la cabaneparticiper

Livre d'or
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le Livre d'or !
Livre d'or

Troll (Internet)

« Troll (Internet) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Troll (internet))
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Troll.
« 14. Ne discute pas avec les trolls : ça voudrait dire qu’ils ont gagné. » (Rules of the Internet1)


Dans le vocabulaire d’Internet, le mot troll désigne :

  • une personne qui provoquePrécision les autres pour s’amuser de leur réaction (généralement sans leur dire) ; cette personne peut aussi être appelée « trolleur » ;
  • une action ou un sujet de discussion utilisé par cette personne pour créer cette provocation. C’est souvent un débat heurtant la sensibilité d’une partie des lecteurs (comme l’euthanasie, les religions, etc.).

Lumière ! En français, on peut parler de « trollage » pour décrire le fait de lancer (ou d’entretenir) un troll, mais il n’existe pas de traduction officielle du terme équivalent anglais « trolling ». On a aussi le verbe « troller » signifiant « agir comme un troll ».

Une représentation d’un troll

Le troll a lieu au sein d’une communauté, c’est-à-dire dans un groupe de personnes. Ce sont ces personnes que le troll va provoquer. Souvent, cette communauté est constituée des membres d’un forum de discussionPrécision, mais pas forcément.

D’où viennent les trolls ?[modifier]

Le concept de troll semble être apparu entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 dans des groupes de discussion sur Usenet et dans des forums sur le Web. Ces groupes de discussion peuvent être vus comme des salons où les gens viennent pour parler d’un sujet en particulier (la pop, l’informatique, la politique, les séries télé, etc.). On qualifiait alors de troll une personne qui, volontairement, bloquait une discussion en émettant des avis exagérés ou déviait la conversation sur des sujets sur lesquels tout le monde finissait par se disputer.

Par exemple, le troll typique dans une discussion sur l’informatique consistait à déclarer que l’on préférait Linux à Windows (ou l’inverse) et à donner quelques arguments très discutables, tout en disant du mal de l’autre système. Si les arguments donnés n’avaient l’air ni complètement vrais ni trop évidemment faux, un défenseur du système adverse allait répliquer et ainsi enclencher un débat inutile.

Lorsque le débat était lancé, l’objectif du trolleur était atteint : il pouvait rire de la naïveté des autres personnes qui se lançaient dans la discussion sans comprendre qu’il s’agissait d’un troll.

Les deux trolls[modifier]

Il ne faudrait cependant pas croire que troller n’est qu’une activité solitaire et marginalePrécision. Le troll étant très lié à Internet, l’évolution d’Internet a entraîné une évolution du troll lui-même.

Au début, sur Usenet, les connaisseurs du groupe de discussion alt.folklore.urban avaient pour habitude de relancer régulièrement les mêmes sujets afin de s’amuser des réponses (forcément naïves) des nouveaux utilisateurs. Leur but était aussi d’étudier la réaction de ces nouveaux ; en effet, on trouve chez de nombreux trolleurs une raison sociologiquePrécision à leur activité2.

Avec le déclin d’Usenet et le développement du Web, on a vu apparaître des sites qui, loin de redouter les trolls, s’en sont faits le repaire. Les plus connus et réputés d’entre eux sont probablement 4chan et l’Encyclopædia Dramatica.

L’imageboardPrécision 4chan et, plus particulièrement, l’un de ses boardsPrécision nommé « /b/ »3 ont joué un rôle central dans l’évolution du troll. Le site en avertit les lecteurs : « Les histoires et informations postées ici sont des œuvres artistiques de fiction et de mensonge. Seul un idiot prendrait quoi que ce soit posté ici pour la réalité ». Sur /b/, les contributeurs (souvent anonymes) cultivent entre autres l’humour noir, l’art de choquer et la schadenfreude, c’est-à-dire la joie provoquée par le malheur des autres. Ce dernier sentiment est proche de ce que recherche le troll, c’est pourquoi les participants à /b/ sont souvent eux-mêmes considérés comme des trolls. Dans l’argot d’Internet, on n’utilise pas le terme allemand schadenfreude mais lulz, qui est une déformation de LOL. Dans lulz, il y a également une idée de partage : « I did it for the lulzPrécision » est la phrase-type d’un internaute (pas forcément un habitué de 4chan, même si le principe est parti de là) qui vient de choquer ou d’humilier publiquement quelqu’un avec l’objectif d’en faire profiter toute une communauté (/b/ ou autre).

Par exemple, lorsque Anonymous et le groupe de pirates informatiques LulzSec ont dévoilé au monde entier des listes de noms, adresses courriel et mots de passe d’employés de firmes américaines de sécurité informatique (HBGary, Infraguard)4, c’était pour se moquer publiquement de la mauvaise sécurisation de leurs données. C’était « pour le lulz » car c’était moqueur, choquant (les noms, adresses, etc. sont des données privées et sensibles) et partagé (non seulement l’internaute était spectateur mais il était également encouragé à devenir acteur en utilisant les adresses et mots de passe dévoilés pour pirater, par exemple, le compte Facebook des employés des firmes de sécurité, ce pour continuer le lulz). Le but recherché, dans de tels cas, est une humiliation la plus large possible de la cible ; d’où le nécessaire partage, qui n’existait pas dans les premières définitions du troll.

Voir aussi[modifier]

Sources[modifier]

Aller plus loin[modifier]

Références[modifier]

  1. (en) http://knowyourmeme.com/memes/rules-of-the-internet
  2. (en) http://www.nytimes.com/2008/08/03/magazine/03trolls-t.html?pagewanted=3
  3. C’est l’adresse du board. Par exemple, le board concernant les mangas a pour adresse l’adresse Web de 4chan suivie de /a/.
  4. http://experts-it.fr/2011/11/09/les-lecons-a-tirer-de-l%E2%80%99episode-lulzsecanonymous/
Portail des techniques - Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux.