Sangsue terrestre du Japon

« Sangsue terrestre du Japon » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Sangsue terrestre du Japon
Une minuscule sangsue terrestre, sur le mont Nōgōhaku, au Japon
Une minuscule sangsue terrestre, sur le mont Nōgōhaku, au Japon
Nom(s) commun(s) Sangsue terrestre du Japon, Sangsue terrestre de montagne, Yamabiru
Nom scientifique Haemadipsa zeylanica japonica
Classification Annélide de la classe des sangsues
Répartition Japon
Milieu de vie régions montagneuses
Taille environ 1.5 cm de long
Régime alimentaire hématophage
La sangsue terrestre se sert de ses deux ventouses pour avancer, en pliant et dépliant son corps.
La sangsue terrestre se sert de ses deux ventouses pour avancer, en pliant et dépliant son corps.
voir modèle • modifier

La sangsue terrestre du Japon, ou Yamabiru (ヤマビル、ヒル, nom scientifique : Haemadipsa zeylanica japonica) est une sangsue terrestre, originaire, comme son nom l'indique, du Japon, où elle vit plutôt dans les régions forestières des zones de montagnes, d'où son autre nom de sangsue terrestre de montagne.

Contrairement à ses cousines aquatiques, comme la sangsue médicinale, la sangsue terrestre du Japon, elle, ne vit pas dans l'eau ; elle utilise ses deux ventouses (celle de l'arrière et celle, à l'avant, qui porte sa bouche) pour se déplacer, en s'accrochant à un support et en pliant et dépliant son corps pour avancer. Comme tous les vers, son corps est mou, dépourvu de squelette, et il est difficile d'en mesurer la taille. En fait, la sangsue terrestre du Japon augmente de taille lorsqu'elle mange : c'est un animal hématophage, c'est-à-dire qu'elle se nourrit de sang, et son corps gonfle à mesure qu'elle se gorge. Mesurant à peine plus d'1.5 cm en temps normal, elle peut ainsi atteindre près de 15 cm une fois repue !

La sangsue terrestre du Japon possède une bouche en forme de ventouse, garnie de petite dents. Lorsqu'un animal (y compris un être humain) passe à sa portée, elle s'y accroche, puis plante ses petites dents dans la peau pour percer et faire couler le sang, qu'elle aspire. Comme de nombreuses autres espèces de sangsue, la sangsue terrestre du Japon sécrète une substance anesthésiante, qui supprime la douleur, si bien que sa morsure ne fait pas mal, on ne la sent même pas. Lorsqu'elle a suffisamment mangé et qu'elle n'a plus faim, la sangsue, gorgée de sang, se décroche et se laisse tomber à terre pour aller digérer tranquillement. Les randonneurs qui marchent dans certaines régions boisées du Japon doivent donc prendre garde aux Yamabiru qui montent sur leurs pieds, se glissent dans leurs chaussettes, et commencent à leur boire le sang sans qu'ils s'en rendent compte : souvent, on ne s'en aperçoit que lorsque sa chaussette est toute tachée de sang ! La sangsue terrestre du Japon n'est pas dangereuse, mais il vaut mieux désinfecter la plaie, pour éviter qu'elle ne s'infecte. Si l'on est mordu, il ne faut pas chercher à arracher la sangsue, car ses petites dents risquent de rester plantées dans la peau, et de provoquer des problèmes. Mieux vaut aller voir un médecin, qui l'enlèvera proprement, même si, la plupart du temps, la sangsue, repue, se sera décrochée toute seule d'ici là. On dit souvent qu'il faut approcher une cigarette, une flamme, ou quelque chose de chaud près de la sangsue pour la forcer à se décrocher, ce qui est une très mauvaise idée : si cela force bien la sangsue à lâcher prise, non seulement on risque de se brûler, mais surtout la sangsue risque de vomir le sang qu'elle a déjà avalé, ce qui risque d'infecter la plaie.

Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !