. Le mouvement s'étale entre le 16 juillet et septembre 622. Cette fuite est appelée Hégire. Elle marque la date du début du calendrier musulman.

Mahomet chef de guerre[modifier | modifier le wikitexte]

Après la conquête de La Mecque Mahomet détruit les idoles de la Kaaba

Installé à Yathrib, qui prend alors le nom de Médine (Madinat el Nabi, la ville du Prophète), Mahomet s'entend avec les tribus arabes et les tribus juives de la région (pour certains juifs il apparaît comme un des Messies annoncés par la Bible). Cependant, la rupture est rapide, car Mahomet comprend qu'il ne parviendra pas à convertir les juifs à ses idées religieuses. Les juifs quant à eux, au départ, ont été flattés que la nouvelle religion adopte certains pratiques religieuses juives, comme le jeûne ou certains interdits alimentaires. Par contre, ils n'admettent pas que les musulmans se tournent vers La Mecque et non vers Jérusalem pour prier. Rapidement certaines tribus juives s'allient aux Mecquois.

Les hostilités avec les Mecquois commencent rapidement, mais il n'est autorisé à utiliser la force qu'après plusieurs années de persécutions, contre lui et ses compagnons. Pour Mahomet, il s'agit, dans un premier temps de récupérer les biens que ses partisans ont dû abandonner en partant en exil, et dont les Mecquois ont pu prendre profit. Il s'agit également de donner à la jeune communauté musulmane des moyens de vivre, de se défendre et combattre. Cela doit aussi rendre peu sûres les routes caravanières et par là affaiblir le commerce caravanier qui est une des ressources principales de La Mecque. Les Mecquois, quant à eux, ne peuvent accepter la montée en puissance de rivaux tant politiques, que religieux et commerciaux.

Les expéditions militaires de l'époque sont surtout des raids contre les oasis ou des embuscades contre les caravanes. Elles ne mettent en action que quelques dizaines de combattants de part et d'autres, quelquefois bien moins. Sauf les sièges de villes, les batailles durent moins d'un jour. Les historiens ont calculé que, durant les dix premières années de l'Hégire, entre 622 et 632 (mort de Mahomet), les combats auraient coûté la vie à moins de 150 personnes du côté des partisans de Mahomet et environ 250 du côté des Mecquois et de leurs alliés. Ainsi à la bataille de Badr, en 624, qui fut la première grande victoire de Mahomet, il y aurait eu 72 morts et une cinquantaine de prisonniers du côté mecquois, 14 morts du côté musulman. Il faut cependant garder à l'esprit que l'Arabie était peu peuplée et que la disparition d'hommes jeunes était une catastrophe pour des tribus combattantes. Généralement il n'y a pas de mise à mort des combattants prisonniers. Cependant en 627, après la bataille du fossé, entre 600 et 900 hommes adultes de la tribu juive des Banû Qurayza sont décapités après avoir rompu le pacte de ne pas permettre aux ennemis Mecquois d'entrer à Medine (chose qui a failli causer une catastrophe chez les Medinois), et les femmes et les jeunes enfants réduits en esclavage. Les biens des vaincus sont confisqués pour servir de dédommagement aux combattants ou à leurs familles s'ils sont tués.

Pendant les dix premières années de l'Hégire (entre 622 et 632), les historiens ont comptabilisé 25 expéditions militaires et Mahomet aurait participé à 15 d'entre elles. Il fut blessé à la bataille de Uhud en 625. Les premières expéditions se terminent souvent par des échecs pour les musulmans. La victoire de Badr, sur les Mecquois en 624, donne du prestige à Mahomet. Mais l'année suivante, les musulmans sont battus à la bataille de Uhud (cependant les Mecquois ne profitent pas de leur avantage).

En janvier 630, à la tête d'une armée de 10 000 hommes, Mahomet marche sur La Mecque, s'en empare, entre dans la Kaaba où il détruit les idoles des dieux vénérés par les Arabes. Puis il se réconcilie avec son ancienne tribu. Il installe la nouvelle religion et il retourne à Médine. Il y meurt de maladie le 8 juin 632. Il avait environ 63 ans.

Mahomet et le Coran[modifier | modifier le wikitexte]

Selon les croyances des musulmans les paroles de Dieu (Allah) ont été dictées en arabe par Gabriel. Mahomet transmet ces paroles aux hommes. Au début, la transmission se fait uniquement oralement et nécessite un apprentissage par cœur. Puis, Mahomet étant illettré, des amis plus instruits lui servirent de secrétaires. Les paroles de Dieu sont alors écrites sur une multitude de supports. La Révélation divine va durer près de 23 ans (jusqu'à la mort de Mahomet) : chaque événement de la vie de la communauté musulmane permet à Mahomet de faire connaître une nouvelle partie de la Révélation.

Le texte complet de la parole de Dieu est une première fois compilé sous le califat d'Abou Bakr, puis définitivement figé pendant le califat d'Othman en 647.

La représentation de Mahomet[modifier | modifier le wikitexte]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Représentation de Mahomet.

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Liens externes[modifier | modifier le wikitexte]


Portail des religions - Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Mahomet de Wikipédia.