la cabaneparticiper

Livre d'or
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le Livre d'or !
Livre d'or

Croissance de la population asiatique

« Croissance de la population asiatique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher



Dans les soixante dernières années, la population asiatique a connu une très forte croissance. Elle a presque triplé entre 1950 et 2010. Cette augmentation considérable est due à l'effondrement de la mortalité alors que la natalité s'est longtemps maintenue à un niveau très élevé. Les ressources alimentaires et les emplois n'augmentant pas dans les mêmes proportions, la Chine et l'Inde, pays asiatiques les plus peuplés ont pris des mesures pour limiter le nombre d'enfants par familles et ainsi limiter la croissance. Certains pays asiatiques très développés comme le Japon ou la Corée du Sud sont des pays qui vieillissent, il en est de même pour la Chine. Par contre les pays musulmans ont une population qui s'accroit très vite du fait d'une forte natalité.

La croissance de la population[modifier]

De 1950 à 2010, la population de l'Asie est passé d'environ 1,4 milliard à près de 4 milliards de personnes. Il y presque un triplement (pendant la même période la population de l'Europe a augmenté d'un tiers environ).

La baisse précoce et rapide de la mortalité explique le fort accroissement naturel en Inde

La baisse de la mortalité est en grande partie responsable de cette augmentation. Ainsi en Chine le taux de la mortalité passe de 12 pour mille vers 1965 à 6,5 pour mille aujourd'hui. La situation est comparable en Inde où il passe de 25 pour mille vers 1950 à 8 pour mille actuellement (en France environ 9 pour mille). Les causes de cette amélioration sont la disparition des famines grâce aux efforts des agriculteurs (révolution verte) qui arrivent à produire suffisamment (même si la quantité disponible par habitants est réduite). L'aide alimentaire internationale permet de faire face aux besoins dans les cas exceptionnels des catastrophes naturelles. S'y ajoutent les effets des mesures sanitaires : les campagnes de vaccination souvent entreprises par l'intermédiaire des organisations internationales et l'amélioration du réseau des professionnels de santé (dispensaires en particulier). Cependant, la mortalité infantile (enfants décédés avant un an) reste élevée avec un taux de 72 pour mille en Inde et de 36 pour mille en Chine (il est de 5,5 pour mille au Canada). La sous-alimentation et la malnutrition des enfants et de leurs mères, l'insuffisance des vaccinations infantiles, malgré les progrès, en sont en grande partie responsables.

Bien qu'en baisse (mais pas dans tous les pays) la natalité reste élevée. Ainsi en Inde elle passe de 45 pour mille à 23 pour mille entre 1951 et 2005. En Chine l'évolution est identique : plus de 35 pour mille en 1965 à 16 pour mille en 2005. Par contre l'Arabie Saoudite connaît une très forte natalité (en France environ 13 pour mille). Par contre dans les pays asiatiques développés comme le Japon ou la Corée du sud la natalité est faible. D'une manière générale la population asiatique est une population jeune. En Inde les moins de 15 ans représentent le tiers de la population, en Chine, ils en composent le quart, en Arabie près de 43% (en France, ils sont 18%). Par contre au Japon, les jeunes ne forment que 13% de la population (ce qui provoque le vieillissement progressif et les problèmes de prise en charge des personnes âgées, mais aussi la diminution prévisible de la population japonaise). Cette forte natalité asiatique est caractéristique des pays pauvres. Avoir beaucoup d'enfants c'est avoir une garantie de prise en charge pour ses vieux jours. Vu l'inexistence des systèmes de retraite organisée, les parents âgés sont à la charge des enfants et en particulier des garçons (la fille partie dans la famille de son mari s'occupe des parents de celui-ci). De plus les enfants ne coûtent pas grand chose pendant leur jeunesse, ils peuvent même rapporter quelques revenus à leur famille grâce au travail artisanal ou dans les petits métiers de la rue (situations qui sont extrêmement fréquentes dans beaucoup de pays asiatiques). De plus beaucoup de jeunes filles sont mariées très jeunes, souvent dès la puberté, elles sont mères souvent très rapidement. Cela leur laisse le temps d'avoir beaucoup d'enfants.

Mesures pour limiter les naissances[modifier]

Propagande en faveur de l'enfant unique à Guangzhou (Chine)

Les ressources alimentaires, bien qu'en progression, restent insuffisantes pour faire face à l'augmentation de la population. Les capitaux nécessaires pour accueillir le moins mal possible les jeunes ne peuvent être utilisés pour développer les activités, surtout industrielles, capables de fournir les emplois que ne manqueront pas des habitants plus nombreux. Aussi la Chine et l'Inde, les pays les plus touchés par cette augmentation, prennent des mesures pour limiter les naissances.

En Chine au début des années soixante dix, le gouvernement communiste tourne le dos à la politique nataliste préconisée jusque-là par Mao Zedong. Il favorise les mariages tardifs, les naissances espacées, afin de réduire le nombre d'enfants qu'une femme peut espérer avoir pendant ses années de fécondité. Le tout se fait sous la surveillance des autres habitants. Cela permet de faire baisser le nombre d'enfants par femmes de moitié (de 5,75 à 2,75 en moyenne). Puis à partir de 1979, alors qu'il lance la Chine dans le grand développement économique, le gouvernement met en place la politique de l'enfant unique. Les couples ne doivent pas avoir plus d'un enfant (on en tolère deux à la campagne). Des amendes financières, des difficultés pour se procurer un logement, un frein sur les carrières professionnelles frappent ceux qui ne respectent pas la loi. Relativement bien suivie en ville, cette politique a moins de succès dans les campagnes (où vivent la majorité des Chinois). Elle donne lieu a des abus, comme des avortements forcés ordonnés par les autorités locales soucieuses de se faire bien voir par leurs supérieurs. La politique de l'enfant unique a eu des effets inquiétants. La recherche à tout prix d'avoir un garçon (afin de rendre les devoirs religieux dus aux ancêtres et pour la prise en charge des parents âgés) fait qu'il y a un déséquilibre numérique très important entre les sexes (dans le Haïnan, il y a 175 garçons pour 100 filles, alors qu'il devrait y avoir un léger surplus de femmes), cette situation donne lieu à des trafics illégaux de jeunes filles et de femmes afin de fournir en épouses les célibataires. De plus la population vieillit (ce qui signifie que le pourcentage de jeunes et d'adultes de moins de 65 ans diminue alors que les personnes de plus de 65 ans augmente). Ainsi les plus de 60 ans qui ne représentaient que 6% de la population en 965 seront 20% en 2025. Cela pose le problème des retraites pour les personnes âgées. Aussi le gouvernement chinois a-il-assoupli la politique de l'enfant unique, en autorisant, sous certaines conditions, la naissance d'un second enfant.

A Pondichéry, en Inde, propagande en faveur de la naissance des filles

En Inde, le contrôle des naissances a été mis en place à partir des années 1960. Le gouvernement indien a alors encouragé la stérilisation des couples ayant déjà eu des enfants en leur accordant des primes. Aujourd'hui, le gouvernement préconise l'emploi de la contraception (cette politique fonctionne bien dans les états de l'Union indienne où la scolarisation des jeunes filles est la pus forte, le Kérala en particulier). On tente aussi de faire reculer l'âge du mariage. Mais cela est plus délicat car va à l'encontre du désir de beaucoup de famille de se « débarrasser » rapidement d'une fille qui va aller vivre dans une autre famille. En Inde, les petites filles sont beaucoup moins nombreuses que les garçons. Cela s'explique par l'avortement déclenché après une échographie révélant la prochaine naissance d'une fille. La fille est ressentie comme un fardeau par la famille, il faut l'élever et lorsqu'elle pourrait « rembourser » son éducation elle part dans une autre famille (avec une dot élevée qui oblige souvent ses parents à s'endetter pour de très nombreuses années). Aussi évite-t-on malgré la loi qui l'interdit (depuis 1996), de donner naissance à une fille. Cela pose d'ailleurs d'importants problèmes pour beaucoup d'hommes qui restent célibataires.

Vikiliens pour compléter sur la population de l'Asie[modifier]