Ali Baba et les Quarante Voleurs

« Ali Baba et les Quarante Voleurs » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Ali-Baba découvre les trésors.
Godefroy Durand - Morgiane

Ali Baba et les Quarante Voleurs est un conte des Mille et Une Nuits.

L'histoire[modifier | modifier le wikicode]

Ali-Baba ramassait du bois dans la forêt. Il chargeait des fagots sur le dos de ses ânes quand, soudain, il entendit un étrange grondement. Il s'immobilisa et vit de la poussière, beaucoup de poussière, qui s'élevait au-dessus des arbres.

Il tendit l'oreille : le bruit se rapprochait...

Il plissa les yeux : le nuage avançait...

Que se passait-il ? Apeuré, Ali-Baba dispersa ses bêtes et, vite, il se cacha dans un bosquet. Quelques secondes après, quarante cavaliers et quarante chevaux arrivaient à toute allure, chargés de quarante bagages. Ce sont des voleurs, devina Ali-Baba qui, depuis son abri, voyait tout sans être vu. Les hommes descendirent de leurs montures avec leurs sacs. Puis l'un d'eux, leur chef, se planta devant un bloc de rochers qui se trouvait là.

-Sésame, ouvre-toi ! articula-t-il.

Et à peine eut-il prononcé ces mots qu'une pierre roula, libérant l'entrée d'une grotte ! Ali-Baba était tellement étonné qu'il posa ses deux mains sur sa bouche pour ne pas crier. Il écarquillait les yeux en regardant les brigands entrer à la queue leu leu dans la caverne.

Était-ce un songe ? Ali-Baba se frotta les yeux, se tapota les joues...

Mais non, il n'avait pas rêvé, les quarante chevaux étaient là, à quelques pas de lui. Il imagina un instant s'en aller et rentrer chez lui mais il eut peur que les animaux s'agitent ou que ses pas attirent l'attention...

Il ne bougea donc pas et patienta un long moment avant que les bandits réapparaissent, les mains vides.

Le capitaine déclara

-Sésame, ferme-toi !

La roche roula. Toute la troupe remonta ensuite silencieusement en selle et reprit la route.

Ali-Baba sortit enfin de son refuge d'arbustes. Il siffla ses ânes tout en disant : Je vais essayer, moi aussi ! Il toussota pour s'éclaircir la voix et prononça distinctement :

-Sésame, ouvre-toi !

Il est un pauvre bûcheron, peu riche, avec une femme et des enfants à nourrir. Il est le frère de Cassim. Ali Baba épouse sa belle-sœur et s’établit dans sa maison. Parti un jour couper du bois, il entend un jour le chef d’une bande de quarante voleurs prononcer une formule qui permet d’ouvrir une porte dans la roche, en pleine forêt : « Sésame, ouvre-toi ! », puis pour la refermer : « Sésame, ferme-toi ! » Après le départ des bandits, Ali Baba entre dans la grotte, prononce la formule, et s’empare de certains trésors de la grotte. Il révèle le secret à son frère Cassim. Celui-ci va à la grotte, mais oublie la formule qui lui permettrait d’en sortir. Les bandits l’y surprennent, le tuent et le découpent en morceaux. Quand ils reviennent plus tard dans la grotte, ils n’y trouvent plus le cadavre ; ils savent donc que quelqu’un d’autre connaît leur secret. C’est qu’Ali Baba est déjà venu rechercher son frère, inquiet de ne pas le voir revenir, et l’a enterré. Le conflit entre Ali Baba et les quarante voleurs est ouvert, sans que celui-ci ne s’en rende vraiment compte…

Ils finissent par repérer la maison d'Ali Baba. Leur chef se fait passer pour un marchand d'huile et demande l'hospitalité à Ali Baba. Il est accompagné par un convoi de mules portant trente-huit jarres. Une d'elles est remplie d'huile et chacune des trente-sept autres cache un des bandits (deux bandits ayant été précédemment exécutés pour avoir échoué à retrouver Ali Baba). Ils projettent de tuer Ali Baba pendant son sommeil. Morgiane découvre leur plan et tue les bandits cachés dans les jarres en versant de l'huile bouillante dans chacune d'elles. Quand le chef va chercher ses complices, il découvre les cadavres de ses hommes et fuit.

Pour se venger, quelque temps après, le chef des bandits s'installe comme commerçant et se lie d'amitié avec le fils d'Ali Baba, désormais chargé des affaires commerçantes de Cassim. Le chef des bandits est invité à dîner chez Ali Baba, où Morgiane le reconnaît. Celle-ci effectue alors une danse munie d'une dague, qu'elle plonge dans le cœur du bandit. Dans un premier temps, Ali Baba est furieux de voir son hôte exécuté, mais lorsqu'il découvre que le bandit a tenté de l'assassiner, il rend sa liberté à Morgiane et la donne en mariage à son fils. Ali Baba est ainsi la seule personne à connaître le secret du trésor dans la grotte et le moyen d'y accéder. L'histoire finit bien pour tous, à l'exception de Cassim et des quarante voleurs. Ali Baba est donc un homme courageux et généreux : il n'hésitera pas à donner de l'argent à son frère et à essayer de le sauver alors que celui-ci lui fait du chantage pour s'emparer entièrement du trésor des voleurs.

Explications[modifier | modifier le wikicode]

Ali Baba et les Quarante Voleurs est une histoire d’origine persane. On présente souvent le conte comme faisant partie intégrante des Mille et Une Nuits , bien qu’Ali Baba et les Quarante Voleurs manuscrit début de ces contes mais bien à leurs cotés.

Ali Baba et les Quarante Voleurs, datant au plus tôt du Moyen-Âge, fut seulement traduit en français en 1701, compris dans les contes des Mille et Une Nuits. Cette traduction a permis sa large diffusion en Occident. Il a connu certaines adaptations au cinéma ;

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Film, théâtre et illustrations[modifier | modifier le wikicode]

De nombreuses versions existent en films, pièces de théâtre, dessins animés et livres illustrés. la plus célèbre est probablement « Ali Baba et les Quarante Voleurs » de Jacques Becker, avec Fernandel dans le rôle principal, sortie en 1954.

Références[modifier | modifier le wikicode]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Ali_Baba/104824

Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…