Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Imagerie par résonance magnétique

« Imagerie par résonance magnétique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis IRM)
Aller à : navigation, rechercher
IRM d'un cerveau

L'imagerie par résonance magnétique, ou IRM, est une technique d'imagerie médicale, à l'image de la radiographie, la fibroscopie ou encore l'échographie. En diffusant des ondes électromagnétiques, l'IRM permet de visualiser avec précision les organes et tissus mous du corps humain en 3D, par le phénomène de la résonance magnétique nucléaire. Elle permet de détecter des maladies cérébrales, osseuses, artulaires, digestives, gynécologiques, vasculaires, cardiaques ou encore au niveau de la colonne vertébrale.

Histoire de l'IRM[modifier | modifier le wikicode]

Le principe de la résonance magnétique nucléaire, ou RMN, sur lequel repose l'IRM, fut découvert un physicien américain du nom d'Isidor Isaac Rabi, en 1938. Suite à cette découverte, en 1946, les physiciens Félix Bloch et Edward Mills Purcell découvrent à leur tour le phénomène de la relaxation, c’est-à-dire le retour à l’état fondamental des atomes suite à une RMN.

La RMN était surtout utilisée pour étudier les éléments chimiques, jusqu'à ce qu'en 1970, le scientifique américain Raymand Vahan Damadian propose d’exploiter la RMN dans la médecine, afin de prévenir les cancers et les tumeurs. Par conséquent, trois ans plus tard, le chimiste Paul Lauterbur réalise la première IRM sur un poivron et des tubes à essai ; et en 1976, Peter Mansfield réalise la première IRM d’une partie d’un être humain, un doigt.

Quatre ans plus tard, la première machine IRM est fabriquée1, avant d’être exploitée dans les hôpitaux du monde entier, jusqu’à aujourd’hui...

Déroulement et fonctionnement d'une IRM : la résonance magnétique nucléaire[modifier | modifier le wikicode]

Une machine à IRM

Lorsque nous prenons rendez-vous chez le médecin pour faire une IRM, nous sommes allongé sur un lit, qui glisse dans le tunnel de l’appareil.

Nous allons d'abord être soumis à un aimant de grande puissance, qui n'a aucun effet nocif sur notre corps. Nos atomes d’hydrogène, constituant de l'eau (70% de notre corps) vont alors vibrer, tourner et s’orienter dans la même direction.

L'émission d'ondes radio est la deuxième étape de l'IRM : les atomes d'hydrogène, dans ces conditions, produisent de l’énergie, et renvoient un signal radio dont la fréquence dépend de la matière. Ces signaux radios vont constituer l’image IRM de l’ordinateur. Comme la fréquence des ondes reste plutôt faible, l'IRM n'a donc aucun danger pour l'être humain.2

Son utilisation dans la médecine[modifier | modifier le wikicode]

L’IRM possède deux grands avantages par rapport à la radiographie et l’échographie. En plus d’être sans danger, contrairement aux rayons X qui peuvent entraîner des cancers ou des malformations, l’IRM permet de visualiser avec une grande précision la structure de notre corps. Le scanner, quant à lui, permet seulement de repérer une anomalie, sans déterminer son origine.

Enfin, l’échographie permet seulement d’explorer le cœur, les organes digestifs, urinaires et génitaux, ainsi que de vérifier leur bon fonctionnement.

L’IRM permet donc de repérer précisément des maladies (dont les symptômes proviennent parfois d’un simple mal de tête) :

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la médecine —  Tous les articles sur la médecine, les médecins, les maladies...