G (accélération)

« G (accélération) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « g (accélération) », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le g qui veut dire "gravitationnel" est une valeur d'accélération correspondant à la pesanteur à la surface de la Terre. Elle est utilisée en physique ainsi qu'en aéronautique, dans l'aérospatiale et celle des parcs d'attraction (grand 8).

Valeur[modifier | modifier le wikicode]

L'unité d'accélération dans le système international d'unités est le m·s−2, c'est-à-dire « mètre par seconde par seconde », ce qui fait aussi une accélération de 3,6 kilomètres par heure par seconde.

Sur terre, la pesanteur est d'environ 9,81 m⋅s−2 (ou 9,81 N/kg). En effet un objet en chute libre a sa vitesse qui augmente d'une accélération de 9,81 m⋅s−2 (mètre par seconde par seconde) ce qui fait 35,3 kilomètres par heure par seconde.

Cette valeur est la définition de g. On a donc : 1 g = 9,81 N/kg (ou 9,81 m⋅s−2)

Article à lire Article à lire : Accélération

Utilisations[modifier | modifier le wikicode]

On peut avoir besoin de g pour :

  • calculer une force en newtons à partir d'une masse en kilogrammes, ce qui permet ensuite de calculer des valeurs d'énergie ou de puissance ;
  • calculer des trajectoires d'objets en chute libre ou lancés en l'air, comme savoir à quelle hauteur monte un objet lancé à 100 km/h vers le haut ;
  • comparer une forte accélération, notamment en aviation, à la pesanteur.

Explication de g en aviation[modifier | modifier le wikicode]

Defense.gov News Photo 061019-F-6911G-021.jpg

On peut lire un peu partout que les pilotes de chasse prennent des g lorsqu'ils font des manœuvres. Les pilotes de voltiges, et même sur petit avion, prennent également des g. Alors qu'est-ce que le g ?

Les accélérations qui ne sont pas produites par la gravité sont nommées "propres accélérations". L'unité d’accélération g permet de comparer l'accélération dans un avion (par exemple) à la pesanteur. Ainsi 3 g veut dire subir l'équivalent de 3 fois la pesanteur normale sur terre.

Cette accélération, ou les g, peut être positive et négative. Pour le pilote de chasse, les g positifs se traduisent par une accélération amenant le sang vers les pieds. Les g négatifs eux, amènent le sang vers la tête. Ces distinctions entre g positifs et g négatifs s’opèrent en fonction des manœuvres réalisées pendant le vol en avion de chasse. De manière générale, le pilote de chasse, comme toute personne, supporte plus facilement les g positifs que négatifs.

La force g dans un environnement de totale apesanteur est 0. A la surface de la terre, la force g est de 1. On assimile également les unités de force g au poids du corps. Ainsi une force g de 1 = 1x le poids de l’individu soumis à l’accélération. Les pilotes de chasse qui évoluent peuvent supporter jusqu’à 9 g, soit 9 fois le poids de leur corps. Si le pilote pèse 75Kg, cela correspond à 675Kg. C’est pourquoi les pilotes s’équipent de combinaisons anti-g, qui vont permettre au corps de maintenir le sang en place. Néanmoins, si ceci permet de conserver une irrigation normale du corps et surtout de la tête (ce qui évite de s’évanouir), cela n’empêche pas le pilote de souffrir pour porter son poids.

Tenir les g est surmontable pendant des périodes relativement courtes. Par contre, les dommages peuvent être irréparables, voire mortels si les g sont ressentis pendant une période continue longue. Par exemple, une gifle violente va créer une cinquantaine de g pendant un laps de temps très court, donc supportable, même si pas agréable. A l’inverse, supporter 16 g pendant une minute entraînera la mort à coup sûr.

Dans une certaine mesure, il est possible de s’entraîner à tenir les g. C’est ce que font tous les pilotes de chasse, mais aussi les astronautes. En tant que passager lors d’un baptême en avion de chasse, ne vous inquiétez pas, vous ne serez soumis en général qu’à 4 à 5 g, 7 pour les plus robustes, et vous ne supporterez ces g que pendant quelques secondes, ce qui est tout à fait tenable. Malheureusement, tout le monde n’est pas égal face aux g, et contrairement aux idées reçues, ce sont les petits gabarits qui soutiennent le mieux les g, car le sang à moins de trajet à faire entre le cœur et les extrémités que chez les grands.

Portail des sciences —  Tous les articles sur la physique, la chimie et les grands scientifiques.