Loi Gouvion-Saint-Cyr

« Loi Gouvion-Saint-Cyr » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Soldats français à l'attaque, années 1820-1830. Ici certainement pendant l'Intervention française en Espagne en 1823.

La loi militaire de 1818, appelée aussi loi Gouvion-Saint-Cyr, réorganise l'armée française après la période révolutionnaire et impériale.

Après la chute définitive de Napoléon en juin 1815, le roi Louis XVIII a dissout tous les régiments de l'armée impériale. En effet ceux-ci après lui avoir juré fidélité en 1814, l'ont trahi en ralliant massivement Napoléon lors de son retour en mars 1815 pendant les Cent-Jours.

En 1815, soixante départements étaient occupés par les troupes autrichiennes, prussiennes et russes qui avaient vaincu Napoléon. Néanmoins l'occupation ne devant pas durer plus de cinq années, il fallait donc que la France reforme une armée. L'effectif est fixé à 240 000 hommes. Le maréchal Laurent Gouvion-Saint-Cyr, ministre de la guerre est chargé de préparer une loi sur ce sujet.

Le recrutement des soldats se fait prioritairement par le volontariat. Le nombre de volontaires étant régulièrement insuffisant on procède alors à l'appel de conscrits dans chaque département (leur nombre est fixé en fonction de la population des départements). Chaque année il y avait 40 000 nouveaux soldats recrutés. Les conscrits, âgés de 20 ans, sont désignés par le tirage au sort au chef lieu du canton et en séance publique. Ceux-qui étaient désignés (les « mauvais numéros ») pouvaient se faire remplacer en fournissant un remplaçant qu'ils rémunéraient. Il y avait de nombreuses exemptions de participation au tirage au sort.

Le service durait 6 ans dans l'infanterie (8 années dans les autres armes comme la cavalerie et l'artillerie). À l'issue de ces six années les soldats appelés vétérans devenaient pour six ans membres de l'armée territoriale (qui ne servait qu'en temps de guerre).

Les officiers doivent avoir fait des études militaires dans des écoles spéciales. L'avancement se fait à l'ancienneté et au mérite, principe acquis pendant la révolution et contraire à ce qui se passait avant la Révolution, où la noblesse accaparait tous les hauts commandements (au delà de capitaine). Ce type d'avancement concernait les deux-tiers des officiers, le tiers restant était laissé au choix du roi.

Cette loi avec des aménagements postérieurs portant surtout sur la durée du service restera en vigueur jusqu'en 1872.

Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.