Jean Anouilh

« Jean Anouilh » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Signature de Jean Anouilh


Jean Anouilh est un dramaturge français, né à Bordeaux (en Gironde) le 23 juin 1910 et mort à Lausanne (en Suisse) le 3 octobre 1987.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Collège Chaptal

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Son père était un tailleur et sa mère, une pianiste qui jouait dans un orchestre se produisant notamment sur des scènes de casinos. C'est dans les coulisses de ces casinos qu'il découvre les grands auteurs classiques tels Molière et Alfred de Musset.

Il vivait à Paris et étudiait au collège Chaptal où il se prend très tôt de passion pour le théâtre.

1928-1929[modifier | modifier le wikicode]

Il assiste à la représentation de Siegfried de Jean Giraudoux.

Après deux ans d'études de droit à Paris, il travaille deux ans dans une agence de publicité et en 1929, il devient le secrétaire de Louis Jouvet mais, malgré leur relation tendue Jean s'obstine à "vivre" pour le théâtre.

Débuts[modifier | modifier le wikicode]

1932[modifier | modifier le wikicode]

Jean Anouilh sort sa première pièce l'Hermine qui lui vaut une grande renommée.

1937-1938[modifier | modifier le wikicode]

Il sort la pièce Le Voyageur sans bagages, qui sera son premier véritable succès. L’année suivante (en 1938), le succès de sa pièce La Sauvage confirme sa valeur et cela met fin à ses difficultés (financières et matérielles). Il se marie avec la comédienne Monelle Valentin, et ils ont ensemble une fille (Catherine). Puis, il monte la pièce Le bal des voleurs.

1942-1945[modifier | modifier le wikicode]

Puis éclate la Seconde Guerre mondiale. Pendant l’Occupation, Jean Anouilh continue d’écrire (Eurydice, en 1942). Il ne se rangera d'aucun côté et cette inaction lui sera reprochée.

En 1944 il crée Antigone. Cette pièce connaît un immense succès public mais engendre une polémique. En 1945, il tente de faire grâcier de la peine de mort Robert Brasillach, un auteur collaborateur. Il ne sera pas écouté et sera profondément blessé de cette perte.

Après la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Après la guerre, Jean Anouilh poursuit son œuvre avec beaucoup d'entrain. En 1947 il écrit L’invitation au château, une des premières 'pièces brillantes'. L’année suivante, Ardèle ou la Marguerite révèle une nouvelle face du style de Jean Anouilh : les 'pièces grinçantes'.

En 1953, le succès de L’Alouette ('pièce costumée') rivalise avec celui d’Antigone. Après une période de pause, trois nouvelles pièces sont publiées en 1959 : L’Hurluberlu ou le réactionnaire amoureux, Le petit Molière et Becket ou l’honneur de Dieu, cette dernière obtenant un étonnant succès. Cette pièce est mise en scène avec Robert Piétri et il en sera ainsi pour toutes les pièces suivantes.

Œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Œuvres principales de Jean Anouilh classées par années, dans l'ordre croissant.

  • 1932 : L'Hermine
  • 1933 : Mandarine
  • 1935 : Y avait un prisonnier
  • 1937 : Le Voyageur sans bagage
  • 1938 : La Sauvage
    • Le Bal des Voleurs
  • 1940 : Léocadia
  • 1941 : Eurydice
    • Le Rendez-vous de Senlis
  • 1942 : Antigone
  • 1946 : Roméo et Jeannette
  • 1947 : L'Invitation au château
  • 1948 : Ardèle ou la Marguerite
  • 1950 : La Répétition ou l'amour puni
  • 1951 : Colombe
  • 1952 : La Valse des toréadors
    • L'alouette
  • 1955 : Ornifle ou le courant d'air
  • 1956 : Pauvre Bitos ou le dîner de têtes
  • 1959 : Becket ou l'honneur de Dieu
    • L'Hurluberlu ou le réactionnaire amoureux
    • La Petite Molière
  • 1961 : La Grotte
  • 1968 : Le Boulanger, La Boulangère et le Petit Mitron
  • 1969 : Cher Antoine
  • 1976 : Chers Zoizeaux
  • 1981 : Le Nombril
Portail du théâtre —  Tous les articles sur le théâtre et les arts de la scène.
Portail du cinéma —  Tous les articles sur le 7e art et sur les cinéastes
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…