Attentat d'Anagni

« Attentat d'Anagni » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'Attentat d'Anagni est une tentative d'enlèvement du pape Boniface VIII par Guillaume de Nogaret au nom du roi de France Philippe le Bel, en septembre 1303.

Boniface VIII

Début du conflit[modifier | modifier le wikicode]

Le conflit entre le pape Boniface VIII fervent défenseur de la supériorité pontificale et le roi de France Philippe le Bel qui voudrait assujettir la papauté à la couronne de France, éclate quand le roi de France décide de prélever une dîme exceptionnelle sur le clergé pour financer la guerre contre les Anglais. Mais le pape ne l'entend pas de cette oreille, et face aux revendications de Rome, le roi décide de priver la papauté des richesses françaises en interdisant toute exportation d'or ou d'argent sans son autorisation. Le pape finit par s'incliner en 1297 en publiant la bulle Romana mater ecclesia le 2 février.

Le conflit reprend[modifier | modifier le wikicode]

À partir de 1301, le conflit rebondit : Boniface VIII est furieux que le roi de France ait fait juger Bernard Saisset évêque de Pamiers, hostile au roi et qui avait tenu des propos injurieux sur celui-ci (pour accabler l'évêque la justice royale ajouta l'hérésie et le blasphème). Or pour le pape l'évêque relève d'abord de la justice ecclésiastique. Il convoque un synode de l'Église de France à Rome le 5 décembre. Le pape y affirme qu'en temps que « vicaire du Christ » il était supérieur aux rois.

Le roi de France réplique en organisant successivement deux assemblées du clergé français au Louvre : le 10 avril 1302 le légiste Pierre Flote expose la thèse de l'indépendance du clergé français vis-à-vis du Saint-Siège puis à la suite de la publication de la bulle Una Sanctam le 13 novembre, formulant la doctrine de la théocratie pontificale, la seconde assemblée demande une intervention auprès du pape et c'est Guillaume de Nogaret qui est désigné et envoyé à Anagni.

Boniface menace le Roi de France[modifier | modifier le wikicode]

Le pape use de son pouvoir d'excommunication en menaçant le roi d'une bulle le condamnant pour hérésie. En riposte, le roi envoie des soldats à Agnani, près de Rome, pour faire céder le pape ou le contraindre à abdiquer. Celui-ci refuse. Il est arrêté par les Français, mais des paysans des environs le délivrent.

Déjà affaibli par la maladie Boniface VIII meurt le 11 octobre 1303. Il sera remplacé par le Français Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux (alors dans le royaume d'Angleterre) et non membre du Sacré-Collège qui élisait le pape. Il prend le nom de Clément V.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.