Blason de Paris

« Blason de Paris » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le blason de Paris

Le blason de Paris représente une nef (un bateau) voile au vent, flottant sur de l'eau (la Seine). Il est surmonté d'un bandeau (le chef de l'écu) parsemé de fleurs de lis d'or. La devise est Fluctua nec mergitur (battu par les flots mais ne sombre pas).

En vocabulaire héraldique, il se lit de la façon suivante : « De gueules à la nef équipée d'argent voguant sur l'onde du même, mouvant de la pointe ; au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or ».

Le blason est un résumé de l'histoire de Paris.

La nef flottante[modifier | modifier le wikicode]

La nef représente l'activité très importante d'une partie de la population de Lutèce puis de Paris. Dès le début du Ier siècle apr. J.-C., les bateliers naviguant sur la Seine (les nautæ Parisiaci- les nautes) jouaient un rôle très important dans l'approvisionnement de la capitale aussi bien en produits alimentaires, qu'en bois pour le chauffage.

L'apparence de la nef a varié au cours du temps. Sur le sceau de 1210 c'est un bateau de rivière. Pendant la Premier Empire la déesse Isis est installée à la proue de la nef . En 1817 la nef est remplacée par un navire de mer, et même en 1848 sous la Deuxième République par un bateau-lavoir (qui à cette époque étaient très nombreux sur la Seine à Paris).

Les couleurs du blason[modifier | modifier le wikicode]

Les couleurs du blason de gueules (rouge) et d'azur (bleu) rappellent un épisode sanglant de la Guerre de Cent Ans au XIVe siècle.

Ces couleurs sont celles de Étienne Marcel, prévôt des marchands (en fait le maire) de Paris en 1355. Peu après cette élection le pouvoir royal est très affaibli du fait de la captivité du roi Jean le Bon, retenu prisonnier à Londres après la sévère défaite française de la Bataille de Poitiers en 1356. Le fils aîné du roi, le jeune dauphin Charles exerce la régence en l'absence forcée de son père. Dès 1357 l'entourage du dauphin entre en conflit avec la municipalité parisienne qui veut exercer un droit de regard voire de contrôle sur la monarchie. Le 22 février 1358, un groupe de Parisiens envahit le palais du dauphin et, sous les yeux de celui-ci, massacre deux de ses conseillers les maréchaux de Champagne et de Normandie.

Sous la protection du prévôt, le dauphin parvient à s'enfuir de Paris. Mais pour ce faire, il doit se recouvrir la tête d'un chaperon teinté aux couleurs de Charles Martel et de ses partisans. Les couleurs marquent donc le triomphe (qui sera de courte durée) de la capitale sur le pouvoir monarchique.

Les fleurs de lis d'or[modifier | modifier le wikicode]

Le blason de Paris en 1811

Les fleurs de lis d'or ont été ajoutées à l'issue de la lutte entre la monarchie et la municipalité parisienne. Le 31 juillet 1358, Étienne Marcel est assassiné par un échevin de Paris. Privés de leur chef les Parisiens font leur soumission au dauphin. Cette soumission se traduit par l'introduction des fleurs de lis d'or qui couronnent le blason (le lis étant le symbole de la monarchie capétienne). Ce chef fleurdelisé est variable, l'emplacement des fleurs et leur nombre changent sur les sceaux ; ils ne deviennent définitifs qu'en 1426.

Pendant la Révolution française les fleurs de lis disparaissent en même temps que la monarchie. Napoléon Ier les remplace par trois abeilles d'or (le symbole de son pouvoir).

Le rétablissement de la monarchie des Bourbons à la Restauration en 1814 remet en vigueur les fleurs de lis.

La Deuxième République les remplace par un semis d'étoiles d'or. C'est l'empereur Napoléon III qui revient aux fleurs de lis.

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.