Comtesse de Ségur

« Comtesse de Ségur » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Sophie de Ségur
Sophie de Ségur.jpg
Portrait de La comtesse de Ségur.
Naissance 1er août 1799
Saint-Pétersbourg, Russie
Décès 9 février 1874
Paris, France
Nationalité(s) Russe

La Comtesse de Ségur est une autrice d'origine russe et de religion catholique. Son nom de jeune fille est Sophie Rostopchine. Elle est né le 1er août 1799 et mort le 9 février 1874 (à 75 ans) à Paris, en France. Sa famille s'installe en France alors que Sophie a 18 ans.

Enfance[modifier | modifier le wikicode]

Sophie passe son enfance dans le domaine de Voronovo, une immense propriété près de Moscou où les paysans sont encore des serfs ; elle y reçoit une éducation très sévère. Son père, le général Ropstochine devient tour à tour ministre et gouverneur de Moscou sous le règne du Tsar Alexandre Ier. Il a notamment fait incendier Moscou en 1812 pour en chasser les troupes napoléoniennes. Cependant le général tombe en disgrâce et quitte la Russie avec sa famille en 1814. Ils s'installent en France en 1817.

Vie en France[modifier | modifier le wikicode]

Illustration des Petites Filles modèles de Bertall, 1863
Pour teindre un mouton en noir, illustré par Marie-Madeleine Dauphin (Les Bons Enfants)

En 1819, elle épouse le comte Eugène de Ségur. Ils auront huit enfants.

Elle devient écrivain à 57 ans. La comtesse meurt en 1874 à Paris.

Ouvrages[modifier | modifier le wikicode]

La comtesse a commencé à écrire grâce à ses petites-filles : Camille et Madeleine, héroïnes des Malheurs de Sophie et des Petites filles modèles. La comtesse de Ségur publie trois contes de fées en 1857, puis, devant leur succès, compose une vingtaine de romans autobiographiques sur son enfance ou celle de ses petits-enfants. Son éditeur, Louis Hachette, décide de créer une nouvelle collection : la Bibliothèque rose qui se caractérise par une vision plutôt souriante et très moralisatrice de l'enfance dans le milieu de la haute bourgeoisie du XIXe siècle ; les punitions corporelles sont désapprouvées dans l'éducation des enfants aussi bien que trop de laisser-faire et de gâteries de la part des parents. Elle a écrit :

Source[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…