Étagement de la végétation

« Étagement de la végétation » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Étage de la végétation)
Aller à : navigation, rechercher

Les étages de la végétation sont des éléments du paysage qui sont différents selon l'altitude. Dans chacun de ces étages, la faune et la flore sont différentes.

Le phénomène d'étagement[modifier]

En montagne, la température diminue avec l'altitude (en moyenne un degré tous les 180-200 mètres). Les précipitations changent également : l'air étant plus froid la condensation des gouttes est plus importante et les pluies ou la neige sont plus abondantes en altitude. Certaines montagnes arrêtent les nuages poussés par les vents dominants. Il fait donc plus sec au centre d'une chaîne de montagne que sur les bords exposés aux vents dominants. De plus, s'il fait trop froid, la période végétative (généralement plus de 5 degrés en moyenne) est réduite à quelques semaines, ce qui exclut la présence de certaines plantes (en particulier les arbres).

Comme les conditions climatiques changent avec l'altitude, les plantes qui poussent sur les montagnes à différentes hauteurs ne seront pas les mêmes. Notons également que les limites entre les différents étages sont plus hautes sur le versant exposé au soleil (l'adret) que sur le versant qui ne voit presque pas le soleil (l'ubac).

On peut diviser les montagnes en étages, selon le type de végétation qui y pousse. Ces étages seront bien sûr différents si on parcourt une montagne en climat tempéré ou en climat tropical.

Les différents étages dans les montagnes des régions tempérées[modifier]

Dans les Alpes de Savoie, trois étages de végétation (de bas en haut) : montagnard, alpin et nivéal

Il y a 5 étages dans les régions tempérées :

  • le premier étage s'appelle l'étage collinéen ;
  • le deuxième s'appelle l'étage montagnard ;
  • le troisième s'appelle l'étage subalpin ;
  • le quatrième s'appelle l'étage alpin ;
  • le cinquième s'appelle l'étage nivéal.

L'étage collinéen[modifier]

C'est un étage dans les massifs montagneux des régions tempérées, qui se trouve au-dessous de 800-1200 m d'altitude. Plus haut, c'est l'étage montagnard.

On trouve essentiellement dans cet étage des arbres à feuilles caduques : des chênes, des charmes, accompagnés de châtaigniers, d'ormes, de tilleuls...

L'étage supra-méditerranéen[modifier]

Quand la montagne se trouve en climat méditerranéen, comme, par exemple, au pied des Alpes, l'étage collinéen est remplacé par l'étage supra-méditerranéen. Cet étage est essentiellement caractérisé par des forêts de pins sylvestres, mais aussi des landes et des sous bois avec des lavandes, des bruyères et du buis. Sur les arbres poussent souvent de grosses boules de gui.

L'étage montagnard[modifier]

Limite des étages montagnard et alpin dans les Pyrénées centrales

Cette zone est majoritairement occupée par des hêtraies-sapinières, c'est-à-dire des forêts de hêtres et de sapins. On y trouve aussi des ormes, des érables, du houx...

L'étage subalpin[modifier]

C'est la zone où les arbres sont très rares du fait du froid qui raccourcit la saison de végétation. Les arbres à feuilles caduques ne subsistent pas à cette altitude. En général, l'étage subalpin est constitué de grandes forêts d'épicéas (on appelle ses forêts des pessières). Dans les zones les plus sèches, les épicéas sont remplacés par des mélèzes, des pins cembros ou des pins à crochets.

Dans les sous-bois poussent des fraises des bois, et des myrtilles.

L'étage alpin[modifier]

Il n'y a plus d'arbres dans l'étage alpin : il fait bien trop froid pour cela. On trouve à la place de grandes étendues d'herbes, sortes de pelouses sauvages, avec beaucoup de graminées. C'est l'étage où vivent notamment les marmottes...

L'été, les bergers emmènent leur troupeau dans ces étendues d'herbes, appelées alpages : c'est la transhumance.

On trouve beaucoup d'espèces différentes dans les pelouses alpines, et de très nombreuses fleurs, comme les colchiques, ou les gentianes, par exemple...

L'étage alpin abrite également des landes, fréquemment enneigées, où poussent de petits buissons : genévrier nain, myrtille, airelle, rhododendron...

L'étage nivéal[modifier]

L'étage nivéal, ou étage nival est tellement froid, que même les herbes ont du mal à y pousser. Ces zones sont recouvertes par les neiges une grande partie de l'année. Il y pousse essentiellement des lichens, et quelques mousses.

On y trouve aussi quelques rares fleurs, comme l'edelweiss, par exemple.

Plus on monte, plus le vent souffle, entraînant la neige qui ne peut plus protéger les plantes et qui gèle l'eau dont elles ont besoin.

Pour se protéger, les plantes ont donc mis en place des stratagèmes (= des ruses) :

  • Elles profitent des plantes pionnières comme les lichens qui finissent par former de l'humus pour s'installer entre les roches. Les lichens vivent eux-mêmes en symbiose, c'est-à-dire qu'ils sont la combinaison d'une algue avec un champignon, chacun apportant à l'autre ce qu'il lui faut pour vivre.
  • Elles se plaquent sur le sol pour lutter contre le froid et forment des coussinets très étanches (les myosotis nains des Alpes) ;
  • Elles ancrent leurs racines dans les fissures des rochers (comme les saxifrages ou les androsaces helvétiques et alpines) et font de grandes racines pour absorber le maximum d'eau.
  • Elles se couvrent de poils pour capter et retenir l'humidité ; les doronics ont des feuilles très épaisses (primevères auricules) pour emmagasiner l'eau et une fine couche farineuse pour éviter de trop transpirer et se protéger du gel (génépis, édelweiss).

Étagement de la végétation dans les montagnes des régions intertropicales[modifier]

Les montagnes des régions intertropicales sont très élevées (plus de 6000mètres dans la Cordillière des Andes, plus de 5000 dans l'Est africain), entre 3000 et 4000 mètres en Insulinde. Dans ces montagnes le climat garde les mêmes caractéristiques que dans les parties plus basses de ces régions. Il n'y a pas de saisons thermiques, l'amplitude thermique annuelle est faible, la durée de l'ensoleillement est quasiment la même tout au long de l'année, par contre l'amplitude thermique quotidienne est forte. Les précipitations sont maximum aux environs de 2500-3000 mètres d'altitude (elles donnent naissance à la « forêt nuageuse »). L'orientation des montagnes joue un grand rôle dans la quantité de pluie reçue : les versants exposés au vent sont très arrosés par contre ceux « sous le vent » sont souvent secs (c'est le cas dans les Andes et dans l'Himalaya).

De bas en haut des versants on a l'étagement suivant :

La forêt nuageuse dans les montagnes de Bornéo

La forêt submontagnarde[modifier]

C'est une forêt stratifiée (avec deux étages, au lieu de trois dans les régions plus basses) ; du fait de températures moins élevées que dans les régions basses la richesse en espèces différentes est moins élevée. La lumière pénétrant mieux vers le sol il y a un développement du sous-bois.

La forêt montagnarde[modifier]

Elle se développe aux altitudes les plus arrosées. C'est la forêt nuageuse. La baisse des températures maintient une humidité permanente qui se traduit par des nappes de brouillard persistant. Les mousses et les lichens couvrent le sol et les troncs des arbres. Il n'y a généralement qu'un seul étage d'arbres. C'est aussi dans cet étage que l'on trouve les forêts dites ceintures de bambous.

L'étage des Éricacées[modifier]

Il est caractérisé par la présence massive de rhododendrons, de bruyères. Quelques conifères sont présents, mais du fait de températures basses et de vents violents, les arbres ont des formes basses et rampantes. Dans la partie supérieure de cet étage, les plantes ligneuses forment un tapis très serré de un mètre de hauteur maximum

L'étage alpin[modifier]

La végétation de paramo dans les Andes du Chili

C'est l'étage des prairies d'altitude dont l'aspect varie en fonction de l'humidité du climat :

  • le paramo, dans les régions froides (variations faibles autour de 0°) mais constamment humides. La croissance des plantes est très lente. Elles ont développé des adaptations variées (coussinet, duvet, rhizome, feuille en aiguille ou laineuse...)
  • la puna, dans les régions très sèches : le gel nocturne est très fréquent, les plantes sont aussi très adaptées à la sécheresse. On y trouve des graminées très dures. Le sol est souvent découvert.

L'étage rocheux[modifier]

Au dessus de 5000-5500 mètres. Les éboulis, les neiges persistantes sont dominants.

Voir aussi[modifier]

À lire[modifier]

Montagne, un écoguide pour faire des découvertes en promenade, collection « Les chemins de la nature », éd. Nathan (2002, ISBN 2-09-261170-4)

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. N'hésite pas à l'améliorer  !


Portail de la Biologie - Tous les articles sur les plantes et les animaux.

la montagne est très plaisante