Tibet

« Tibet » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Moine tibétain avec son moulin à prières, en 1938

Le Tibet est une région asiatique habitée par les Tibétains. Le Tibet est situé au nord de l'Himalaya, en Asie. On y parle le tibétain

Le Tibet est une région autonome de la République Populaire de Chine

Cette région est composé de trois sous-régions :

  • le Ü-Tsang,
  • l'Amdo (aujourd'hui en partie intégré à la province chinoise du Qinghai) et
  • le Kham (en partie intégré à la province chinoise du Sichuan).

Le nombre de Tibétains dans l'ensemble de ces régions est de plus de 5 millions. Plus de 150 000 Tibétains ont fui le Tibet et vivent en exil, principalement en Inde.

La capitale historique qui concentre l'autorité du Tibet est Lhassa.

Les Tibétains parlent le tibétain et sont majoritairement bouddhistes.

L'économie du Tibet est peu développée. Les principales activités sont l'élevage du mouton, de la chèvre et du yack, la culture des céréales et l'exploitation du bois. Le tourisme est aujourd'hui possible et représente une part importante de l'économie.

Cristal de quartz provenant du Tibet.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le Dalaï Lama

L'histoire du Tibet est marquée depuis les événements du XXe siècle.

Le pays existe depuis longtemps. Au XIIe siècle, il est envahi par les mongols. La dynastie Yuan est créée par Kubilai Khan.

Pendant 300 ans, de 1643 à 1949, le Tibet était gouverné par le dalaï-lama et le gouvernement tibétain, parfois en tant que chef d'État, parfois en tant que vassal de l'empereur de Chine.

Après 1850, la Grande-Bretagne cherche à contrôler le Tibet depuis l'Inde et la Russie cherche à l'en empêcher. En 1904, les Britanniques finissent par s'imposer au Tibet.

En 1908, la Chine, profite du départ des britanniques et reprend le contrôle du Tibet. En 1911, la révolution en Chine fait installer la République de Chine.

Les autorités chinoises sont expulsées du Tibet en 1912, puis le dalaï-lama proclame l'indépendance du Tibet. La Chine refusa de signer la convention internationale reconnaissant l'indépendance.

En 1950, les chinois occupent de nouveau le pays. De 1956 à 1959 les Tibétains se révoltent contre l'occupant chinois qui s'étend de plus en plus dans les régions du Tibet. Le dalaï-lama, Tenzin Gyatso, fuit le Tibet pour se réfugier en Inde. Cette révolte fut sévèrement réprimée par les autorités chinoises. Le nombre de victimes tibétaines est estimé à plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Depuis l'annexion du Tibet par la Chine, les édifices historiques tibétains de Lhassa sont détruits et laissent place à des immeubles modernes construits par les Chinois. Aujourd'hui, seul un tiers du patrimoine tibétain de Lhassa existant en 1960 subsiste encore.

Selon Amnesty International, depuis 1987, plus de 214 tentatives de manifestations pour l'indépendance ont échoué. Les manifestants ont été arrêtés et expédiés en prison.

En mars 2008, des manifestations de Tibétains contre le pouvoir chinois se multiplient à Lhassa (quelques mois avant les Jeux olympiques d'été).

Rapports entre la République populaire de Chine et les Tibétains[modifier | modifier le wikicode]

Il y a deux façons opposées de voir les relations entre la Chine et le Tibet :

  • La Chine considère le Tibet comme un territoire chinois. Cette vision est admise par la plupart des pays de la communauté internationale.
  • Le gouvernement tibétain en exil considère la présence chinoise comme une occupation étrangère et accuse la Chine d'avoir massacré une partie de la population tibétaine.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Source[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Tibet de Wikipédia.
[Page consultée le 28 mars 2008]
Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.

29°39′23″N 91°7′42″E / 29.65639, 91.12833