André Malraux

« André Malraux » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
André Malraux

André Malraux, né à Paris le 3 novembre 1901 et mort le 23 novembre 1976 à Créteil, est un écrivain, militant et homme politique français.

Combattant lors de la guerre d'Espagne avec les Républicains, il est commandant d'une escadrille internationale jusqu’en 1937.

Après la Seconde guerre mondiale, pendant laquelle il s'engage dans la résistance, il devient ministre des affaires culturelles pendant dix ans, sous la présidence de Charles de Gaulle, à partir de 1958.

Malraux est l'une des figures intellectuelles majeures françaises du XXe siècle. Il reçoit le Prix Goncourt en 1933, pour La Condition Humaine.

Sa famille[modifier | modifier le wikicode]

André Malraux est le fils aîné de Fernand Malraux (1875-1930), originaire de Dunkerque. Son frère cadet, Raymond-Fernand (1902-1903), est mort à trois mois. En 1905, les parents de Malraux se séparent. Son père aura, lors de son second mariage, deux autres fils : Roland Malraux (1912-1945) et Claude Malraux (1920-1944). Il passe ainsi son enfance avec sa mère, sa grand-mère et une tante épicière dont il ne gardera pas de bons souvenirs (Antimémoires, 1967). Il a 8 ans lorsque son grand-père Emile-Alphonse dit Alphonse (né le 14 juillet 1832) se suicide, en 1909.

Sa jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

À 14 ans, il entre à l'école supérieure de la rue de Turbigo (le futur lycée Turgot), période durant laquelle il fréquente déjà assidûment les bouquinistes, les salles de cinéma, de théâtre, d'expositions, de concerts, etc. En 1918, il n'est pas admis au lycée Condorcet et abandonne ses études secondaires : il n'obtiendra jamais son baccalauréat.

Il travaille, en 1919, pour le libraire René Louis Doyon. Il fait la connaissance de Max Jacob. Doyon fonde en 1920 la "Connaissance". Il publie ses premiers textes en 1920.

Engagement militaire[modifier | modifier le wikicode]

En 1936, pendant la guerre d'Espagne, Malraux prend le commandement d'une escadrille internationale, jusqu'en 1937.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1944, Malraux prend le commandement de la brigade Alsace-Lorraine.

Engagement politique[modifier | modifier le wikicode]

En 1958, Malraux est nommé ministre de l'information, puis, en 1959, ministre d’État chargé des affaires culturelles. Il reste pendant 10 ans à ce poste, et pose les bases de la politique culturelle française. L'un des moments célèbres de son mandat est son éloge funèbre prononcé en 1964 en l'honneur de Jean Moulin, à l'occasion du transfert des cendres de ce dernier au Panthéon, à Paris.

Il est par ailleurs l'auteur de la Loi Malraux, qui interdit la construction de gratte-ciels à l'intérieur de la ville de Paris.

En 1969, Malraux abandonne ses fonctions ministérielles.

Quelques œuvres[modifier | modifier le wikicode]

  • 1921 : Lune en papier
  • 1926 : La Tentation de l'Occident
  • 1928 : Les Conquérants
  • 1933 : La Condition humaine
  • 1937 : L'Espoir
  • 1951 : Les Voix du silence
  • 1957 : La Métamorphose des dieux (suite des Voix du silence)
  • 1967 : Antimémoires

Voir et écouter[modifier | modifier le wikicode]


Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…