bavardages  • le Livre d'or
Cordon, le Balcon du Mont-Blanc - panoramio (28).jpg Astuces, statistiques et interview d'une contributrice, lisez la Gazette hiver 2020 de Vikidia ! DessinInterview.png

Guerre sous-marine à outrance

« Guerre sous-marine à outrance » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un navire de commerce coulé par un sous-marin allemand en 1917

La guerre sous-marine à outrance appelée également guerre sous-marine totale est un type de guerre navale utilisée par la marine allemande pendant la Première Guerre mondiale (également pendant la Seconde Guerre mondiale). La flotte de surface allemande (également celle de l'Autriche-Hongrie) étant bloquée dans les ports par les patrouilles des marines britannique et française, les Allemands utilisent les sous-marins pour couler des bâtiments de commerce des pays ennemis voire neutres et ce sans avertissement contrairement au droit coutumier de la mer.

Débutée dès août 1914, la guerre sous-marine à outrance cesse temporairement en 1915 après le torpillage du Lusitania. Mais devant les difficultés militaires rencontrées par les armées allemandes et austro-hongroises en 1916, et les ravages économiques et sociaux provoqués par le blocus de leurs côtes par les marines des pays de l'Entente les gouvernement allemand et Austro-hongrois décident de reprendre la guerre sous-marine dès le 1er février 1917.

Les dégâts occasionnés sont considérables surtout parmi les marines des pays neutres. Cette tentative de paralyser le commerce maritime vers l'Europe va amener les États-Unis qui en étaient les grands bénéficiaires, à déclarer la guerre à l'Allemagne en avril 1917.

La maîtrise de la mer[modifier | modifier le wikicode]

Le croiseur britannique HMS Comus en 1914

Pour une grande partie de leur ravitaillement en produits alimentaires et en certains produits industriels, l'Allemagne et le Royaume-Uni dépendent de l'extérieur, en particulier des importations en provenance d'Amérique du Nord ou de Sud. Pour nuire à l'effort de guerre de l'ennemi les deux puissances doivent donc gêner voire réduire à peu de chose des liaisons maritimes en direction de l'Europe. Pour cela la maîtrise de la mer devient une nécessité.

Pour réussir le blocus de l'ennemi, l'Allemagne et le Royaume-Uni disposent de leur flotte de surface. En 1914 la Royal Navy britannique a une nette supériorité numérique sur la marine impériale allemande et ce malgré les gros efforts financiers faits par l'Allemagne dans la course aux armements. Le but des Allemands n'est pas d'égaler le tonnage et la puissance de feu des Britanniques mais de disposer d'une flotte suffisamment importante pour les inquiéter.

Pour assurer l'approvisionnement de l'Allemagne les navires de commerce doivent naviguer dans des mers voisines des îles britanniques. Cette situation permet aux navires de surface de la Royal Navy d'intercepter le trafic. La marine allemande de surface est de peu de secours car dès août 1914, les navires allemands se barricadent dans les ports et sont bloqués en Allemagne continentale et en Belgique occupée. La mer du Nord est déclarée zone de guerre dès novembre 1914, les navires de commerce qui y transitent le font alors à leurs risques et périls. De plus la flotte française barre l'accès à la mer Adriatique par laquelle l'Autriche-Hongrie et son allié allemand peuvent recevoir des marchandises. Par contre les britanniques et leur allié français reçoivent sans difficultés leurs fournitures et des renforts en hommes recrutés dans leurs vastes empires coloniaux. Pour perturber cet approvisionnement et attaquer les navires de commerce l'Allemagne doit recourir à des bâtiments maritimes échappant au contrôle des navires de surface ennemis, c'est-à-dire les sous-marins (U-Boote) et des navires pratiquant une sorte de guerre de course en particulier dans l'océan Atlantique. En août 1914, l'Allemagne dispose de 28 sous-marins.

Particularités de la guerre sous-marine au début du XXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Un sous-marin allemand en 1914

Au début du XXe siècle, la guerre sous-marine répond à certaines règles, en grande partie héritées des coutumes de la marine de surface. Avant de détruire un navire de commerce, le sous-marin doit faire surface, doit fouiller le navire adverse et faire évacuer l'équipage. La seule dérogation à ces règles serait que le navire adverse refuse de se laisser aborder ou résiste en faisant usage d'armes existant à bord, dans ce cas le navire peut être coulé.

Or un sous-marin qui fait surface est vulnérable. Le sous-marin est propulsé sous l'eau par un moteur électrique, mais les batteries électriques doivent être rechargées grâce à des moteurs utilisant le diesel qui nécessite de faire surface pour fonctionner. Un sous-marin est plus lent qu'un navire de guerre de surface. On peut donc lui tendre des pièges en lui faisant attaquer un navire-leurre, généralement de petite taille, qui dissuade d'utiliser une torpille et qui peut être couler grâce au canon de pont du sous-marin. Or ce navire-leurre sous une apparence de bateau de commerce cache un armement redoutable. Le navire peut également appeler à l'aide par radio des navires de la marine de guerre ou d'hydravions munis de grenades anti-sous-marines.

La guerre sous-marine au début de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Les États-Unis personnifiés par Uncle Sam (à droite) protestent auprès de l'empereur d'Allemagne Guillaume II assis à son bureau. Caricature américaine de 1915

Dès le début de la guerre les sous-marins allemands passent à l'action. En septembre 1914, en mer du Nord les U-Boots coulèrent quatre croiseurs britanniques : le HMS Aboukir, le HMS Hogue, et le HMS Cressy. Pour éviter l'hécatombe les Britanniques barricadent leur flotte de surface dans des ports bien protégés. Seules sont organisées de petites sorties qui peuvent échapper à la vigilance des sous-marins allemands, sorties qui sont une menace constante sur les navires de commerce tentant de ravitailler l'Allemagne.

Le 4 février 1915, l’Allemagne décrète la guerre sous-marine à outrance. La guerre de tranchée qui débute sur le continent risque de durer trop longtemps et met en difficulté l'industrie allemande coupée de ses approvisionnements extérieurs et de provoquer des problèmes de ravitaillement alimentaire pour la population. L'agriculture allemande ne reçoit plus les engrais nécessaires à son agriculture. En 1915 les importations allemandes ne représentent plus que 55% de celles d'avant la guerre. La priorité de l'approvisionnement de l'armée prive les civils de nourriture. Ceux-ci doivent consommer des produits de substitution (les ersatz). Des émeutes de la faim éclatent en Allemagne et en Autriche-Hongrie.

En s'attaquant aux navires de commerce aidant la France et le Royaume-Uni les Allemands veulent contraindre leurs adversaires à faire la paix rapidement.

Cependant cette période prend fin le 18 septembre 1915 après qu'un U-Boote aie torpillé le Lusitania un paquebot où voyageaient de nombreux américains. Cette destruction provoque de vives protestations du gouvernement américain.

Reprise de la guerre sous-marine[modifier | modifier le wikicode]

Mais la situation du ravitaillement en Allemagne empire avec la prolongation de la guerre. L'échec de la bataille de Verdun à la fin de 1916, les difficultés rencontrées pour contenir l'offensive alliée sur la Somme pendant l'été 1916 font penser que la guerre risque de durer. Pour faire face au blocus le gouvernement allemand organise l'économie du pays. Les hommes non mobilisés dans l'armée et âgés de 17 à 60 ans sont embauchés, le rationnement de la population est mis en place dès 1915 afin d'assurer un minimum d'apports alimentaires.

Après l’échec de la guerre d’escadres de navires de surface (résultat indécis de la bataille navale du Jutland le 31 mai-1er juin 1916), l’amirauté allemande fait de la guerre sous-marine un choix stratégique.

Malgré le peu d'enthousiasme du chancelier allemand Theobald von Bethmann Hollweg, conscient des risques encourus vis à vis des États-Unis, les militaires convainquent l'empereurGuillaume II de reprendre la guerre sous-marine sur une plus grande échelle. Dès le 31 janvier 1917, l'océan Atlantique et la mer Méditerranée sont déclarées zone de guerre et les sous-marins allemands sont autorisés à couler tous les navires adverses ou neutres qui y naviguent.

Fin février, 7 navires de commerce hollandais (pays neutre pendant la Première Guerre mondiale) venant d’Angleterre sont coulés dans la Mer du Nord, cependant les équipages prévenus à temps peuvent être évacués. Les sous-marins torpillent ou canonnent les navires ou larguent aux abords des ports des mines sous-marines.

Dans les trois mois suivants la soixantaine de sous marins allemands opérant dans la zone coulent plus d'un million de tonnes de marchandises. Surprise par l'ampleur de l'attaque la Royal Navy a du mal à faire face. Le ravitaillement des îles britanniques semble en péril. En avril 1917, la France n’a en stock que quinze jours de consommation de charbon.

Pour faire face les navires alliés sont camouflés, naviguent en zigzag, sont escortés par une surveillance aérienne, et surtout naviguent en convois protégés par des destroyers (navires de guerre). Les propriétaires de navires étaient jusqu'alors réticents car la formation des convois leur fait perdre du temps et retardent la livraison de leurs clients ; les militaires sont également peu enthousiastes, ils refusent de devenir les « chiens de garde » des navires marchands. Les sous-marins sont repérés par la surveillance acoustique grâce à l'hydrophone mis au point en 1916. Dès 1916, un sous-marins repéré est soumis à des grenadages lancés depuis les navires ou par des bombardements aériens. Les navires marchands sont armés afin de pouvoir riposter.

La mise en service de nouveaux sous-marins allemands ne parvient pas à compenser les destructions opérées par les Alliés. La construction de nouveaux navires de commerces devient supérieure aux destructions faites par les Allemands.

Dans cette course militaro-industrielle, en 1918, l'Allemagne dispose de 145 U-Boots mais ils sont pourchassés par 4 000 navires et 3 500 avions alliés : la même année le tonnage coulé est inférieur de 80 % à celui de 1917. L'Allemagne a perdu la guerre sous-marine à outrance.

Conséquences de la guerre sous-marine à outrance[modifier | modifier le wikicode]

Les craintes du chancelier allemand se confirment rapidement. Dès le 3 février 1917 Woodrow Wilson, le président des États-Unis, rompt les relations diplomatiques avec l'Allemagne. Le 6 avril 1917, les États-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne.

À la fin de la guerre les Britanniques tentent, sans succès, de faire déclarer la guerre sous-marine hors-la-loi. En 1922, le traité de Washington fixe un nombre maximal de cuirassés autorisés pour chaque puissance navale. Pour contourner ces contraintes les pays construisent des unités de plus petite taille.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • [1] Bataille de l'Atlantique sur Wikipédia
  • [2] Blocus de l'Allemagne sur Wikipédia.
  • [3] Guerre sous-marine à outrance sur Gallica. BNF
Portail de la mer —  Tous les articles sur la mer et le monde maritime.
Portail de la Première Guerre mondiale —  Tous les articles concernant la Guerre de 1914-1918.