Charlie Hebdo

« Charlie Hebdo » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
« Je suis Charlie », slogan utilisé en soutien aux victimes de la fusillade au siège de Charlie Hebdo.

Le titre s'écrit « Charlie Hebdo », mais ce navigateur n'a pas pu l'afficher correctement.

Charlie Hebdo est un journal satirique français, fondé en 1970, à parution hebdomadaire, ayant son siège et sa rédaction à Paris.

Logo de Charlie Hebdo

Lors du lancement, le directeur de publication est le « professeur Choron », tandis que Cavanna est rédacteur en chef.

Le 7 janvier 2015, un attentat à l'arme de guerre a été perpétré contre le siège du journal, tuant 12 personnes, dont deux policiers, et en blessant grièvement au moins trois autres.

Historique du journal[modifier | modifier le wikicode]

La période Hara-Kiri[modifier | modifier le wikicode]

François Cavanna, l'un des fondateurs..

En 1960, Georges Bernier alias le Professeur Choron (d'après le nom de la rue de Paris où était installé le siège du journal), et François Cavanna lancent le mensuel Hara-Kiri, dont le sous-titre est « journal bête et méchant ». Choron est directeur de publication et Cavanna, rédacteur en chef. Se rassemblent autour d'eux des humoristes et des dessinateurs : Francis Blanche, Topor, Fred, Reiser, Wolinski, Gébé, Cabu.

Hara-Kiri est plusieurs fois interdit de publication : d'abord en 1961, puis de nouveau en 1966, pour reparaître six mois plus tard.

Naissance de Charlie Hebdo[modifier | modifier le wikicode]

En 1969, Cavanna, Choron et Delfeil de Ton lancent le mensuel de bandes dessinées Charlie, initialement la version française du mensuel italien Linus, qui publie des BD françaises, italiennes et américaines, notamment la série des Peanuts de Charles M. Schulz.

Pendant ce temps, l'équipe de Cavanna continue le mensuel Hara-Kiri, puis, en février 1969, lance un hebdomadaire, Hara-kiri-hebdo.

En novembre 1970, le général de Gaulle meurt et l'hebdo titre en couverture, faisant aussi référence à l'incendie du 5-7, un incendi qui avait ravagé une boîte de nuit quelques semaines plus tôt : « Bal tragique à Colombey : 1 mort », et Hara-kiri est interdit. Qu'importe à la joyeuse équipe : Cavanna change le titre du journal qui devient Charlie Hebdo, en référence au mensuel Charlie, avec une allusion évidente au général de Gaulle (Charles).

Charlie Hebdo continue ensuite à paraître sous ce titre. Comme à l'époque de Hara-Kiri, le professeur Choron est directeur de publication, et Cavanna est rédacteur en chef. La parution s'arrête au numéro 580, le 23 décembre 1981, faute de lecteurs en nombre suffisant.

Renaissance de Charlie Hebdo en 1992[modifier | modifier le wikicode]

Charlie Hebdo nouvelle mouture naît en juillet 1992, avec un capital apporté par Philippe Val, Gébé, Cabu et Renaud. On y retrouve les signatures vedettes des années 1970 : Cavanna, Delfeil de Ton, Siné, Gébé, Willem, Wolinski, Cabu, avec une maquette identique. Sont également présents Charb, Oncle Bernard, Renaud, Luz et Tignous. Le premier numéro s'est vendu à 120 000 exemplaires.

Le professeur Choron, à qui on ne pas propose pas de poste, tente pour sa part de relancer simultanément un Hara-Kiri hebdomadaire, mais sans grand succès.

Sous la direction de Philippe Val, le nouveau Charlie Hebdo mène des combats rappelant la lignée contestataire d'extrême gauche. Il se différencie en cela de l'ancien Charlie Hebdo, sans réelle appartenance politique.

Affaire des caricatures de Mahomet[modifier | modifier le wikicode]

Le 8 février 2006, Charlie Hebdo publie la série de caricatures de Mahomet du journal danois Jyllands-Posten, alors que ces dessins venaient de déclencher des protestations dans des pays à majorité musulmane. Le président de la République, Jacques Chirac, condamne par la suite ces « provocations manifestes ».

Charlie Hebdo a été poursuivi par la Grande Mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la ligue islamique mondiale, pour la publication de deux des caricatures en question. Le procès, qui s’est tenu à Paris du 7 au 8 février 2007, a abouti à la relaxe, requise par le procureur de la République.

En mai 2009, Philippe Val quitte son poste pour rejoindre Radio France. Le dessinateur et chroniqueur Charb devient le nouveau directeur de la publication, tandis que le dessinateur Riss occupe les fonctions de directeur de la rédaction avec pour adjointe la journaliste Sylvie Coma. Riss annonce qu'il y aura plus de dessins qu'auparavant, et que les textes seront plus courts. Pour Charb, « le principal changement c’est que Charlie ne sera plus associé à Philippe Val ».

En octobre 2009, Charlie Hebdo était vendu à 53 000 exemplaires, dont 13 000 par abonnement.

Le 16 février 2011, Charb annonce dans le journal que Philippe Val n'est plus actionnaire de Charlie Hebdo. En avril, Charlie Hebdo déménage dans des locaux situés porte de Montreuil, à Paris. Les ventes du journal se situent autour de 48 000 exemplaires hebdomadaires, dont 12 000 abonnés.

Incendie de novembre 2011[modifier | modifier le wikicode]

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011, les locaux de Charlie Hebdo (situés dans le 20e arrondissement) sont la cible d'un incendie criminel. Le site internet du journal est piraté, et la page d'accueil est remplacée par une photo de La Mecque et des versets du Coran.

En janvier 2012, Charlie Hebdo publie une fausse affiche de la candidate Marine Le Pen, qui portera plainte.

Le 19 septembre 2012, une vive polémique naît à la suite de la publication de nouvelles caricatures du prophète Mahomet, avec de nombreuses condamnations tant de dirigeants politiques que d'instances religieuses comme le Conseil français du culte musulman (CFCM) ou le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Le site web de Charlie Hebdo est à nouveau piraté et rendu inaccessible.

Attentat du 7 janvier 2015[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Attentat contre Charlie Hebdo.

Un attentat à l'arme de guerre a été perpétré contre le siège du journal dans la matinée du 7 janvier 2015, tuant 12 personnes dont deux policiers, et en blessant grièvement au moins trois autres.

Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski sont au nombre des victimes assassinées au cours de cet attentat.

Cette attaque, désignée comme un « attentat terroriste » par le Président de la République François Hollande, est dénoncée par les responsables politiques du monde entier comme un acte barbare qui porte atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d'expression.


Portail de l'information —  Tout sur les écritures, les codes secrets, les médias...
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Charlie Hebdo de Wikipédia.