Absurdité

« Absurdité » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Absurde)
Aller à : navigation, rechercher
Charles Baudelaire : l'exemple est inspiré d'un de ses poèmes.

L'absurde est ce qui n'a pas de sens, pas de logique rationnelle.

Littérature[modifier | modifier le wikicode]

Pour explorer de nouvelles pistes, l'absurde est utilisé dans la création littéraire ou artistique, ou l'humour. Les écrivains surréalistes utilisent l'absurde dans des jeux littéraires de hasard. Par exemple, les poètes de l'Oulipo ont inventé une méthode selon laquelle chaque nom dans un texte est remplacé par le huitième qui le suit par ordre alphabétique, grâce à la lecture du dictionnaire.

Cela donne parfois des résultats surprenants :


Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,

Des divans profonds comme des tombeaux,

Et d’étranges fleurs sur des étagères,

Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.1

peut devenir :


Nous aurons des lithām pleins d’odyssées légères,

Des divertissements profonds comme des tommes,

Et d’étranges flibustiers sur des étalons,

Éclos pour nous sous des cigares plus beaux.


Les résultats peuvent être plus cocasses encore, avec un dictionnaire de médecine ou des noms propres

Mathématiques[modifier | modifier le wikicode]

En mathématiques, il existe le raisonnement par l'absurde : si on veut montrer qu'une chose n'est pas vraie, on fait comme si elle l’était (c’est l’hypothèse absurde) et on montre qu'il y a une contradiction.

Par exemple, pour prouver qu’il y a une infinité de nombres entiers :

  1. on fait comme si ce n'était pas vrai : il existerait donc un nombre entier (qu'on appelle N) qui serait plus grand que tous les autres ;
  2. pourtant, N+1 est aussi un nombre entier, et N+1 est plus grand que N
  3. il y aurait donc un entier plus grand que le plus grand des entiers ? Mais c’est absurde !
  4. et comme les mathématiques n’admettent que la logique, l’hypothèse de départ était donc fausse (puisqu’absurde).

On en déduit qu’il n’y a pas d’entier plus grand que tous les autres : puisqu’on peut toujours en fabriquer un plus grand, il y en a donc une infinité !

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Charles Baudelaire, « La Mort des amants », Les Fleurs du Mal
Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…
Portail des mathématiques —  Les nombres, la géométrie et les grands mathématiciens.