Frédéric-César de La Harpe

« Frédéric-César de La Harpe » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric-César de La Harpe, d'après une lithographie du XIXe siècle

Frédéric-César de La Harpe est né à Rolle (alors en territoire contrôlé par les Bernois mais aujourd'hui dans le canton de Vaud) le 6 avril 1754 et est mort le 30 mars 1838 à Lausanne. C'est un homme politique suisse.

La Harpe est un disciple de Jean-Jacques Rousseau dont il adopte les idées politiques et sociales. C'est un républicain. Il fait étude de Droit et devient avocat.

En 1782, il doit quitter sa région natale et se rend à Saint-Pétersbourg en Russie. En 1784, l'impératrice Catherine II le nomme précepteur de ses petits-fils les grands-ducs Alexandre et Constantin.

Cependant le gouvernement bernois le présente comme jacobin, c'est-à-dire révolutionnaire. Dès 1793, dans un journal anglais La Harpe dénonce le despotisme du gouvernement bernois. En 1795, il doit quitter la Russie et se réfugie dans le canton de Genève où il continue son opposition à Berne et pousse ses compatriotes à se soulever contre Berne.

Il demande au Directoire, qui alors dirige la France révolutionnaire d'intervenir diplomatiquement en faveur des révoltés vaudois. Mais l'armée française occupe la Suisse et La Harpe est nommé en décembre 1798 comme un des directeurs de la République helvétique, république-sœur de la République française. Son expérience gouvernementale se révèle un échec il est renversé par un coup d'État en janvier 1800. La Harpe s'exile en 1800 en France où il cesse toute activité politique.

En 1815, il obtient grâce à son ancien élève le tsar Alexandre Ier, que le Congrès de Vienne reconnaisse la neutralité de la Suisse et la création des cantons de Vaud, d'Argovie, de Thurgovie, du Tessin et de Saint-Gall.

Flag-map of Switzerland.svg Portail de la Suisse —  Tous les articles sur la Suisse.