Accélérateur de particules

« Accélérateur de particules » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Tunnel de l'accélérateur de particules LHC, à Genève

Le LHC, l'accélérateur de particules du CERN1, a plusieurs objectifs de recherche fondamentale en physique nucléaire, il est donc doté de nombreux instruments de mesure. Entre autres, il doit permettre de recréer en miniature des conditions très proches de celles du Big Bang, ou encore permettre d'observer la matière noire2, qui serait invisible mais constituerait une grande part de l'Univers.

Il doit permettre aussi d'observer le boson de Higgs, particule (comme un électron ou un photon) dont l'existence est prédite par la physique actuelle, mais qui n'a encore jamais été observée.

Concernant la formation des mini-trous noirs, les savants ont été rassurants : même si l'énergie utilisée dans l'accélérateur est immense pour les physiciens, elle équivaut à l'énergie cinétique de 14 moustiques en vol ; c'est insuffisant pour qu'un trou noir soit stable. Autrement dit, s'il est théoriquement possible que des mini-trous noirs se forment, ils se dissiperont instantanément.

Le grand collisionneur de hadrons, immense accélérateur de particules, est l'équipement le plus récent et le plus sophistiqué du CERN. Cercle d'une circonférence de 27 000 mètres (calculer son diamètre) il est installé à 100 mètres sous terre, à cheval entre la Suisse et la France. Des hadrons (ions ou protons de plomb) sont lancés dans des sens de rotation opposés dans l'anneau et font plusieurs tours avant d'atteindre une vitesse proche de celle de la lumière. Surchargés en énergie, ils entrent alors en collision frontale et explosent, se décomposant en particules qui sont supposées être la matière primordiale de l'Univers lors du Big Bang. Ce sont ces particules, très fugaces, que les scientifiques tentent d'obtenir et d'isoler, afin de les observer et de les décrire pour comprendre la formation de l'Univers et de la matière.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. L'acronyme CERN dont le C signifiait originellement « Conseil » a été conservé : CERN évoquant le cercle que forment les accélérateurs de particules.
  2. Dont l'existence n'est supposée que par des calculs.
Portail des sciences — Tous les articles sur la physique, la chimie et les grands scientifiques.