Altruisme

« Altruisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L’altruisme est une attitude qui consiste à privilégier l’intérêt des autres sans qu’on y trouve son propre intérêt. Cette notion est étudiée en philosophie, dans le cadre de la morale, en psychologie et sociologie, et en éthologie.

Manifestation d'altruisme

L’altruisme en philosophie[modifier | modifier le wikicode]

L'altruisme s’oppose à l’égoïsme ou à l'individualisme. Par exemple, les soins que les parents apportent aux enfants peuvent être considérés comme une forme d’altruisme : cela rapporte tout aux enfants mais rien aux parents, si ce n’est l’estime de la société (mais est-ce vraiment « rien » ?)

Attention cependant : si on demande à quelqu'un d’être altruiste, n’est-ce pas parce qu’on est soi-même bien égoïste ? Et si on devient altruiste, ne risque-t-on pas d'obéir à l’égoïsme de l’autre ?

L’altruisme est généralement considéré comme une vertu, au contraire de l’égoïsme qui est plutôt considéré comme un vice

Il faut aussi évoquer ceux qui nous assurent de leur altruisme : ne s’agit-il pas d’une façon de prendre le pouvoir ? D'ailleurs, sont-ils vraiment sincères ? Que de gens nous promettent régulièrement le bonheur ! N’assurent-ils pas leur propre égoïsme en clamant ainsi leur altruisme ? N’y trouvent-ils pas un avantage pour eux-mêmes, au fond ? Si le goût du pouvoir, de l’ascendant qu’on exerce sur les autres leur fait tellement plaisir, est-ce vraiment de l’altruisme ?

Il arrive parfois que l’altruisme soit réciproque : je fais tout pour te rendre service, et tu fais tout pour me rendre service … voilà qui ressemble fort à de l’amitié !

L’altruisme chez les animaux[modifier | modifier le wikicode]

Les mammifères ou les oiseaux qui prennent soin de leurs petits montrent un comportement altruiste… Mais s’ils ne le faisaient pas, leur espèce s’éteindrait… Donc s’ils n’y trouvent pas un intérêt personnel, il y a au moins un intérêt au niveau de l’espèce. On peut dire de même des animaux qui aident à la prise en charge des petits d’autres membres du groupe.

On peut aussi observer d’autres types de comportements qui peuvent passer pour de l’altruisme. Par exemple :

  • l’abeille qui mourra en piquant l’ennemi, pour protéger la ruche,
  • le partage de nourriture qu’on observe chez certaines espèces (entre mâle et femelle, ou entre membres d’un même clan…),
  • l’échange de services que pratiquent d’autres animaux.

Les animaux altruistes sont souvent des individus stériles (l'abeille qui pique, la fourmi qui défend la fourmilière...). Cette notion est contradictoire avec la théorie de l'évolution de Darwin : comment imaginer que des animaux stériles puissent évoluer ?

Les scientifiques ont fini par donner des explications d’ordre génétique pour expliquer ces comportements. En effet, il convient de raisonner au niveau du patrimoine génétique de l'espèce et non au niveau d'un individu.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la philosophie —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la philosophie.
Portail de la sociologie —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la sociologie.