Héroïne

« Héroïne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Confusion Ne pas confondre avec héros !
(Héroïne : le féminin de héros)
Héroïne en poudre de fabrication asiatique.

L'héroïne est une substance chimique, dérivée de la morphine, elle-même issue de l'opium du pavot. C'est un psychotrope extrêmement puissant, qui est une des pires drogues qui existe actuellement.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Bouteille d'« Heroin » vendue par Bayer (vers 1895-1900) : disponible en pharmacie, elle contenait 5 % d'héroïne pure.

Historiquement, l'héroïne a été commercialisée au début du 20e siècle pour ses effets anti-douleur, comme médicament pour calmer la toux, l'insomnie ou la diarrhée. Elle fut même prescrite comme produit de substitution à la morphine. Puis, progressivement, les médecins et les gouvernements se sont rendu compte que c'était un produit très toxique, induisant une très forte dépendance, ainsi qu'une accoutumance, et que l'héroïne posait de nombreux problèmes sanitaires et sociaux.

Aujourd'hui, l'héroïne est classée presque partout dans le monde comme une drogue dangereuse et son commerce est interdit hors du contrôle médical.

Effets[modifier | modifier le wikicode]

Effets recherchés[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Neurotransmetteur

L'héroïne, comme la morphine, est un anti-douleur. Elle anesthésie la personne qui en prend. De plus, l'héroïne se comporte comme les neurotransmetteurs du plaisir : les endorphines. En d'autres termes, la personne qui va consommer de l'héroïne pour la première fois va faire subir à son cerveau une « douche » de plaisir. Il en résulte un état de bonheur intense, une euphorie, une relaxation intense. Ce sont les effets recherchés par les consommateurs.

Effets secondaires[modifier | modifier le wikicode]

Mais l'héroïne a d'autres effets : c'est ce qu'on appelle un dépresseur du système nerveux, autrement dit un produit qui va endormir le cerveau. Sous l'influence de l'héroïne, le consommateur va somnoler1, sa digestion va s'arrêter, son cœur et sa respiration ralentir. C'est là que se situe la problème de la toxicité aiguë : si la dose consommée est trop grande, la respiration va s'arrêter et la personne va mourir (overdose).

Complications[modifier | modifier le wikicode]

Outre l'effet propre à l'accoutumance à une drogue, c'est-à-dire perte des repères, perte de la vie sociale, appauvrissement, etc., l'héroïne possède des complications qui lui sont particulières.

Les sensations douloureuses sont déréglées pour la personne droguée à l'héroïne. Elle ne sentira plus ses blessures, et celles-ci ne paraîtront jamais très graves2.

Les héroïnomanes vont dépérir par infection, souffrir de désordres digestifs, d'insomnie, les femmes vont cesser d'avoir leur règles... Les infections non maîtrisées vont provoquer des troubles divers (perte des cheveux et des dents, par exemple.). Le mode de consommation peut favoriser la transmission de maladies (SIDA et hépatites B et C notamment).

Dépendance[modifier | modifier le wikicode]

La dépendance à l'héroïne est une des plus fortes qui existent actuellement. En effet, l'accoutumance est très rapide. Avec une consommation régulière, l'héroïne va prendre la place des endorphines du cerveau, qui ne va plus en fabriquer. En conséquence, quand la drogue cessera de faire effet, tout le plaisir disparaîtra de la personne droguée. Toute la vie paraîtra triste et sans intérêt.

Mais les endorphines ont aussi un autre effet : elles sont anti-douleur. En permanence, notre corps perçoit des signaux douloureux, que les endorphines empêchent de percevoir, sauf si on est blessé. En l'absence d'endorphines, l'ensemble des récepteurs de douleur du corps va donc envoyer un message douloureux au cerveau. La personne droguée va donc souffrir intensément à chaque instant, sans raison apparente, à chaque contact, chaque bruit.

Traces de consommation d'héroïne dans un taudis de Berlin.

Ces deux raisons font du syndrome de sevrage associé à l'héroïne une épreuve très difficile à surmonter pour les personnes droguées. Il est possible d'être aidé en milieu médical pour arrêter.

En général, on considère qu'il y a trois étapes :

  1. Au début, la personne découvre la drogue, son cerveau n'y est pas encore habitué. Le plaisir est intense et les inconvénients mineurs.
  2. Puis, la dépendance s'installe en même temps que l'accoutumance. Le malade de l'héroïne doit gérer sa consommation pour éviter d'être en manque.
  3. Enfin, un état de mal global, où la sensation de manque (syndrome de sevrage) sera toujours présente, quelle que soit la dose consommée. C'est à ce stade que les risques de mortalité directe sont les plus grands, par overdose. De plus, le besoin de drogue impose à la personne de tout faire pour s'en procurer, ce qui passe vite par le crime.

Sevrage[modifier | modifier le wikicode]

Le sevrage de la consommation de l'héroïne est difficile, mais peut se faire dans de bonnes conditions à l'hôpital. Pour les personnes qui consomment de grosses doses pendant longtemps, l'arrêt brutal de la drogue peut laisser des séquelles, voire être mortel. Il faut en parler à un médecin !

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. D'où son utilisation comme somnifère au début du 20e siècle
  2. Sous l'effet de la drogue, l'euphorie empêche de se rendre compte de la gravité d'une situation, et en dehors de l'effet, rien n'est plus important que la recherche de drogue.
Portail de la biologie —  Tous les articles sur les plantes et les animaux.
Portail de la société —  Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.