Louis de Buade de Frontenac

« Louis de Buade de Frontenac » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Statue de cire de Louis de Buade de Frontenac au Musée Grévin de Montréal.

Louis de Buade, comte de Palluau et de Frontenac, était un gouverneur de la Nouvelle-France (les anciennes colonies françaises dans l'actuel Canada). Il est né à Saint-Germain-en-Laye en 1620 dans une famille bourgeoise et est mort à Québec en 1698. Il est connu pour avoir repoussé les Anglais et pour avoir ainsi empêché pendant quelques années que la Nouvelle-France ne devienne anglaise.

Les premières années de sa vie[modifier | modifier le wikicode]

Il est né dans le château de Saint-Germain-en-Laye en 1622 dans une famille bourgeoise. Ses parents lui trouvent comme parrain le roi Louis XIII. À quinze ans, il devient militaire et, à 22 ans, il devient général. Mais il est indiscipliné. C'est pour cela qu'il est envoyé en Nouvelle-France.

Sa vie en Nouvelle-France[modifier | modifier le wikicode]

Il a une « promotion » pour devenir gouverneur de Nouvelle-France... une « promotion », car on voulait un peu se débarrasser de lui. Mais en Nouvelle-France, c'est pire qu'on ne croyait. Les Amérindiens Iroquois attaquent souvent les colonies. Frontenac se dispute avec l'évêque, on ne sait pourquoi. Il est donc renvoyé en France à cause de son indiscipline. Le roi n'est pas très content et Louis est démis de ses fonctions. Mais, pendant ce temps-là, la Nouvelle-France est de nouveau attaquée par les Iroquois. De nombreux colons sont tués ou retournent en France. Frontenac est donc rappelé à ses fonctions.

Défendre Québec[modifier | modifier le wikicode]

Le buste de Frontenac à Ottawa

En revenant en Nouvelle-France (plus précisément Québec), il doit non seulement défendre Québec contre les Iroquois, mais en plus contre les Anglais.

En 1689, les Anglais débarquent à Québec et prennent d'assaut le fort Frontenac. Frontenac ne la récupère qu'en 1690, un an après. Quelques mois plus tard, les Anglais, sous le commandement de l'amiral Phips, essaient d'assiéger Québec. Mais les troupes de Frontenac possèdent un atout, le cap Diamant. Ce cap Diamant est une énorme falaise presque impossible à escalader qui protège Québec de toute invasion venue de la mer. L'amiral Phips envoie un ultimatum lui ordonnant de rendre Québec aux Anglais. Mais Frontenac répond par cette phrase célèbre :

« Je vous répondrai par la bouche de mes canons et par les coups de mes fusils. »

La bataille continue toute la soirée jusqu'à l'aube et est perdue par les Anglais. Grâce à cette bataille, Frontenac gagne l'estime du roi. Il revient à Paris la même année. Il revient souvent en Nouvelle-France et il y meurt le 28 novembre 1698.

Célèbre dans le monde entier[modifier | modifier le wikicode]

Frontenac est mondialement connu pour avoir défendu Québec contre les Anglais. De nombreuses statues ont été érigées à sa mémoire. On peut voir l'une d'elles devant le château Frontenac qui porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Source[modifier | modifier le wikicode]

  • [1] Page Wikipédia de Louis de Buade de Frontenac
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.