Histoire de Florise

« Histoire de Florise » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Fénelon, l'auteur du conte.

Histoire de Florise est un conte écrit par Fénelon.

Auteur du XVIIe siècle, Fénelon était le précepteur du duc de Bourgogne, l'aîné des petits-fils de Louis XIV. Il est l'auteur des Aventures de Télémaque et de nombreux traités de morale, de fables et de contes. Ceux-ci n'étaient pas destinés à être publiés mais étaient écrits pour l'éducation du duc de Bourgogne.

Résumé du conte[modifier | modifier le wikicode]

Une fée vient visiter une femme pendant l'une de ses couches, à la naissance de l'enfant la fée propose un choix à la mère : l'enfant sera belle mais malheureuse ou laide mais heureuse. La mère choisit la beauté pour sa fille qui vécut toute son enfance heureuse jusqu'au jour où Rosimond, le fils du roi, l'épouse car elle est la plus belle fille de la contrée. La reine mère, jalouse de la beauté de sa belle-fille, décide de l'enfermer dans une tour et la condamne à mort. À ce moment, la fée réapparaît et renouvelle le choix initial. La jeune fille accepte de devenir laide ce qui lui permet de s'enfuir de la prison. Elle peut ainsi vivre heureuse et dans l'anonymat.

Le placere [modifier | modifier le wikicode]

Ce conte ressemble à un conte de fées par son esthétique, on retrouve :

  • les personnages constitutifs du genre : la fée, le roi, la reine, la paysanne, le bourreau...
  • les lieux symboliques : le château, la prison dans la tour, la fontaine...
  • l'action merveilleuse : la fée qui peut changer le destin d'un personnage et son apparence
  • l'intrigue se calque sur le schéma narratif traditionnel : situation initiale (naissance de l'élève), élément perturbateur (la fée propose à la mère de faire un choix), péripéties (le mariage avec le roi et l'enfermement avec la belle-mère comme opposant et la fée comme adjuvant), résolution (intervention de la fée dans la tour), situation finale (retour heureux à la campagne).

Tous ces éléments correspondent à un horizon d'attente du lecteur de contes et participent du plaisir de lire.

Le docere[modifier | modifier le wikicode]

Ce conte fonctionne comme un apologue, l'histoire plaisante est au service d'une morale ayant pour finalité l'éducation d'un prince1.

Fénelon condamne la beauté comme une illusion, elle est aliénante puisque le roi abandonne toutes activités pour se consacrer à la contemplation de sa femme. Celle-ci se complaît par son apparence et ne prend pas la peine de réfléchir par elle-même. Dès le début du conte la beauté est liée au malheur, Fénelon montre que choisir la beauté au prix du malheur est une vanité. La beauté est le moyen d'élévation sociale mais l'auteur montre que l'on est malheureux dans une autre condition que la sienne.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le duc de Bourgogne était destiné à devenir roi de France. Mais il est mort en 1712, avant son grand-père Louis XIV (mort en 1715), et n'a donc pas régné.
Portail de la littérature —  Tous les écrivains et poètes, romans et romanciers, BD et bédéistes…