Clonage

« Clonage » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Clonage de cellules humaines dans un laboratoire

Le clonage est le fait de faire reproduire à l'identique un organisme vivant. C'est-à-dire que les deux organismes possèdent le même génome.

Le mot clone désigne pour les biologistes l'ensemble des organismes obtenus ainsi, et non pas l'un d'entre eux. Pour le grand public, le mot clone désigne un organisme copié à l'identique à partir d'un autre.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le clonage des végétaux se pratique depuis des millénaires, par les techniques de bouturage, qui permettent de reproduire indéfiniment des plantes identiques entre elles. C'est ainsi que certains arbres cultivés ne se reproduisent quasiment pas par leur mode de reproduction sexué normal (fleur-fruit-graine), mais par le bouturage. Les techniques modernes permettent de cloner presque tous les végétaux.

La brebis Dolly vécut de 1996 à 2003

Le clonage animal est très hasardeux et beaucoup plus récent. Il consiste à fabriquer des copies d'un animal en prélevant le noyau d'une cellule et en l'implantant dans l'ovule d'un deuxième animal, puis en l'implantant dans un utérus d'un troisième. Le premier clonage d'une brebis, « Dolly », date de 1997, et le clonage humain, bien que réalisable, n'a pas encore été réalisé, car jugé peu éthique.

Le clonage de certains organismes est naturel, car c'est leur mode de reproduction priviliégié. Tous les organismes qui se reproduisent par reproduction asexuée forment des clones entre chaque phase de reproduction sexuée. Ainsi, les bactéries, les champignons, certaines plantes (comme le fraisier) forment des clones naturels.

Néandertal[modifier | modifier le wikicode]

Le clonage de Néandertal n'est pas d'actualité. Tout d'abord, on ne possède pas d'ADN suffisamment bien conservé pour pouvoir le réaliser. D'autre part, cloner l'homme de Néandertal pose la question du clonage humain qui est interdit par la loi. Il faudrait donc se demander si légalement, on peut considérer l'homme de Néandertal comme un être humain, ou bien comme un autre animal. La question n'est pas si simple, tu ne trouves pas? En plus, pour cloner un être vivant disparu, il faut, en plus de l'ADN, une cellule d'un être vivant encore en vie, et le plus proche possible génétiquement. Du coup, pour l'homme de Néandertal, il faudrait une cellule d'un être humain actuel. Quoi qu'il en soit, cloner l'homme de Néandertal nécessite donc de cloner un être humain, ce ne sera donc jamais réalisé, car c'est interdit par la loi, à cause des problèmes d'éthique.

Utilisation[modifier | modifier le wikicode]

Le clonage du gène X est un terme technique qu'utilisent les biologistes pour dire qu'ils ont fabriqué une bactérie (un clone de bactérie) qui contient, en plus des gènes normaux de la bactérie, le gène X en question. Une fois celui-ci « cloné », il est beaucoup plus facile de l'étudier, car les bactéries se reproduisent très vite.

Avantages et désavantages du clonage[modifier | modifier le wikicode]

  • Le principal avantage du clonage (surtout à court terme) est sa rapidité et son économie en énergie par rapport à la reproduction sexuée.
  • Son principal inconvénient (surtout à long terme) est la constitution de populations génétiquement très uniformes (tous les individus ont le même patrimoine génétique ou presque) dont les individus présenteront les mêmes forces et les mêmes faiblesses (notamment face aux maladies et aux parasites). Une population de ce genre est plus vulnérable qu'une population à grande diversité génétique car si le patrimoine génétique de cette population la rend particulièrement sensible à une maladie ou à un parasite, la population entière peut disparaître car aucun individu ne sera résistant. Cela est surtout valable pour les organismes multicellulaires, animaux ou plantes. Les micro-organismes (bactéries), dont le mode de reproduction normal est le clonage (généralement par scissiparité), se reproduisent si vite et en si grand nombre que des mutations apparaissent et se répandent fréquemment (par exemple la résistance à un antibiotique), et il est de plus courant que des bactéries incorporent des portions de matériel génétique d'autres espèces et transmettent ces ajouts à leur descendance.
  • Un deuxième inconvénient du clonage entre animaux (ne concerne pas les bactéries) est l'augmentation des risques de consanguinité. Si deux individus proches génétiquement se reproduisent ensembls, il y a de fortes chances pour que leurs enfants aient des maladies génétiques et des malformations.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la biologie —  Tous les articles sur les plantes et les animaux.