Pierre polie du Néolithique

« Pierre polie du Néolithique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'usage d'outils en pierre polie est caractéristique de la période néolithique. Ces outils permettent de pratiquer l'abattage des arbres et le travail de la terre dans de bonnes conditions. La pierre polie a permis l'agriculture.

Les avantages de la pierre polie[modifier | modifier le wikicode]

Une pierre polie du néolithique

Présentant une surface lisse, la pierre polie ne permet pas que la terre s'y accroche. Il en est de même pour la résine des arbres qui sont abattus. S'il s'agit des pierres de meules pour le grain, la pierre polie ne fournit pas de débris se mélangeant à la farine, tout comme elle restitue la totalité de la farine qui ne peut se "nicher" dans les irrégularités des surfaces de la meule.

Le polissage rend également le tranchant de l'outil plus régulier. De ce fait il pénètre plus facilement dans le matériau sur lequel on frappe. Cela lui permet également de mieux résister aux chocs.

Les reconstitutions de travaux à l'aide d'outils en pierre polie, montrent qu'il faut environ une heure pour abattre un frêne qui a une trentaine de centimètres de diamètre. Un bois plus dur comme celui du chêne demande plus d'efforts et de temps. Notons que le défrichement des forêts est rendu plus rapide par la pratique d'encoches au bas des troncs; la sève ne peut plus alors alimenter la partie supérieure de l'arbre qui sèche sur place et est brûlé; les cendres fournissent alors un engrais naturel.

Des expérimentations d'abattage d'arbre montrent qu'il y a assez peu de différence de temps si l'on utilise la pierre polie (la plus rapide) ou si on utilise la pierre taillée. Par contre la fabrication d'un outil totalement poli demande cent fois plus de temps que celui d'un outil semblable seulement taillé. Certains préhistoriens pensent que les outils totalement polis étaient des objets de luxe (qui pour certains tentent d'imiter les outils de métal qui font leur apparition).

En même temps qu'il utilise la pierre polie l'homme continue de fabriquer et d'utiliser des pierres taillées sans retouches de polissage. Il continue également à fabriquer des objets en os. En particulier il fabrique des objets de très petites taille, les microlithes, qu'il place à l'extrémité de ses flèches ou lances ou qu'il insère dans une mâchoire de bovidés qu'il transforme ainsi en faucille destinées à moissonner. Il en équipe également les harpons pour la pêche.

Le polissage[modifier | modifier le wikicode]

Une hache néolithique en cours de polissage. On remarque encore les traces de taille.
Un polissoir néolithique trouvé dans l'Aube

Les pierres utilisées sont des pierres très dures comme le silex, le basalte, l'obsidienne, la dolérite, l'amphibolite ou la jadéite. Souvent ces pierres viennent de loin, ainsi dans les Balkans on trouve des objets néolithiques en obsidienne provenant des iles Cyclades à qui on a fait traverser une partie de la mer Égée, située entre l'Europe et l'Asie .

Il faut d'abord tailler la pierre pour lui donner la forme la plus proche possible de l'objet définitif. Le fabricant utilise alors les techniques mises au point à l'époque Paléolithique. Ainsi on taille une hache en dolérite qui pèsera 300 grammes, dans un bloc qui à l'origine pesait 12 à 15 kilos et on pense que le taux de réussite pour aboutir à une hache satisfaisante n'était que de 2%. Les chantiers de taille et de polissage sont donc recouverts d'une épaisse couche de débris.

Le polissage se fait par frottement de l'objet sur un polissoir fixe (le "dormant") généralement en grès ou en granite (roches contenant du sable ou quartz et qui sont donc fortement abrasives). Pour obtenir un poli sans défaut on termine par frotter l'objet sur du sable humide. On peut ainsi enlever de 5 à 20 grammes de matière par heure de travail. Pour polir une grande hache il faut une vingtaine d'heures de frottement (soit plusieurs jours de travail).

Dans certains cas seule une partie de la surface de l'objet est polie, par contre le tranchant est toujours poli.

L'emmanchement des pierres[modifier | modifier le wikicode]

Une herminette de l'époque néolithique (reconstitution)
Une hache de l'époque néolithique (reconstitution)

Une fois polie, la pierre est fixée sur un support, généralement un manche (un bâton de bois). La fixation peut se faire de différentes manières:

  • un lien (corde végétale ou boyau d'animal) fixe la pierre sur un des côtés du manche. C'est le procédé le plus simple mais la fixation est fragile.
  • Le manche peut être creusé, voire complètement traversé, pour introduire la pierre dans le trou. La pierre est coincée dans le trou et fixée par un lien et de la résine ou du bitume. Le creusement ou la perforation sont faits au moyen d'un " foret dit à archet" (généralement un bout de bois très dur qui tourne grâce à un petit arc dont la corde s'enroule autour de lui. On fait faire un mouvement de va-et-vient horizontal à l'archet, la corde enroulée oblige le foret à tourner ).
  • Pour renforcer le manche, qui est est affaibli au niveau de la perforation, on place entre le manche et la pierre une gaine qui absorbe les chocs (c'est souvent un bois de cervidé).

Selon la disposition du tranchant par rapport à l'axe du manche on distingue:

  • la hache dont le tranchant est parallèle à l'axe du manche (elle sert à couper les troncs d'arbre ou bien d'arme)
  • l'herminette dont le tranchant est perpendiculaire à l'axe du manche (elle sert à retourner la terre voire à creuser les troncs ou à égaliser la surface des morceaux de bois)

Pour en savoir plus[modifier | modifier le wikicode]

  • Divers auteurs sous la direction de Pierre Marchand:La France préhistorique, Gallimard, 1997
  • Marthe et Alain Marliac, La préhistoire, Larousse, 1979
  • Michel Brézillon, Dictionnaire de la Préhistoire, Larousse, 1969

Pour compléter sur les outils des hommes préhistoriques[modifier | modifier le wikicode]

Arrowhead-detoured.png Portail de la Préhistoire —  Tous les articles sur la Préhistoire